1 EGLISE

Sur cette maquette de la ville de Sainte Livrade à la fin du Moyen Âge, visible dans le donjon de Richard Coeur de Lion, on a une vue assez nette et précise du prieuré vers 1600. 11 est l'Hôpital de la ville tenu par la "jurade" (conseil municipal de l'époque). Derriére l'abside de l'église, est le cimetière de la ville, le numéro 12 est au niveau de la halle à la volaille. 14 représente la chapelle aujourd'hui disparue. En haut à gauche, les 4 tours: la porte du Théron contigüe à la Poste actuelle, la tour d'entrée du château prieural, la tour desservant les étages de ce château, et.... le clocher, qui permettait de surveiller et de se défendre... (Photo: Patrick Garcia)

 

LES VIEUX PLANS DE L’ABBAYE

Cela va ravir les amateurs de plans anciens, j’ai remis la main sur des copies de plans anciens du prieuré vers 1650, plans que m’avait confiés un vieil ami aujourd’hui disparu, et qui adorait l’histoire et l’archéologie : Raymond Bénito.

Dans ces plans, très précis, on retrouve le prieuré vers 1650, dans l’état où il était et avec les voisinages immédiats. Puis suivent deux plans des mêmes lieux une fois rénovés. Le premier comprend le rez-de-chaussée avec le cloitre et l’église, le second, les étages au-dessus (2ème et 3ème). Enfin, une 4ème vue en perspective de l’abbaye, tirée de « Monasticum Gallinacum » de 1688, vue aérienne (légèrement améliorée) de l’abbaye, mais assez réaliste et commentée des noms de lieux.

(En fin d'article, les rendez vous incontournables pour les amateurs d'histoire et d'archéologie.)

DES DIFFICULTES POUR LES RENDRE LISIBLES :

bb

Le plan 1657 d'origine (sa repro), c'est celui qui nous a permis à Jean Baronchelli et à moi-même de réaliser la belle maquette qui se trouve dans le donjon, avec le concours éclairé d'autres amateurs d'histoire locale. (Photo: P.G.)

Ces plans souffrent de plusieurs problèmes, ils sont tâchés, dégradés et les écritures sont dans un mélange de français ancien et phonétique qu’il est assez difficile de comprendre surtout, comme ici, quand l’écriture est illisible….

Quelques exemples de calligraphie fastidieuse: « Lopitale ou Lopirale» pour Hôpital, « Come ? » pour chœur, « les hossts » pour les invités (Hôtes)… Vous pourrez vous en assurer si l’agrandissement des photos de plans le permet.

Pour rendre visible ces plans, je publie l’original, puis ce même original « nettoyé » des taches et des commentaires, puis je me suis permis de rendre le plan plus complet en restituant les manques de couleur suite aux détériorations du temps. Enfin, j’ai réécris les traductions des annotations en fonction de mon interprétation, qui n’est pas forcément toujours bonne. Pour finir, j’ai rendu un peu de couleur aux plans, afin de délimiter un peu mieux les différents corps de logis, par exemple, les jardins et prairies en vert, les dortoirs en bleu, les maisons de particuliers en rouge…

2 PLAN D ENSEMBLE DU PRIEURE 1657 à 3800

Ce même plan de 1657"rénové" et bien plus lisible. ( Réalisé par Patrick Garcia)

 

LES ENSEIGNEMENTS DU PLAN PRIMITIF:

Ils sont légions, et je ne vais pas tous les résumer. On y lit bien la forme et les emplacements des appartements. En particulier, celui du Prieur qui vit dans un bâtiment qui est une sorte de château, protégé par une tour d’entrée, et une tour qui dessert les étages du logis. La partie religieuse est tout à fait autonome par rapport au reste de la ville. Le logis (seigneurial) est appuyé sur la muraille (fortification) de la ville. Une porte fortifiée en garde l’entrée, mais le mur court vers l’église qui fait partie intégrante de ce secteur fortifié. En effet, en cas d’attaque, la population se réfugie dans ce dernier réduit assez vaste pour contenir des centaines de personnes avec la cour et les jardins du monastère. Les murs sont épais, hauts et aveugles, juste percés de fenêtres étroites qui peuvent servir à se défendre. Le pourtour de l’église est donc puissamment bâti et peut résister quelque temps en attendant du secours. Après la chapelle un mur très épais et aveugle (de passage vers l’extérieur) se poursuit vers l’Hôpital de la ville. Aucun franchissement possible puisque ce mur épais vient s’appuyer sur le rempart. Cela forme un réduit défensif d’environ 4 hectares ! Regardons d’encore plus près ce plan du prieuré avant les modifications. Le cimetière de la ville était donc derrière l’abside et sur le côté sud de l’église, et le restera encore quelque temps. Entre lui et la muraille, un vaste jardin, appartenait à Mme la Duchesse d’Aiguillon, nièce du cardinal de Richelieu et qui avait Sainte Livrade sous sa juridiction. On note au moins deux puits, l’un dans la cour de l’Hôpital, l’autre contre le château du Prieur. Dans la cour de l’abbaye, on note de nombreux jardins potagers et d’agréments. Le cloitre primitif est loin d’être aussi spectaculaire que celui que nous connaissons. Il n’y a juste qu’une galerie sous voûte et des cellules de moines sur plusieurs étages qui la bordent.

On note sur ce plan, les nombreuses chapelles, pratiquement toutes disparues. J’en compte 5 avec leurs autels.

LES PLANS DE L’ABBAYE RENOVEE :

L’abbaye était sur le déclin, il fallait la rénover, ce qui fut fait suite à la publication de ces plans. Le premier présente la nouvelle version de l’édifice religieux au niveau du sol. Le cloitre est devenu ce que nous connaissons de nos jours, les dortoirs sur trois niveaux, côté du marché (à la volaille) actuel, avec le chapitre et les réfectoires sous ces fameux dortoirs des seconds et troisièmes niveaux. L’église, par elle-même est inchangée, toujours autant de chapelles latérales, il y a à gauche, en bleuté, une partie réservée pour les hôtes de marque, et, dans les commodités, en haut à gauche, les latrines… Au premier, c’est la fosse, au second et au troisième, les latrines(WC) proprement dites, décalées, au niveau des lunettes pour que ceux du second étage ne reçoivent pas les déjections venant du dernier étage… D’autres latrines sont disposées entre la « chambres des hostes » et la « cave avec au-dessus des greniers »Côté prieur, la lecture de la disposition des logis est facilement reconnaissable, avec deux niveaux et deux salles par niveau, munies de deux cheminées au centre. Les moinillons sont logés dans une chambre spéciale contre le cloitre « nommée chambre des garçons ».

 

3 REZ DE CHAUSSEEE FINAL allégé à 4000

Plan réalisé la même année afin de moderniser le prieuré dans sa configuration actuelle, celle que nous connaissons. C'est à la suite de la publication de ces plans que les travaux de modernisation débutterons. Ici nous avons le rez de chaussée, dans l'autre vue, ce sera le premier et second étage. ( Travail de lisibilité et restitution du plan réalisé par Patrick Garcia)

Au premier étage, nous retrouvons, comme au second étage, les dortoirs, en tout 14 cellules plus celle des bénédictins indépendants, comme le portier, par exemple. L’infirmerie et sa chambre sont en bleu. Une galerie surplombe le cloitre au niveau du déambulatoire. Je suppose que les plus jeunes devaient être logés au second étage, tout en haut. Une bibliothèque était contigüe de la cellule 6.

 

4 ETAGES SUPERIEURS FINAL allégé à 4300

Le premier et second étage, qui lui n'existe qu'au dessus de la partie qui borde l'actuel marché à la volaille, ce n'était que des dortoirs. ( Travail de lisibilité et restitution du plan réalisé par Patrick Garcia)

Enfin, suprême chance, nous avons une vue de cet ensemble, représenté de manière un peu exagérée, mais très proche de la réalité, sur la gravure de 1688, de « Monasticum Gallicanum ». On y retrouve toutes les chapelles de l’église, le nouveau cloitre, le logis du prieur avec sa cheminée au milieu, tout au fond, la muraille de la ville crénelée, à droite, le mur crénelé qui arrive de la porte du Théron (L’actuelle Poste) et qui rejoint le clocher, enserrant la partie religieuse dans une muraille qui en fait le tour… Les trois étages à l’Est, avec en haut les deux étages des dortoirs (panneau UD CGT), on retrouve les tombes du cimetière…

Prieuré monasticom final

Vue idéalisée de ce que voulait être le prieuré de Sainte Livrade sur Lot, après rénovation. Mais l'a-t-il seulement jamais été? Approché.... Oui.

(Repro: Patrick Garcia)

 

Avec un peu d’imagination, cette vue est prise du château de Richard Cœur de Lion qui borde l’abbaye…

CLOITRE VUE AERIENNE SITUEE

Le secteur concerné de nos jours en vue aérienne. ( Réalisé par P.G. grâce à Google Earth)

L'ABBAYE 1

Revenons à notre maquette: La tour avec le pont levis à droite est la porte du Théron, appuyée sur l'actuelle Poste. En 9, le puits qui se situe dans le jardin de l'abbaye. 10 est le cloître d'avant 1657, façon petite "HLM" à deux niveaux. 13 est la nef de l'église, au fond à gauche, le château de Richard Coeur de Lion. 17 est le déversoir des douves alimentées par divers petits ruisseaux qui va s'écouler sur le Lot au niveau du pont actuel. (Photo: Patrick Garcia)

L'ABBAYE ET LE CHATEAU

Même vue, on y distingue mieux le château. (Photo: Patrick Garcia)

 

VILLE DEPUIS LE CHATEAU_IMG

Une vue du prieuré depuis le secteur du castel. En 11 on y distingue bien l'Hôpital de la ville, savoir qu'il y avait son pendant, tenu par les religieux, sur l'emplacement du socio-culturel. (Photo: Patrick Garcia)

Voila, j’espère que grâce à ces plans rénovés, vous aurez une vue plus juste de ce qu’était le monastère au 16éme et 17éme siècle, avant la grande tourmente révolutionnaire qui allait le voir péricliter.

PATRICK GARCIA

              ooooOOOoooo

LES RENDEZ VOUS DE L'HISTOIRE 

Les rendez vous et les dates des congrès, expositions, ou sorties archéologiques.

Renseignements: 06 10 15 48 43

REPRISE DES FOUILLES ARCHEOLOGIQUES A EYSSES :

A l’Ensemble   monumental:

Sous la direction de Monsieur Alain Bouet, Professeur d’Histoire romaine, Université de Toulouse du 15 juin au 13 juillet 2013. Des visites du chantier en cours, seront organisées par l’Office de Tourisme de Villeneuve sur Lot. La Société d’Archéologie proposera la visite du Musée d’Archéologie.

Les personnes majeures souhaitant participer aux fouilles devront se faire connaître auprès de J.F. Garnier. Participation assidue demandée.

VILLENEUVE SUR LOT : VISITE ESPACE MUSEAL

L’Espace Muséal d’Eysses sera ouvert tous les jours de 14h à 18h00, tous les jours du 1er juillet au 31 août 2013. Place Saint Sernin  face à la Caserne des Sapeurs Pompiers.

JOURNEE DES ARCHEOLOGUES DE LOT ET GARONNE

Accueil par la Société d’Archéologie et d’Histoire de Villeneuve

Dimanche 30 juin 2013  à Eysses  Villeneuve sur Lot.

Programme dans un prochain bulletin d’informations et sur archeo-47.fr.

 - JOURNEES EUROPEENNES DU PATRIMOINE  15 et 16 septembre 2013

-  EXCURSION ANNUELLE DES ARCHEOLOGUES DE LOT ET GARONNE :  

Dimanche 29 septembre 2013. Thème : « Auch : cathédrale, Musée »

 CONGRES : NARBONNE  4-6 octobre 2013 :

 Association Française pour l’Archéologie du Verre. Informations : afav2013.free.fr/

 SOUTERRAINS :

Société Française d’Etude des Souterrains, S.F.E.S., 36ème Congrès 5, 6, 7 octobre 2013  à  RIBERAC   (Dordogne)    Communications, visites de souterrains et de falaises aménagées

 www.souterrains.eu

Renseignements, formulaires d’inscription et communication…

 auprès de :

Luc Stevens    

17 Avenue des Bergeronnettes,

1420 Braine l’Alleud    

Belgique   

souterrains@gmail.com      

Mobile : 00 32 498 10 68 73

FOUILLES ARCHEOLOGIQUES EN FRANCE :

Vous souhaitez participer à des fouilles archéologiques :

www.culture.gouv.fr/culture/fouilles