"Baron", Jean Baronchelli, c'est ainsi que tous le nomment, est un retraité de 80 ans peu ordinaire, depuis 50 ans, il ramasse "des cailloux". Cet ancien artisan peintre c'est toujours passionné pour la nature et l'histoire ancienne. De tout temps il collectionne les belles concrétions, les restes d'arbres fossilisés, les monnaies antiques...

125-2507_IMG

Jean avec deux beaux bifaces...

Un jour, il y a quarante ans, il se promenait le long d'un chemin et ses yeux furent attirés par une grosse pierre en silex blanchi par les millénaires. Cette pierre fut le déclencheur de la passion qui anima le reste de sa vie: un biface! Intrigué par la forme triangulaire de ce caillou, il le ramasse et constate qu'il est taillé, grossièrement normal, c'est du Acheuléen: 500 000 ans AVJC). Au fond de lui il sait très bien que cette arme qui était à l'homme préhistorique à la fois couteau, "coup de poing", racloir... en tout cas le premier outil, vient de changer le cours de sa vie. Depuis, lui qui ne savait rien sur cette époque, va dévorer tout les livres, visiter tous les musées consacré à la taille de la pierre,  assister à toutes les conférences, va solliciter les quelques spécialistes régionaux... Il va apprendre et devenir lui aussi  un expert. Désormais, tout son temps libre n'est plus consacré qu’à la prospection de surface. Connaissant géographiquement mieux le Nord du département, au- dessus du Lot, il va arpenter tous les chemins, les tas de cailloux dans les carrières, les bois, les champs, les vignes pour exercer sa "cueillette par prospection de surface", toujours avec l'aval du propriétaire qui est souvent très heureux de profiter de la présence de Baron pour recueillir un cours magistral sur la taille et les formes des silex... En 40 ans, "Baron" a rempli la maison de caisses et de vitrines de ces outils qui ont entre 10 000 et 2 000 " siècles" !!!

125-2512_IMG

 

Parmi des silex particulièrement rares, il a des "une feuille de laurier" (une pointe de lance malheureusement incomplète) en Solutréen, une époque qui n'a durée que 5 000 ans et par voie de conséquence, dont les pièces sont rares. Des haches polies en jadéite (comme la jade), des bifaces de plus de 10kg dont on se demande comment Neandertal pouvait les manier, et des racloirs, grattoirs, perçoirs, burins de toutes taille... "Je suis toujours émerveillé de promener ma main sur un outil qui a un demi million d'années. Comment mon ancêtre ce l'est-il procuré, comment s'en est-il servi, comment l'a-t-il perdu? Il fallait parfois plus d'une journée pour tailler certaines pièces qui souvent ne servaient qu'une fois, comme les pointes de flèches... le temps n'avait pas la même signification, à l'époque, d'ailleurs, tout leur temps était consacré à la recherche de subsistance"... Baron à même recueilli, apporté chez lui dans un camion de grave, une molaire de l'ancêtre du Mammouth, "l'éléphant méridional", une molaire de 25 cm de long provenant dus fondations de la piscine de Ste Livrade. Quant à savoir combien il a de pièces? "Je n'en sais rien, 10, peut-être 20 000, en tout cas, il y a de quoi ouvrir un musée!"

 

Patrick Garcia