9 LA BAUSSE EMBOUCHURE 38 copie

 

3 ème et, je pense, dernier volet du recensement des Moulins du Lot et Garonne, il concerne l'Inventaire des moulins à eaux de trois ruisseaux totalement différents.... N'oubliez pas de télécharger les photos et cartes pour mieux les lire, explications plus bas!

Après mon étude sur les « Moulins à Vent » du 47 : (http://memoiredelivrade.canalblog.com/archives/2016/07/29/34131212.html#utm_medium=email&utm_source=notification&utm_campaign=memoiredelivrade)

Suivie de celle sur les « Moulins à Eau » du 47 :

(http://memoiredelivrade.canalblog.com/archives/2016/11/01/34509619.html#utm_medium=email&utm_source=notification&utm_campaign=memoiredelivrade )

    Voici le dernier volet d’un triptyque, sur les « MOULINS DU LOT ET GARONNE », l’étude de tous les moulins, même ceux qui ne sont plus situés sur les cartes, ayant disparus depuis plus d’un siècle, sur les trois ruisseaux suivant :

- l’Autonne ou Automne, le ruisseau qui borde le Livradais et qui est le plus petit de ce bassin, soit 10 kms ;

- La Bausse, qui va de Dolmayrac à Granges sur Lot, sur 13 kms ;

- La Masse, le plus long, 19 kms et débute à Sembas, pour confluer avec la Garonne, près de Port Ste Marie.

 

   Pourquoi ces trois ?

J’ai toujours vécu à Ste Livrade sur Lot, donc j’ai choisi « LE » ruisseau de chez moi, étant sur la rive gauche de la rivière « LOT », l'Autonne, j’ai ensuite voulu explorer le ruisseau au-delà et assez proche (la Bausse), puis allant plus au large, le plus grand de cette partie du département (la Masse).

    Étant un bon marcheur, régulier (3/4 fois par semaine sur 10/15kms), je me suis mis en tête de retrouver, sur ces chemins et routes que je parcours depuis très longtemps, ces moulins, ou du moins, ce qu’il en reste, comme but à mes randonnées. Il m’a fallut environ 6 mois assidus, car, si sur le terrain, cela va assez vite… Encore fallait-il savoir où se situaient ces petites industries ?

      Là le problème se corse ! Les noms on changé, les cartes ne sont donc d’aucun secours, parfois, sur la Bausse, il y a trois moulins qui portent le nom de la rivière, ce qui est embarrassant pour retracer l’histoire d’un moulin que l’on confond très souvent avec son voisin… Enfin, il y a les moulins inconnus, qui n’existent plus depuis 200 ans, qui n’ont fonctionné que quelques ans, il y a des siècles, mais ont été ruinés par le manque d’eau où un incendie…

      Naturellement, le voisinage a récupéré les pierres pour la construction, les biefs ont été comblés par les paysans et il ne reste plus aucun signe de l’existence du moulin…

     Comme d’habitude, il faut agir un peu à la manière d’un détective, se pencher sur les vieilles cartes de Cassini, de Belleyme, et les plans cadastraux établis sous l’ordre de Napoléon…  

    C’est là que les ennuis commencent ! En effet, les noms des édifices ont changés, ce qui induit en erreur souvent, tandis que vous recherchez sur les cartes le « moulin Y », sur place il n’y a que le « moulin Z » !!! Parfois les cartographes ont mal situé sur leur ouvrage le moulin, parfois les noms ont changés, le bâti aussi… Tel moulin près d’un village, se retrouve aujourd’hui perdu au milieu des labours… Souvent c’est le contraire aussi, la recherche est donc désorientée… Et le chercheur aussi !

        Enfin, à force d’interprétations, de marches le long des ruisseaux, de palabres avec les paysans et les riverains, aidés aussi par les cartes plus fiables du cadaste que je nommerai « Plan Napoléon » pour plus de facilité, comme celles de « Google-Earth », qui permettent parfois de confirmer la déviation et détournement de ruisseau que nous nommons le « bief », je commence à avoir une vue plus précise de la situation des uns et des autres.

    Le fait de commencer par « l’Autonne » me met les outils en main et sur ce modeste ruisseau, je fais mes premières armes et je prends mes repaires pour le troisième et dernier cours d’eau, le plus ardu, la « Masse ».

     Cette recherche me permet de retrouver à peu près tous les 38 moulins des 3 ruisseaux, sauf un, qui est sous un lac de baignade près de Prayssas, que j’ai situé, mais forcément pas pu constater. Beaucoup d’aller et retours, à pieds, en voiture et même en vélo… Des centaines d’heures de dessins pour reconstituer les cours des ruisseaux à cette époque et des milliers de photos pour garder des traces de ces édifices, souvent en ruine.

         Pour rendre les photos plus lisibles, j’ai du souvent coller plusieurs vues pour restituer une façade dont je ne pouvais prendre qu’une partie à cause des arbres alentours, souvent les moulins ont des couleurs pas bien belles, car la recherche s’est effectuée par tous temps et souvent dans les bois, ce qui donne une couleur verte aux façades…

    J’ai informatisé le fruit de mon travail en trois grands panneaux (un pour chaque ruisseau) où se concentre la majeure partie des enseignements essentiels. La qualité de ces documents ne sera rendue que si vous les téléchargez pour les restituer avec une bonne qualité sur votre ordinateur. En effet, les sites internet ne peuvent exploiter de tels documents complètement, mais vous avez mon accord pour les télécharger. Il suffit de cliquer sur la photo et de cliquer, « enregistrer l’image », vous verrez la différence de rendu…

     Enfin, il y a des moulins qui ont totalement disparus. J’ai souvent préféré glisser une photo de l’état actuel avec d’autres, qui elles, ne sont que des plans du site à l’époque où le moulin fonctionnait, plans souvent tirés du « Plan Napoléon » qui est la Bible de tout historien…

     Pour mieux comprendre la vie des moulins et des meuniers, je vous invite à lire les deux premiers opus de cette trilogie, les liens sont en haut de cette présentation, et vous renvoient à mon blog : « Mémoire des hommes de Ste Livrade Sur Lot ». N’hésitez pas à me communiquer vos réactions en cliquant sur « commentaires » ou « contacter l’auteur ».

    Si vous utilisez mon travail, j’espère que vous aurez l’amabilité de citer qui en est l’auteur, ne serait-ce que par courtoisie, mais surtout pour que ceux qui sont « la Mémoire Vivante » de notre région, puissent me contacter et compléter, améliorer cette étude qui se veut la plus complète possible, mais nul n’est parfait.

    Bon voyage au « Pays des Moulins » !

 

1 TOUS LES MOULINS DU LIVRADAIS AVEC PHOTOS finit 10000t copie

 

Les moulins sur "l'Autonne": Tous les moulins commentés sur un même plan. A télécharger.  (Photo et document: Patrick José Garcia)

 LES CHIFFRES DES 3 RUISSEAUX:

PENTE DEPUIS LA SOURCE :

 

Les premiers kms sont souvent stériles car sans débit suffisant.

 AUTONNE = 185-55 = 130m         pour 10,5 kms = pente à 12,3 cm au m

 BAUSSE = 171- 38   = 133m        pour  15 kms   = pente à   8,9 cm au m

 MASSE = 175 -37     = 138m        pour  19 kms   = pente à  7,3 cm au m

 

PENTE A PARTIR DU PREMIER MOULIN SUR LE RUISSEAU :

 

Après le premier moulin, le débit est stabilisé, et va en augmentant jusqu’ au confluent. La pente est donc différente, généralement plus faible, mais avec plus de débit.

 AUTONNE = 91-55 = 36 m       pour 7 kms   = pente à 5,2 cm au m

 BAUSSE = 110- 38 = 72 m      pour 13  kms = pente à 5,5 cm au m

 MASSE = 175 -37  = 138m       pour  19 kms   = pente à 7,3 cm au m

 

NOMBRE DE MOULINS CONNUS SUR CHAQUE RUISSEAU

 

AUTONNE = CAZENEUVE, CASTELGAILLARD, CEZERAC, BROUSSE, CALBIAC, MOULIN POINTU : soit 6 en tout et 1 tous les 1,75km

 BAUSSE = LA BAUSSE, LAVAL, PERIGNAC, REPASSAT, TALIVE, MOULIPEYRE, CAMEL, PEYREDANS, LARIGNÉ, LA BAUSSE : soit 10 moulins, 1 tous les 1,5 km

 

 MASSE = LERE, BERNOU, ROSERI, MONTAGUZOU, LAUGNAC, SIPHERAS,QUISSAC, BORDES, NEGUENOU, PEYROULIE,  LAFAUGERE, ROUSSET, CHEMILLAC, REBEL, GAUJAC, PETIT, MADRERES, BATTAN, MOUNICAU, GUEYZE, REPASSAT et PONT DE CLEMENT. 22 moulins en tout! Soit 1 tous les 0,82 km!!!

 

LES MOULINS SUR L'AUTONNE

CAZENEUVE

 

1 Cazeneuve

 

Les moulins sur "l'Autonne": le 1er, dans le hameau de Cazeneuve, dans les bois, plan Napoléon.  (Photo: Patrick José Garcia)

 

1 CAZENEUVE 21 copie

 

Les moulins sur "l'Autonne": L'arrivée du bief, à gauche. (Photo: Patrick José Garcia)

 

1 CAZENEUVE 26 copie

 

Les moulins sur "l'Autonne": les meules sont encore en place, mais délitées... (Photo: Patrick José Garcia)

 

1 CAZENEUVE 333 copie

 

Les moulins sur "l'Autonne": Sortie du ruisseau au moulin de Cazeneuve. (Photo: Patrick José Garcia)

 

1 CAZENEUVE AUTRE VUE copie

 

Les moulins sur "l'Autonne": le moulin de Cazeneuve sera un souvenir dans quelques années. (Photo: Patrick José Garcia)

1 CAZENEUVE VG copie

 

Les moulins sur "l'Autonne": Le bâtiment de Cazeneuve reconstitué à partir de 3 photos, façade Ouest. (Photo: Patrick José Garcia)

 

 

CASTELGAILLARD

 

1,5 moulin de castelgaillard

 

Les moulins sur "l'Autonne": Le moulin de Castelgaillard n'existe plus du tout, je l'ai retrouvé grâce à son bief qui est le seul indice existant avec la cartographie resituée à l'échelle du terrain... (Photo: Patrick José Garcia)

 

1,5 CASTELGAILLARD 33 copie

 

Les moulins sur "l'Autonne":  Au fond le ruisseau Autonne, en équerre à droite, le bief...(Photo: Patrick José Garcia)

 

1,5 CASTELGAILLARD 36 copie

 

Les moulins sur "l'Autonne": Juste le relief d'un barrage pour alimenter le bief du moulin. (Photo: Patrick José Garcia)

 

1,5 CASTELGAILLARD VUE AERIENNE

 

Les moulins sur "l'Autonne": La prise d'eau se fait à droite près du gros arbre, le bief fait une équerre pour revenir sur le ruisseau en frolant un lac, je pense que le moulin se trouvait à l'angle. (Photo: Patrick José Garcia)

CEZERAC (ou CAPSOLES)

2 CEZERAC CAPSOLES

 

Les moulins sur "l'Autonne": Cézerac, ou Capsoles, est bien connu des pêcheurs à la truite, nombreuses dans son bassin de rétention. Malheureusement, la propriétaire refuse toute photo, donc voici le plan Napoléon pour le situer.  (Photo: Patrick José Garcia)

2 CEZERAC- CAPSOLES 311 copie

 

Les moulins sur "l'Autonne": La "gourgue" de Cézerac. (Photo: Patrick José Garcia)

"BROUSSE" ou "PONT DE LA PIERRE"

3 CALBIAC BROUSSE CEZERAC

 

Les moulins sur "l'Autonne": Plan du Moulin de la Pierre, d'après le plan de Napoléon. (Photo: Patrick José Garcia)

3 BROUSSE - PONT DE LA PIERRE 95 copie

 

Les moulins sur "l'Autonne": La "gourgue"  de "Brousse". (Photo: Patrick José Garcia)

3 BROUSSE - PONT DE LA PIERRE 98 copie

 

Les moulins sur "l'Autonne": l'entonnoir de la "gourgue" du moulin.  (Photo: Patrick José Garcia)

3 BROUSSE - PONT DE LA PIERRE 93 copie

 

Les moulins sur "l'Autonne": Les restes du moulins. (Photo: Patrick José Garcia)

3 BROUSSE - PONT DE LA PIERRE 99 copie

 

Les moulins sur "l'Autonne": Relicats de l'habitation du meunier. (Photo: Patrick José Garcia)

3 BROUSSE - PONT DE LA PIERRE 309 copie

 

Les moulins sur "l'Autonne": Les meules de "Brousse"qui ont nourri tellement de monde sont encore in situe... (Photo: Patrick José Garcia)

3 BROUSSE - PONT DE LA PIERRE 310 copie

 

Les moulins sur "l'Autonne": On voit les traces d'incendie sur les murs. (Photo: Patrick José Garcia)

 

CALBIAC 

4 CALBIAC A BOSC ET PANAT

 

Les moulins sur "l'Autonne": Emplacement de Calbiac sur le Plan de Napoléon. (Photo: Patrick José Garcia)

4 CALBIAC copie

 

Les moulins sur "l'Autonne": Seul relicat, la "gourgue", prisé des pêcheurs à la truite.  (Photo: Patrick José Garcia)

LE "MOULIN POINTU"

5 pointu et calbiac

 

Les moulins sur "l'Autonne": Le moulin Pointu juste avant le Lot, adjacent avec la D911 actuelle. (Photo: Patrick José Garcia)

5 MOULIN POINTU 62 copie

 

Les moulins sur "l'Autonne": La vanne de décharge (à gauche, sous l'abri) sur l'arrivée de l'Autonne du moulin Pointu.(Photo: Patrick José Garcia)

5 MOULIN POINTU 63 copie

 

Les moulins sur "l'Autonne": Même endroit, à droite, le surplus d'eau file vers le Lot, en face, l'eau va à la "Gourgue" qui alimente le moulin Pointu. (Photo: Patrick José Garcia)

5 MOULIN POINTU 68 copie

 

Les moulins sur "l'Autonne":  Sous la vanne de décharge, une turbine alimentait en électricité à la fin de l'utilisation du moulin Pointu pour la farine. (Photo: Patrick José Garcia)

5 MOULIN POINTU 75 copie

 

Les moulins sur "l'Autonne": Entrainement des meules, conservé au moulin Pointu. (Photo: Patrick José Garcia)

 

5 MOULIN POINTU 76 copie

 

Les moulins sur "l'Autonne": Le systéme de réglage d'écartement des meules de moulin Pointu. (Photo: Patrick José Garcia)

5 MOULIN POINTU 77 copie

 

Les moulins sur "l'Autonne": Reste en place d'une génératrice.  (Photo: Patrick José Garcia)

5 MOULIN POINTU 78 copie

 

Les moulins sur "l'Autonne": Les meules et leur coffre, aisi que le système de levage des meules, au-dessus. (Photo: Patrick José Garcia)

5 MOULIN POINTU PUITS 73 copie

 

Les moulins sur "l'Autonne": Puits intérieur conservé dans la salle du moulin Pointu, on pouvait donc faire le levain à partir de l'atelier meunerie. (Photo: Patrick José Garcia)

 

ooooOoooo

2 CROQUI BAUSSE FINAL TERMINE10000 DE HAUT

 

Les moulins sur "la Bausse": L'essentiel sur les Moulins de Bausse concentré sur ce document à télécharger. (Photo et étude: Patrick José Garcia)

"LA BAUSSE" ET "LAVAL"

1 -2 LA BAUSSE ET LAVAL

 

Les moulins sur "la Bausse": 1er (La Bausse) et 2ème (Laval), prèsents sur ce document de 1800. (Photo: Patrick José Garcia)

1 BAUSSE 47 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": Le joli moulin de "la Bausse", sous Dolmayrac. (Photo: Patrick José Garcia)

1 BAUSSE 50 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": Autre vue du moulin de la Bausse. (Photo: Patrick José Garcia)

 

"LAVAL"

2 LAVAL 53 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": Dévoré par la nature, les "reliefs" de "Laval". (Photo: Patrick José Garcia)

2 LAVAL 58 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": Sous le bois des "Mouillères", la sortie de la "Bausse" au moulin de Laval. (Photo: Patrick José Garcia)

2 LAVAL 70 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": Quelques pans de murs... (Photo: Patrick José Garcia)

2 LAVAL 47 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": Combien de soirée au cantou devant cette belle cheminée à présent orpheline? Laval.(Photo: Patrick José Garcia)

2 LAVAL 48 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": Laval, petite fenêtre, presque une meurtrière...  (Photo: Patrick José Garcia)

2 LAVAL 49 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": Éclats de vie passée sur les pierres de Laval. (Photo: Patrick José Garcia)

 

3 PERIGNAC

 

Les moulins sur "la Bausse": Situation de "Pérignac", le moulin de l'abbaye disparue, tout près de Montpezat.(Photo: Patrick José Garcia)

3 PERIGNAC 61 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": Le beau moulin de Pérignac en perpétuelle rénovation par son courageux propriétaire. (Photo: Patrick José Garcia)

3 PERIGNAC 62 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": la "Gourgue" de Pérignac bien visible sur la photo. (Photo: Patrick José Garcia)

3 PERIGNAC 63 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": Au fond de la "gourgue", la "buse" qui injecte l'eau sur la ou les turbines. (Photo: Patrick José Garcia)

3 PERIGNAC 64 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": dans la "gourgue" de Pérignac, la trappe de réglage du niveau du bassin de rétention d'eau.(Photo: Patrick José Garcia)

3 PERIGNAC 68 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": Au fond de l'entonnoir, une protection face aux gros objets pour ne pas abimer les turbines. (Photo: Patrick José Garcia)

3 PERIGNAC 69 copie

 

Les moulins sur "la Bausse":  Les meules de Pérignac au pied du moulin. (Photo: Patrick José Garcia)

 

"REPASSAT"

4 REPASSAT

 

Les moulins sur "la Bausse": Ce plan nous montre les 2 moulins de Pérignac et de Repassat, près de Montpezat d'Agenais. (Photo: Patrick José Garcia)

4 REPASSAT 1 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": Paire de meules dans le moulin de Repassat.(Photo: Patrick José Garcia)

4 REPASSAT 2 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": La gourgue du moulin de Repassat. (Photo: Patrick José Garcia)

4 REPASSAT 3 copie

Les moulins sur "la Bausse": ce qui fut le mounin de Repassat, tout en briques. (Photo: Patrick José Garcia)

 

"TALIVE"

5 TALIVE

 

Les moulins sur "la Bausse": Plan de situation du moulin de "Talive" vers 1810, juste sous Montpezat.  (Photo: Patrick José Garcia)

5 TALIVE 24 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": Trés bien conservé extérieurement, le moulin de "Talive".(Photo: Patrick José Garcia)

5 TALIVE 25 copie

Les moulins sur "la Bausse": Sortie du bief sous le moulin de "Talive". (Photo: Patrick José Garcia)

 

"MOULIPEYRE"

6 moulin de Moulipeyre près de Planté

 

Les moulins sur "la Bausse": Situation du moulin de "Moulipeyre", au sud de Montpezat. Notez la longueur du bief!(Photo: Patrick José Garcia)

6 MOULIPEYRE A LABAUSSE 71 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": En bordure de route, voici le retour du bief vers la Bausse. (Photo: Patrick José Garcia)

6 MOULIPEYRE A LABAUSSE 73 copie

Les moulins sur "la Bausse": Exemple de double appelation, le Moulin de Moulipeyre est aussi nommé "de la Bausse". (Photo: Patrick José Garcia)

 

"CAMEL"

7 CAMEL

 

Les moulins sur "la Bausse": Moulin de "Camel", plan de situation vers 1800, sous Montpezat d'Agenais.(Photo: Patrick José Garcia)

7 CAMEL A PEYROUTET 76 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": Entrée du bief sous le moulin de Camel.(Photo: Patrick José Garcia)

7 CAMEL A PEYROUTET 79 copie

 

Les moulins sur "la Bausse":  Sortie du bief après le moulin de Camel.(Photo: Patrick José Garcia)

 

"PEYREDAND"

7,5 PEYREDAND A LAUSSE MONTPEZAT

 

Les moulins sur "la Bausse": En 1800, "Peyredand" se trouvait contre la piste d'ULM à l'ouest de Montpezat. Plus ne rien n'existe sur place, tout a disparu, heureusement que les cartographes l'ont immortalisé. (Photo: Patrick José Garcia)

 

"LARIGNÉ"

8 Larigné à Salazard

 

Les moulins sur "la Bausse": "Larigné", vers 1800, on se rapproche de l'embouchure du ruisseau. (Photo: Patrick José Garcia)

8 LARIGNE 81 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": "Larigné" de nos jours, les propriétaires remettent le bâtiment en état.(Photo: Patrick José Garcia)

8 LARIGNE 83 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": les restes de "Larigné". (Photo: Patrick José Garcia)

 

 

"LABAUSSE" (le dernier)

9 LA BAUSSE EMBOUCHURE

 

Les moulins sur "la Bausse": Situation de la"Bausse" en 1800, sous la D911, visible depuis la route à l'embranchement pour aller à Granges, dont il fait parti... (Photo: Patrick José Garcia)

9 LA BAUSSE EMBOUCHURE 37 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": Sortie du bief après passage sous "la Bausse", le plus beau moulin, du ruisseau. (Photo: Patrick José Garcia)

9 LA BAUSSE EMBOUCHURE 38 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": C'est un moulin plusieurs fois centenaire qui n'a pas pas beaucoup bougé, et dont les propriétaires ont voulu conserver, à l'extérieur et à l'intérieur, les caractéristiques générales. (Photo: Patrick José Garcia)

9 LA BAUSSE EMBOUCHURE 41a copie

 

Les moulins sur "la Bausse": Détail de la façade, le bief passe de gauche vers droite sous le moulin. (Photo: Patrick José Garcia)

9 LA BAUSSE EMBOUCHURE 42 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": Purge de la gourgue de la"Bausse", l'arche est la trappe de réglage du niveau d'eau dans la rétention. (Photo: Patrick José Garcia)

9 LA BAUSSE EMBOUCHURE 49 copie

 

Les moulins sur "la Bausse": Une des deux meules, à présent décorative. (Photo: Patrick José Garcia)

 

 

3 MASSE PLAN FINAL 23-03-16

 

Les moulins sur "la Masse": l'essentiel de tout ce qu'il faut savoir sur les moulins situés sur la Masse. Téléchargez la photo pour mieux naviguer et découvrir les commentaires de l'affiche. (Photo et montage: Patrick José Garcia)

 

"LERE" ou "LIXE"

1 LERE ET SEBASTRIE

 

Les moulins sur "la Masse": Le 1er, "Lére" ou Lixe", selon les cartes, se situe sous Lacenne, commune de Sembas. (Photo: Patrick José Garcia)

1 LERE 84 copie

 

Les moulins sur "la Masse": Les meules de "Lére" sont les bordures du jardin, le bâti a beaucoup, beaucoup changé... (Photo: Patrick José Garcia)

1 LERE 85 copie

 

Les moulins sur "la Masse": sortie du bief après les roues...(Photo: Patrick José Garcia)

 

"BERNOU"

2 MOULIN DE BERNOU

 

Les moulins sur "la Masse": Le long de la D113, sous Sembas, se trouvait "Bernou", carte de 1800. (Photo: Patrick José Garcia)

2 BERNOU 91 copie

 

Les moulins sur "la Masse": "Bernou" enserré dans un fatras de végétation, n'est plus qu'une ruine depuis longtemps. Sortie du bief. (Photo: Patrick José Garcia)

2 BERNOU 98 copie

 

Les moulins sur "la Masse": Gourgue de "Bernou" avec sa buse au fond de l'entonnoir. (Photo: Patrick José Garcia)

 

"ROSERI ou ROSERY"

3 ROSERY A

 

Les moulins sur "la Masse": Plan de situation élargit en 1800 du site de "Roseri" le moulin est au sud.(Photo: Patrick José Garcia)

3 1 ROSERY A

 

Les moulins sur "la Masse": Toujours à la même époque, le plan plus précis, "Roseri", sur le ruisseau du même nom. (Photo: Patrick José Garcia)

3 ROSERY 60 copie

 

Les moulins sur "la Masse": Il ne reste plus que quelques pierres de Roseri, dont le bief même a disparu, mais que l'on peut retrouver. Ici la sortie du bief après passage sous le moulin. (Photo: Patrick José Garcia)

3 ROSERY 62 copie

 

Les moulins sur "la Masse": L'entrée du bief sous le moulin.  (Photo: Patrick José Garcia)

3 ROSERY 66 copie

 

Les moulins sur "la Masse": Seul témoin précis, une des meules, l'autre a été remontée devant le manoir de Roseri à 800 mètres. (Photo: Patrick José Garcia)

3 ROSERY 53 copie

 

Les moulins sur "la Masse": La seconde meule avec l'emplacement de son anneau, est dressée devant le manoir de Roseri.(Photo: Patrick José Garcia)

3 ROSERY 58 copie

 

Les moulins sur "la Masse": qui pourrait croire qu'il y a eut un moulin ici? Pierres et matériaux ont été vampirisés.(Photo: Patrick José Garcia)

 

"MONTAGUSOU"

3 MOULIN DE MONTAGUSOU

 

Les moulins sur "la Masse": Sous le village de Cours, et face à Laugnac, "Montagusou", dont il ne reste rien d'intéressant. (Photo: Patrick José Garcia)

 

"LAUGNAC"

5- MOULIN DE LAUGNAC

 

Les moulins sur "la Masse": Très bien conservé, et en activité, il est au nord, sous le village de Laugnac.Photo: Patrick José Garcia)

5 LAUGNAC 03 copie

 

Les moulins sur "la Masse": Les bâtiments de "Laugnac" en bel état. (Photo: Patrick José Garcia)

5 LAUGNAC 04 copie

 

Les moulins sur "la Masse": la gourgue de "Laugnac", en parfait état. (Photo: Patrick José Garcia)

5 LAUGNAC 06 copie

 

Les moulins sur "la Masse": le bief de sortie avec la turbine qui actionne la génératrice, car ce moulin produit de l'électricité, à présent. (Photo: Patrick José Garcia)

5 LAUGNAC 09 copie

 

Les moulins sur "la Masse": La turbine primitive du moulin et la buse qui injectait l'eau sous pression. (Photo: Patrick José Garcia)

5 LAUGNAC 10 copie

 

Les moulins sur "la Masse": La canalisation qui a remplacé la buse de la turbine, au fond de la gourgue, amène l'eau dans la nouvelle qui meut la génératrice produisant l'électricité. (Photo: Patrick José Garcia)

 

5 LAUGNAC 412 copie

 

Les moulins sur "la Masse": Sur la nouvelle turbine, la génératrice qui fait encore vivre le moulin de Laugnac.(Photo: Patrick José Garcia)

 

"SYPHÉRAS ou SIPHERAS"

6 SIPHERAS

 

Les moulins sur "la Masse": Tout contre "Laugnac", voici "Siphéras"(en 1800) sous le village de Cours. Une ruine. (Photo: Patrick José Garcia)

6 SIPHERAS 20 copie

 

Les moulins sur "la Masse": Contre la route qui mène à "Quissac", les moignons de "Siphéras". (Photo: Patrick José Garcia)

6 SIPHERAS 25 copie

 

Les moulins sur "la Masse": Vue opposée de "Siphéras". (Photo: Patrick José Garcia)

 

"QUISSAC"

7 MOULIN DE QUISSAC

 

Les moulins sur "la Masse": Sous le château et l'église de Quissac, le moulin du même nom, extérieurement nickel, il parait que l'intérieur est d'origine avec tout son mécanisme.(Photo: Patrick José Garcia)

7 MOULIN DE QUISSAC 0 copie

 

Les moulins sur "la Masse": "Quissac", la sortie du bief.(Photo: Patrick José Garcia)

7 MOULIN DE QUISSAC 2 copie

 

Les moulins sur "la Masse": Le moulin de "Quissac", un modèle du genre. (Photo: Patrick José Garcia)

7 MOULIN DE QUISSAC 012 copie

 

Les moulins sur "la Masse": Entrée de "Quissac".(Photo: Patrick José Garcia)

 

"BORDE"

8 MOULIN DE BORDES

 

Les moulins sur "la Masse": "Borde" sous Laugnac et près de "Quissac". (Photo: Patrick José Garcia)

8 BORDES EN FACE 5 copie

 

Les moulins sur "la Masse": "Borde", arrivée du bief, et l'ensemble est assez beau... (Photo: Patrick José Garcia)

8 BORDES EN FACE 5B copie

 

Les moulins sur "la Masse": Un jour de grosses eaux, la gourque de "Borde". (Photo: Patrick José Garcia)

8 BORDES EN FACE 5F copie

 

Les moulins sur "la Masse": La vanne de décharge du bief de "Borde" et le flux indomptable. (Photo: Patrick José Garcia)

8 BORDES EN FACE 5C copie

 

Les moulins sur "la Masse": Sortie du bief à Bordes. (Photo: Patrick José Garcia)

8 BORDES EN FACE 5D copie

 

Les moulins sur "la Masse": la gourgue et la rampe de "Borde".  (Photo: Patrick José Garcia)

 

"NEGUENOU"

9 MOULIN DE NEGUENOU

 

Les moulins sur "la Masse": Le seul dont je n'ai pu m'approcher et fouler l'alentour, "Néguenou" est sous les eaux du lac du même nom. (Photo: Patrick José Garcia)

"PEYROULIÉ"

 

10 ET 11 MOULINS DE PEYROULIE ET DE FAUGERES APRES NEGUENOU

 

Les moulins sur "la Masse": en 1800, sous Prayssas, les 2 moulins "Peyroulié" et "Lafaugère" collé contre l'actuelle D107.(Photo: Patrick José Garcia)

 

10 PEYROULIE 364 copie

 

Les moulins sur "la Masse": Cet appenti de "Peyroulié"  permet de localiser les ruines du moulin.(Photo: Patrick José Garcia)

 

10 PEYROULIE 15 copie

 

Les moulins sur "la Masse": Ici venaient s'entreposer les sacs de blés...(Photo: Patrick José Garcia)

 

10 PEYROULIE 16 copie

 

Les moulins sur "la Masse": Reste du bief de "Peyroulié". (Photo: Patrick José Garcia)

 

10 PEYROULIE 24 copie

 

Les moulins sur "la Masse": Les meules in situe de "Peyroulié, dans un bosquet. (Photo: Patrick José Garcia)

10 PEYROULIE 27 copie

 

Les moulins sur "la Masse": Moignons de "Peyroulié".(Photo: Patrick José Garcia)

 

"LAFAUGERE"

10 et 11 MOULINS DE PEYROULIE ET DE FAUGERES APRES NEGUENOU

 

Les moulins sur "la Masse": "Lafaugère" en 1800, aujourd'hui collé contre la D107. (Photo: Patrick José Garcia)

11 LAFAUGERE 365 copie

 

Les moulins sur "la Masse": La vanne de décharge de la gourgue de "Lafaugère". (Photo: Patrick José Garcia)

11 LAFAUGERE 368 copie

 

Les moulins sur "la Masse": la gourgue vidée de "Lafaugère", et en face, le moulin, à droite, la vanne de réglage du niveau d'eau.(Photo: Patrick José Garcia)

 

"ROUSSET"

12 et 13 CHEMILLAC ET ROUSSEL

 

Les moulins sur "la Masse": Vers 1800, "Rousset", suivit de Chemillac" sous Prayssas.(Photo: Patrick José Garcia)

12 ROUSSET 373 copie

 

Les moulins sur "la Masse":La gourgue de "Rousset" et sa vanne de décharge.  (Photo: Patrick José Garcia)

12 ROUSSET 375 copie

 

Les moulins sur "la Masse": Un four pain dans les murs de "Rousset".  (Photo: Patrick José Garcia)

12 ROUSSET 376 copie

 

Les moulins sur "la Masse": "Rousset" V.G. du moulin et de son four. (Photo: Patrick José Garcia)

 

"CHEMILLAC"

12 et 13 CHEMILLAC ET ROUSSEL

Les moulins sur "la Masse": Quelques mètres après "Rousset", "Chemillac".(Photo: Patrick José Garcia)

13 CHEMILLAC 412 copie

Les moulins sur "la Masse": Situation de "Chemillac" à droite. (Photo: Patrick José Garcia)

 

"REBEL"

 

14 MOULIN DE REBEL

 

Les moulins sur "la Masse": "Rebel" vers 1800, près de Lusignan. (Photo: Patrick José Garcia)

 

14 REBEL 380 copie

 

Les moulins sur "la Masse": Ce qui fut le moulin de "Rebel". (Photo: Patrick José Garcia)

 

14 REBEL 381 copie

 

Les moulins sur "la Masse": L'envers du moulin, côté sortie du bief, dont tout à disparu.  (Photo: Patrick José Garcia)

 

14 REBEL 404 copie

 

Les moulins sur "la Masse": "Rebel" vue générale.  (Photo: Patrick José Garcia)

 

14 MOULIN FORTIFIÉ REBEL-LUSIGNAN copie

 

Les moulins sur "la Masse": Face à "Rebel", la maison forte qui le protégeait, celle du propriétaire, autrefois. (Photo: Patrick José Garcia)

 

"GAUJAC"

- 15 et 16- GAUJAC PUIS LE PETIT

 

Les moulins sur "la Masse": en 1800, à droite, le moulin de "Gaujac" à Frégimont, suivit du moulin "Petit" , sur la même commune. (Photo: Patrick José Garcia)

15 GAUJAC 387 copie

 

Les moulins sur "la Masse": "Gaujac"  en vue générale, depuis la route. (Photo: Patrick José Garcia)

15 GAUJAC 389 copie

 

Les moulins sur "la Masse": Profil de "Gaujac". (Photo: Patrick José Garcia)

15 GAUJAC 391 copie

 

Les moulins sur "la Masse": la meilleure vue sur "Gaujac", sortie du bief . (Photo: Patrick José Garcia)

 

"PETIT"

15 et 16- GAUJAC PUIS LE PETIT

 

Les moulins sur "la Masse": Vers 1800, "Petit", entre Clermont Dessous et Frégimont. (Photo: Patrick José Garcia)

16 LE PETIT 398 copie

 

Les moulins sur "la Masse": "Petit" est ceinturé de murs, mais on voit bien que le moulin n'est plus, on distingue seulement le bief.(Photo: Patrick José Garcia)

 

"MADRERES"

17 MADRERES

 

Les moulins sur "la Masse": "Madréres" vers 1800, entre Clermont dessous et Bazens.(Photo: Patrick José Garcia)

17 MADRERES 48 copie

 

Les moulins sur "la Masse": Le bâti semble en bon état à travers les arbres. (Photo: Patrick José Garcia)

17 MADRERES 51 copie

 

 

Les moulins sur "la Masse": Les meules, et plus rare encore, l'annile, le fer d'entrainement, sont sur le devant du portail.  (Photo: Patrick José Garcia)

 

"BATTAN"

16 MADRERES- BATAN-CAUSSAT- TAPOL APRES LE PETIT A BAZENS

 

 

Les moulins sur "la Masse": en 1800, le moulin de Battant" ici, avec un seul "T". (Photo: Patrick José Garcia)

18 BATTAN-BASAN copie

 

Les moulins sur "la Masse": "Battan" dont on ne voit rien de l'extérieur, comme à Alcatraz, mais décrit par les voisins comme un moulin à eau bien réel.  (Photo: Patrick José Garcia)

 

"MOUNICAU ou MORICOT"

MOUNICAU DANS CLER

 

Les moulins sur "la Masse": Ce moulin aux deux noms différents m'a donné bien du fil à retordre! Sur chaque carte un nom différent, et même sur le terrain, vous avez le moulin, avec deux accès, le 1er, porte un nom, et sur l'autre accès, au sud, un second nom, comme en témoignent les panneaux ci-dessous.... (Photo: Patrick José Garcia)

 

19 MAURICOT-MAURICAU 22

19 MAURICOT-MAURICAU 43

 

19 MAURICOT-MAURICAU 26 copie

 

Les moulins sur "la Masse": à"Maunicau", seule la gourgue rappele un moulin... (Photo: Patrick José Garcia)

19 MAURICOT-MAURICAU 28 copie

 

Les moulins sur "la Masse": avec des fragments de meule tout autour... (Photo: Patrick José Garcia)

 

"GUEYZE"

20 GUEYZE (2)

 

Les moulins sur "la Masse": en 1800", Gueyze, se trouve près de Clermont Dessous, entre Bazens au Nord et Clermont dessous au sud, mais ce beau moulin a totalement disparu de la carte, un parisien en a acheté toutes les pierres pour le reconstruire ailleurs... (Photo: Patrick José Garcia)

20 GUEYZE 42 copie

 

Les moulins sur "la Masse": au bout de cette allée se trouvait le moulin, sur la Masse représentée par cette ligne d'arbres, au fond.  (Photo: Patrick José Garcia)

 

 

"REPASSAT"

21 REPASSAT LE QUARTIER

Les moulins sur "la Masse": "Repassat" vient du nom de farine grossière, souvent mouture pour les animaux, mais c'est aussi une farine que l'on peut "repasser" pour la rendre fine et utilisable en boulangerie. Ce moulin, un des mieux conservé, est l'avant dernier avant la confluence de la Masse avec la Garonne.  (Photo: Patrick José Garcia)

 

 

21 REPASSAT 34 copie

 

Les moulins sur "la Masse": belle vue du bief et du moulin de "Repassat". (Photo: Patrick José Garcia)

21 REPASSAT 37 copie

 

Les moulins sur "la Masse":  Le bief de "Repassat" à sa sortie.(Photo: Patrick José Garcia)

 

"AU BOUT DU PONT ou BARATET"

 

22 LE DERNIER AVANT GARONNE DANS BAZENS

 

Les moulins sur "la Masse": Et voila, notre voyage s'achève, dans quelques mètres, la Masse se jette dans la Garonne, si nous sommes à Clemont Dessous, de l'autre côté du ruisseau, c'est Bazens. (Photo: Patrick José Garcia)

22 AU PONT A BAZENS73 copie

 

Les moulins sur "la Masse": "Baratet" n'est plus que l'ombre de lui même... A droite, la purge de la gourgue, il manque tout le mécanisme de réglage de hauteur d'eau et une partie du mur de la rétention....  (Photo: Patrick José Garcia)

22 AU PONT A BAZENS74 copie

 

Les moulins sur "la Masse": Reliefs du moulin de "Baratet"... (Photo: Patrick José Garcia)

 

MASSE NOUVEAU CADASTRE DU 18-03-16 10 000 PIXELS copie

 

Les moulins sur "la Masse": tous les extraits de cadastre napoléonien (1800) collés bout à bout pour montrer le cours de la"rivière" la "Masse"".... (Photo: Patrick José Garcia)

ooooOOOoooo

MOULINS A VENT DU 47 - 209 UNITES+ EAU

 

A Télécharger: Carte des moulins à vent (en rouge) et à eau (en bleu) présents sur la carte de Cassini (vers 1760), il faut savoir qu'il y en a eu avant, et que d'autres viendront remplacer, ailleurs, certains qui vont s'éteindre. Cette carte est donc un instanné des moulin en Lot et Garonne vers 1760 à 1800.

(Reconstitution de la carte de Cassini, qui est en 50 morçaux, à l'origine, et implantation des moulins: Patrick José Garcia) 

CALCULER LA FORCE ET LA  PUISSANCE D'UN MOULIN

http://moulins.bas.normands.free.fr/puissance.php

 

 

Evaluation de la puissance d'une chute d'eau

Deux paramètres définissent la puissance d'une chute :

  • le débit, en litres par seconde (Q en L/s, ou en m3/s)
  • la hauteur, en mètres (H en m)

 

I - EVALUATION DU DEBIT

Si la mesure de la hauteur de la chute ne pose pas de problème, le débit d'eau transitant par la roue est un peu plus difficile à appréhender. Une méthode assez facile à mettre en œuvre donne toutefois des résultats satisfaisants :

le débit, ou quantité d'eau qui s'écoule en une seconde en un endroit donné, est le produit de la section d'écoulement de l'eau (largeur moyenne de la rivière multipliée par profondeur moyenne à l'emplacement de la chute) par la vitesse estimée d'écoulement, soit :

débit (en litres/seconde) = largeur (en mètres) X profondeur (en mètres) X vitesse (en mètres/seconde).

 

Ce dernier facteur, vitesse de l'eau en mètres par seconde, n'est pas toujours aisé à mesurer. Il faut avoir présents à l'esprit quelques ordres de grandeur.
Une rivière calme, de plaine , aura une vitesse d'écoulement d'eau d'environ 0,1 à 0,3 mètre/s. Pour une rivière à écoulement normal, on pourra prendre 0,4 à 0,5 mètre par seconde, alors qu'une rivière en crue peut atteindre 1 mètre /seconde. On peut compléter par l'indication d'une vitesse de 2 à 3 mètres/seconde pour un torrent de montagne.

Ex : la Sée à Brouains : On retiendra, à défaut de plus de précision, une vitesse de 0,5m/s, cas assez fréquemment rencontré dans nos rivières de notre région ; d'où, selon la formule ci-dessus : débit Q = largeur x profondeur x vitesse, on peut estimer approximativement le débit de la Sée à Brouains (largeur 3 mètres, profondeur 25 cm) : débit Q = 3 m x 0,25 m x 0,5 m/s = 0,375 m3/seconde soit 375 litres/seconde.

 

II - CALCUL DE LA PUISSANCE

La puissance est le produit du débit d'eau transitant par la chute, par la hauteur de chute. Sachant que, dans notre exemple de Brouains, la chute est mesurée à 3 mètres , on obtient une puissance P en kilogrammètres par seconde (unité non normalisée à ce jour mais bien plus pratique à manipuler que le newton-mètre par seconde) :

puissance (kg.m/s) = débit d'eau (L/s) X hauteur de chute (m)
P = 375 L/s x 3 m = 1 125 L.m/s. où, la masse volumique de l'eau étant 1 kg/L, P = 1 125 kg.m/s

L'unité de puissance couramment utilisée est le cheval-vapeur (ch), qui est à rapprocher de l'unité normalisée aujourd'hui le kilowatt (kW) ou le watt. Sachant que 1 cheval-vapeur est la puissance qui élèverait à 1 mètre de hauteur un poids de 75 kg en 1 seconde (1 ch = 75 kg.m/s, et 1kg.m/s = 1/75 ch), on obtient :

Puissance de la chute en ch = 1 125 kg.m/s x 1/75 = 15 ch.

Un cheval-vapeur valant 736 watts ou 0,736 kilowatt (1 ch = 0,736 kW) - on remarque qu'un ch est un peu plus petit qu'un kilowatt (environ les ¾) -, on arrive à P (en kilowatts) : P (en kW) = 15 ch x 0,736 = 11,04 kW ; on arrondit à P = 11 kW.

 

III - NOTION DE RENDEMENT

La puissance trouvée est une valeur théorique et ... administrative, pour calculer vos droits (fondés en titre), et vos impôts le cas échéant, mais en aucun cas, celle utilisable pour actionner vos meules, ou votre turbine. Il faut tenir compte en outre du rendement de l'installation : perte d'eau autour de la roue, frottements des arbres et engrenages, d'où parfois échauffement. Pour une roue et ses engrenages, il est commun de compter un rendement de 0,3/0,4, c'est-à-dire que pour 10 litres d'eau arrivant dans le coursier (10 litres d'eau " dépensés "), seuls 3 ou 4 serviront à animer les meules.

Si l'on reprend l'exemple du moulin de Brouains, en considérant un rendement de 0,33 (ou 1/3 pour simplifier) on obtient une puissance réelle utilisable : P = 15 ch x 1/3 = 5 ch (valeur courante permettant d'actionner deux paires de meules). Le rendement d'une turbine est sensiblement meilleur. En production d'électricité, on peut espérer un rendement double, soit environ 0,6/0,7 (il est illusoire d'espérer plus !).

En résumé, on retiendra un rendement moyen :

  • pour une roue + engrenages + meules = environ 0,33 (1/3)
  • pour une turbine + multiplicateur + génératrice = environ 0,66 (2/3)

A titre d'information, une grande roue de 150 ch (théoriques), diamètre 11 mètres, largeur 6 mètres, installée sur la Marne vers 1870 afin d'alimenter Paris en eau potable par le canal de l'Ourq, et calculée par le célèbre ingénieur Sagebien, avait un rendement prouvé de 0,4. Il faut savoir que la ville de Paris a estimé judicieux d'investir dans la rénovation de ce moulin-pompe en 1980, et, qu'à ce jour, il fonctionne à moindre coût, n'en déplaise à tous les détracteurs de cette énergie douce et renouvelable qu'est l'eau.

Et que tournent nos moulins !

Lucien MARANDEAU

 RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES SUR

LES MOULINS A EAU ET LES MEUNIERS

 

LES MOULINS À EAUX

 

     "…  L’origine des moulins à eaux est nettement plus ancienne que celle des moulins à vent…. MA de Franqueville a trouvé trace des premiers moulins à eau dans le Nord de la France dès le 8ème siècle

 

         La construction a la forme d’une maisonnette ou d’une véritable maison bâtie en bordure d’un cours d’eau au courant assez vif. Cette bâtisse renferme tout le mécanisme du moulin, sensiblement  semblable à celui du moulin à vent. La roue est placée à l’extérieur, parallèlement au courant et meut l’arbre horizontal de la machinerie…  Dans le cas le plus courant, pour actionner cette roue, le constructeur commence par installer en amont du moulin, un barrage formant retenue d’eau pour obtenir une chute plus rapide. À hauteur de la roue, un muret, parallèle aux rives, resserre le cours de la rivière. Entre le muret et la berge, est construite une écluse où sont pratiqués des pertuis, ouvertures fermées par une vanne ou rostière, plus ou moins soulevée suivant la force du courant dont il est nécessaire de disposer.

 

       Parfois, est spécialement aménagé un bras de rivière ou canal, appelé également bief et aussi étier ou coursier, qui peut être barré par le procédé ci-dessus, une fosse, dite bouldure, est ensuite creusée sous les roues, pour leur permettre de se mouvoir librement…  Lorsque le moulin était construit dans un endroit très bas, le meunier créait une chaussée de moulins pour y accéder ; cette chaussée permettait d’élever le niveau de l’eau. Sur les rivières où les moulins étaient nombreux, l’ensemble de ces chaussées ou radiers finissait par créer de vastes marais et il fallait parfois exiger la suppression de certains moulins pour libérer une partie du courant et faire rentrer la rivière dans son lit.  Comme les ailes pour le moulin à vent, c’est ici la roue qui donne la plus ou moins grande quantité de grain moulu. Elle est formée, en fait, de deux roues parallèles en bois ou, plus récemment, en métal, reliées en leur centre par l’essieu qui fait tourner l’arbre horizontal, et à leur périphérie par des palettes ou aubes qui l’entraînent grâce au courant… 

 

      La plupart des moulins ruraux actionnaient un nombre restreint de meules et, en principe, jamais plus de trois paires…  Dans le moulin à eau, c’est la roue qui peut le plus facilement se détériorer, car elle est exposée aux déprédations des eaux. Qu’une violente crue se produise, les eaux sauvages s’engouffrant dans le bief, risquent d’emporter avec elles la roue ou, à tout le moins, de la disjoindre. Le gel aussi lui pouvait être fatal et la débâcle du printemps…  De nos jours, la production de la houille verte n’est pas abandonnée, mais le moulin s’est profondément modifié quand il était assez important pour mériter une reconversion.

 

    Il est alors devenu le moulin hydraulique… Certains moulins furent également pourvus d’une turbine pour remplacer la force hydraulique quand le niveau des eaux était trop bas…  Sous l’Ancien Régime, les problèmes concernant les droits et devoirs des propriétaires et des locataires de moulins à eau sont encore plus complexes que pour les moulins à vent. En effet, outre le problème de l’entretien des parties meubles et immeubles et les droits de mouture, communs aux deux sortes d’édifice, on trouve pour les moulins à eau d’autres nombreux problèmes : entretien de la rivière, de la chaussée de moulin, droit de pêcherie, interdiction d’édifier des édifices en amont…  

 

     Lorsqu’un particulier désirait élever un moulin et que cette autorisation lui était accordée, il devait une redevance à l’autorité locale. Lorsque le moulin était loué à bail, le bailleur devait en général les grosses réparations pour tout ce qui était immeuble et le locataire, les réparations pour tout ce qui était meuble… Les baux variaient notablement suivant les régions, les coutumes locales et l’importance de rendement du moulin. Outre des sommes d’argent et certaines quantités de grain ou de farine, se trouvent par exemple des rentes en anguilles, en chapons, en gâteaux, etc…

 

    Les querelles, les procès étaient nombreux, résultats des rivalités entre meuniers lorsqu’il y avait plusieurs moulins dans la même commune, lorsque les paysans omettaient de porter leur grain au moulin du seigneur, lorsqu’ils se plaignaient à leur seigneur parce que le meunier agissait malhonnêtement, lorsqu’un moulin s’élevait en aval du premier, ou encore lorsque, pour réparer le sien, le meunier en amont, retenait les eaux. Il reste maints témoignages de ces chicanes.   

 

LES MEUNIERS :

 

     D’après un document de l’association des Amis du Moulin à Vent de Saint-Maxent : 

 

     Le meunier est un personnage important dans le village car de lui dépendait l’approvisionnement en pain. On lui prête souvent une réputation douteuse.

 

Sur une rasière soit 80kg, on retrouve 51kg de farine et 21 kg de son, 8kg servent à payer le meunier. Certains paysans trouvent que les poules du moulin sont nombreuses et bien grasses.  Le travail du meunier, c’est aussi la réception des céréales par l’intermédiaire du cache mannée (aide meunier), l’ensachage de la farine et la mise à jour des comptes et des registres.  Le métier était dur. Le moulin pouvait tourner 24 heures sur 24 quand il y avait du vent. Il fallait constamment veiller sur lui surtout lorsqu’il y avait des tempêtes.

 

      Le meunier était ainsi un parfait météorologue qui observait très souvent sa girouette.  Il devait faire attention aux incendies. Un bon meunier n’entasse jamais les sacs de farine lorsque le grain n’est pas assez sec, car la fermentation s’y met et allume la toile des sacs.  Le meunier devait chercher le vent en orientant son bâtiment. Ceci fait, il devait habiller les ailes et ensuite mettre en route la machinerie en actionnant le frein. Celui-ci retient les ailes qui convertiront l’énergie cinétique du vent en énergie mécanique.

 

     Le meunier devait éprouver la qualité de la farine, juger de sa consistance, de son moelleux, de sa blancheur, de sa ténacité et de sa teneur en son. Si l’aspect, l’odeur laissent à désirer, il appelle le rhabilleur de meules.  L’odeur de la farine n’est pas bonne pour le jeune meunier; elle fait tousser, dessèche la gorge. Mieux vaut s’y habituer tout jeune ; les bons meuniers ‘naissent le cul sur les meules !’. Certains meuniers finissaient par attraper la silicose. Le métier s’apprenait sur le tas, soit en regardant son père travailler, soit en travaillant chez un autre meunier.

 

      Les moments creux étaient consacrés aux réparations et à l’entretien.  D’autres corps de métiers jouaient un rôle au moulin : le rhabilleur de meules utilisait la mailloche pour rebattre les meules, la gisante comme la tournante, creuser de nouvelles stries qui pourront à nouveau attaquer le grain et donner de belles farines. On le reconnaissait à ses mains noircies et bleuies d’éclats de limaille de fer. Il y avait aussi le maître de forge, le papetier et aussi le constructeur appelé le charpentier de moulin, et ceux venant épisodiquement : le rentoileur, le forgeron ; le menuisier. 

 

     Une légende dit que les meuniers qui n’avaient de saint patron s’étaient réunis dans la cathédrale d’Amiens. Ils avaient décidé de lâcher une colombe et de prendre comme patron le saint sur lequel l’oiseau se poserait. Quelle fut leur déception quand ils virent le volatile se poser sur le diable ! 

 

LES MEULES 

 

      Aux alentours de 1760 on commença à abandonner les meules de grand diamètre (2,10m) d’une seule pièce. Les meules de 1,50m étaient composées de 24, 27 ou 32 morceaux. Les carreaux du cœur devaient être en pierre relativement tendre, tandis que les autres parties, entrepied et feuillère, dont la réunion forme l’entourage de la meule, devaient être en pierre plus dure. Dans son langage particulier, le meunier disait qu’une pierre était éveillée, lorsqu’elle était parsemée de cavités : les éveillures.

 

    Les divers carreaux étaient assemblés avec le plus grand soin et scellés, puis la meule était cerclée par deux frettes de tôle forte à la façon des roues de chariots… Le rayonnage consistait à produire sur la surface travaillante de la meule, des sillons creux qui avaient reçu le nom de rayons. Vers 1816, le diamètre de 1,30m fut adopté, la meule comportait 24 carreaux, scellés au ciment. »

 

 

 

« MANUEL DU MEUNIER » - 1790

 

   Voici, d’après le « Manuel du Meunier, édité en 1790 », les rendements de farine et la quantité qu’il en fallait, pour nourrir un homme dans l’ancien régime. J’ai gardé la tournure ancienne, car, pour l’essentiel, la lecture est assez aisée.

 

« On en retiroit vers 1650, que 144 livres (72 kg) de farine d’un setier (152 kg) de bled (blé), et il falloit quatre setiers par an pour la nourriture d’un seul homme (608 kg)… La mouture s’est améliorée, car selon M. de Vauban, trois setiers de bled (456 kg), produisant (chacun)  150 livres de pain (soit 450 kg), suffisoient pour la nourriture d’un soldat…

 

Le gouvernement a réduit cette consommation à deux setiers (304 kg) de bled qui produisent 380 livres de farine et 530 livres de pain.

 

   Cette augmentation de farine provient de la mouture des gruaux qu’on laissoit auparavant dans le son, parceque les vices de construction des moulins ne permettaient pas de les remoudre, ce que le sieur Buquet a rendu facile en perfectionnant les moulins et la mouture. La perte de ces gruaux étoit d’autant plus considérable, qu’ils contiennent le germe de bled, la farine la plus substancielle et que l’on emploie maintenant à faire les pâtes et patisseries les plus délicates.

 

Il résulte de cette perfection, un tiers de bénéfice et d’économie sur la consommation des grains en France, puisqu’il ne faut plus que 2 setiers (304 kg) par an, au lieu de trois (456 kg), pour nourrir un homme, et que ces deux setiers produisent plus de farine et plus de pain.

 

    En année commune, en France, la récolte de bled est de 45 millions de setiers (6 840 000 000 kg, ou 6 840 000 tonnes). Si la culture était partout dans le royaume ce quelle est en Flandre, dans l’Isle de France et dans le Pays de Caux, l’année commune feroit 80 millions de setiers au moins. Elles feroit 160 millions de setiers si les landes, bruyères et marais qui couvrent encore un tiers au moins du royaume, étaient de bonnes culture.

 

   Dans ce cas, la population de la France doubleroit, la France pourroit contenir 32 millions d’habitans qui consommeroient 64 millions de setiers de bled et nous aurions au moins 96 millions à vendre chaque année, qui, à 12 livres le setie, produiroient 1 milliard 152 millions, dont moitié résulteroit de la perfection des moulins et de la mouture….»

 

 

 

Les rendements se sont donc améliorés.

 

 

 

En 1650, il fallait donc 608 kg de blé pour nourrir un homme.

 

Vers 1700, il en fallait plus que 450 kg.

 

Vers 1750, il ne faut plus que 304 kg ! "

PATRICK JOSÉ GARCIA