EGLISE 088A copie

     Située en Charente du sud, à quelques kilomètres au nord de Ribérac, en Dordogne, ce gros village haut perché est des plus accueillants. Toute la ville haute, ancienne, sillonnée d’étroites venelles; s’est adaptée à la visite à pieds. Les rues, souvent en forte pente, sont munies d’escaliers munies de rampes pour fauteuil roulant, mais il convient d’avoir de bons freins à main !

   La première impression en arrivant dans ce havre de paix, est excellente. Les paysages sont riants, verts et bocages parsemés de bois et de charmilles, les routes bien entretenues et une double haie de platanes me conduisent au pied de la colline. Ici, c’est le fief des kayakistes dont un gros club est logé aux abords du pont sur la Drone. Cette rivière d’importance moyenne, a été mise en valeur, non seulement par la montée en puissance de la pratique du kayak, mais aussi, et surtout, par un complexe de loisir ouvert à tous, pouvant accueillir plusieurs centaines de baigneurs ou d’estivants, puisque les gazons et les plages de la base, jouxte le camping et l’aire de camping car (gratuite).

STE LIVRADE - AUBETERRE

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): trajet à partir de Ste Livrade sur Lot

Je suis le sentier qui suit la D20, et attaque la montée vers l’Office de Tourisme, situé tout en haut, près de la rue St Jacques et adossé à la mairie, qui, elle, est tournée vers la place centrale (Ludovic Trarieux) où se concentre l’essentiel de la vie locale, sous le regard austère des restes du fort château féodal. Je contourne donc la place pour accéder à l’O.T., l’accueil est charmant, et quelques minutes plus tard, muni d’un topoguide, je me lance à la découverte de cette halte sur les chemins de St Jacques.

   Tout est balisé pour aider le visiteur dans sa quête, il y a le topoguide, mais aussi les panneaux signalétiques, les balisages de randonnée etc.

AUBETERRE VG 179 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): La collégiale vue depuis le haut du village. (Photo: Patrick Garcia)

CHATEAU 082 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Le château fort, vu depuis le quartir de l'église. (Photo: Patrick Garcia)

    Sitôt sorti de l’O.T. je vire par la gauche pour descendre la rue St Jacques, du nom de l’église qui est à l’origine de cette étape dans mon voyage découverte de la Charente.

    Au terme de cette descente, je laisse la place centrale à ma gauche, bondée comme aux plus beaux jours, par une multitude de personnes attablées aux terrasses des cafés, pour m’attaquer à la montée vers St Jacques.

    A ma gauche, une placette de castine blanche, m’offre un superbe panorama sur la ville et son château. Des damiers de toitures multicolores plus ou moins rouges ou ocres, blottis au pied du Nid d’Aigle. Cette placette, dans la chaleur de ce  printemps qui hésite en températures tropicales et bourrasques glaciales, par cette journée accablante de chaleur, est accueillante. Il fait 30 degrés, et le banc qui s’étire mollement à l’ombre, est une invitation à méditer devant un tel panorama.

    Après cette halte, je décide de quitter la rue par laquelle je montais vers l’église, car face à la placette, une ruelle monte vers les restes de l’ancien Hospice St François.

HOPITAL ST FRANCOIS 085 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Une belle montée bordée de vieilles maisons, vers l'ancien Hôpital. (Photo: Patrick Garcia)

HOPITAL ST FRANCOIS 086 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Passage couvert sous l'ancien Hôpital de la ville. (Photo: Patrick Garcia)

    Je dois avouer que la montée de cette venelle est harassante et que je n’arrive pas à situer les restes de cet  hospice parmi les belles maisons anciennes. Mais un puits fort ancien, au sommet de ce piton, me laisse à penser qu’il est là, blotti contre le puits, à l’angle du square.

EGLISE 088A copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): On a le souffle coupé à la première vue de St Jacques. (Photo: Patrick Garcia)

EGLISE 090A copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Notez les arcatures du plus pur style roman. (Photo: Patrick Garcia)

EGLISE 0091 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Les voussures des portails sont d'une extraordinaire richesse! (Photo: Patrick Garcia)

EGLISE 092 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Des frises extraordinaires malgré la pierre délitée.(Photo: Patrick Garcia)

EGLISE 093 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Des chapitres entiers bibliques sur les frises extérieures. (Photo: Patrick Garcia)

    A ma gauche, une maison avec dessous, un passage sous cornière et j’abouti à l’église St jacques. Il n’y a que la façade qui est vraiment extraordinaire et ancienne, car en 1562, la nef s’écroula suite aux guerres de Religions. C’est donc tardivement que la nef et une tour clocher latérale furent construites. Mais la partie  la plus somptueuse, si elle a beaucoup souffert, est à peu près entière, si ce n’est que la mauvaise qualité de la pierre locale  qui délite continuellement le monument, obligeant après l’avoir sauvée des affres des guerres, à un entretien récurent, long et couteux.

     Mais qui chipoterai pour ne pas garder ce joyau de la sculpture romane.  Des motifs géométriques sur les faces des voussures des trois arcs, avec une richesse toute particulière pour l’arc central qui abrite la porte. Toutes ces voussures, tombent sur 5 colonnes dont les chapiteaux sont d’une richesse qu’il convient de souligner. Cette ligne de chapiteaux se poursuit de part et d’autre par une frise de scènes pittoresques où figurent des animaux, des motifs géométriques et des personnages réalistes.

     Au-dessus des arcs, aux deux-tiers du bâtiment, dans son élévation, court un second registre, alignement d’arcs romans aveugles retombant sur des colonnes torses, ou lisses, mais toujours avec une profusion de motifs géométriques  sur les arcs, une richesse débordante de précision dans les arabesques et les voussures moulurées de triangles ou de boutons…

 Enfin, un troisième registre, plus étroit, au fronton, est supporté par des modillons très recherchés alternant avec des « boucliers » fleuris. Ces modillons supportent une plinthe décorée de boutons sur toute sa longueur.

   Je suis estomaqué….

 

Je laisse ici place aux spécialistes de Wikipédia pour une description plus précise, que j’entrecouperai par mes photos :

« L’église Saint-Jacques est une église paroissiale située à Aubeterre-sur-Dronne, dans le département de la Charente et le diocèse d'Angoulême.

       Cette ancienne collégiale, presque entièrement détruite durant les guerres, conserve néanmoins une façade monumentale empruntant au style roman saintongeais et poitevin.

     Tout comme l'église monolithe Saint-Jean, toute proche, elle constituait pour les pèlerins une étape sur la route de Saint-Jacques-de-Compostelle. Le portail de l'église fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques par la liste de 1862.

    L'église Saint-Jacques, consacrée en 1171, appartient à l'origine au diocèse de Périgueux. Fréquentée durant des siècles par les « Jacquets » en route pour Saint-Jacques-de-Compostelle, elle est totalement ravagée par des extrémistes protestants les 13 et 14 mai 1562, qui n'épargnent guère que sa façade. L'église n'est pas relevée avant 1710.

    Le clocher, un peu en retrait, est édifié en 1860. Plusieurs campagnes de restauration ont été entreprises ces dernières années afin de rendre son cachet à cet édifice emblématique, campé sur une hauteur du village : restauration intérieure à partir de1965 (pose de nouveaux vitraux, remise en état des murs et de la charpente) puis de nouveau en1989 (charpente des bas-côtés) ; remise en état des parties extérieures à partir de 1979 (restauration de la façade jusqu'en 1993). Ces travaux sont complétés en 1994 par un aménagement des abords de l'église (création d'un espace vert et pose de projecteurs).

EGLISE 147 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Admirez la richesse de la sculpture, les colonnes torses, les moulures et autres frises de toutes beautés. (Photo: Patrick Garcia)

EGLISE 148 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Aucune colonne ou chapiteau n'est identique. (Photo: Patrick Garcia)

EGLISE 149 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): L'art roman poussé à son paroxysme.  (Photo: Patrick Garcia)

Description

   L'élément majeur de cette église est sa façade monumentale, qui s'étend sur 18 mètres 40 pour une hauteur de 12 mètres. S'inspirant des canons de l'architecture romane saintongeaise (abbaye aux Dames de Saintes), poitevine (église Notre-Dame la Grande de Poitiers) et angoumoisine (cathédrale Saint-Pierre d'Angoulême) bien plus que des modèles périgourdins, elle est divisée en trois registres horizontaux et verticaux, rythmés par de grandes arcades et des entre colonnements.

     Le portail, dont un arc polylobé trahit des influences hispano-mauresques, comprend cinq voussures ornées de motifs géométriques et végétaux.

Il est encadré par deux arcades aveugles, où est encore visible une frise sculptée représentant les cycles astrologiques du zodiaque, ainsi que les travaux des champs et activités associés (préparation du pain, ensemencement des parcelles, scènes de chasse...).

EGLISE 114 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Les travaux des champs passés en  revue, ici, le pastoralisme.(Photo: Patrick Garcia)

EGLISE 115 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Le poissonnier à l'oeuvre ici. (Photo: Patrick Garcia)

EGLISE 116 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Cuisine et préparation du pain. (Photo: Patrick Garcia)

EGLISE 117 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Préparation des boules de pains? (Photo: Patrick Garcia)

EGLISE 118 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): A droite, le Centaure décoche une flèche à un cerf (symbole de Dieu) qu'un homme découpe sur la table à gauche. (Photo: Patrick Garcia)

  

EGLISE 111 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Scène de chasse à courre.  (Photo: Patrick Garcia)

L'étage supérieur voit se développer une arcature (treize arcades en plein cintre) dont on suppose qu'elles ont dû abriter des statues des douze apôtres (aujourd'hui disparues), organisées autour d'une baie centrale. Les chapiteaux s'inscrivent dans la grande tradition romane. Foisonnants de représentations symboliques (coquilles Saint-Jacques), de monstres mythiques issus du bestiaire médiéval (basilics, chimères, sirènes-oiseaux, griffons), d'animaux exotiques (lions) ou de visages humains énigmatiques… Ils se rapprochent par certains aspects de l'art des imagiers d'Aulnay et de Saintes.

     Un des chapiteaux de la façade représente un centaure en train de décocher une flèche en direction d'un cerf. Comme le cerf symbolise généralement le Christ, le centaure incarnerait ici le mal. Le deuxième étage, aujourd'hui tronqué, abritait une statue équestre (comme à Aulnay, à Melle, à Saintes ou à Chateauneuf-sur-Charente), possible représentation de l'empereur Constantin, de saint Jacques ou de Charlemagne.

EGLISE 105 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Admirez la symétrie et la pureté des lignes.... (Photo: Patrick Garcia)

EGLISE 104 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Travée façade de droite. (Photo: Patrick Garcia)

EGLISE 109 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Travée de gauche et la fameuse frise agraire. (Photo: Patrick Garcia)

      Les deux extrémités de la façade laissent apparaître le départ de deux tours d'angle, sur le modèle de certaines églises poitevines (Notre-Dame la Grande). L'intérieur de l'église, d'une grande sobriété, est divisé en trois vaisseaux, l'ensemble étant couvert d'une charpente apparente. Le chevet plat est percé d'une grande baie où a été posé un vitrail moderne en 1970. Le bas-côté sud abrite une Vierge à l'enfant du XVIe, à laquelle répond une statue de saint Jacques dans le bas-côté opposé. Parmi les autres éléments notables, deux cloches du 1er quart et du 3e quart du XVIIe siècle, ainsi que deux chandeliers de chœur du XIVe sont classés aux monuments historiques. »

Qu’ajouter de plus à ce spécialiste ? Que la vision de cette façade me fait étrangement penser à celle d’un temple romain ou du chœur d’un théâtre romain, avec ses arcatures et l’absence (supposée) de statues…. Je rentre dans le monument et la »machine à remonter le temps » fait un bond de 5 siècles en avant, me ramenant  « aux temps modernes » du 17ème siècle, époque de la reconstruction de l’édifice hors façade. La magie n’opère pas et, si le bâtiment est sympathique, il n’arrive pas à m’accrocher… Je ressors.

EGLISE 097 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Petit bestiaire sauvage. (Photo: Patrick Garcia)

EGLISE 098 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Animaux fantastiques. (Photo: Patrick Garcia)

 

EGLISE 100 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Malheureusement, le calcaire se délite en de nombreux endroits. (Photo: Patrick Garcia)

EGLISE 101 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Dragon ou animal fantastique. (Photo: Patrick Garcia)

EGLISE 113 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Bestiaire fantastique. (Photo: Patrick Garcia)

 

EGLISE 120 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Autres animaux fantastiques. (Photo: Patrick Garcia)

 

 

 

Je redescends en longeant la tour-clocher latérale.

COUVENT DES CLARISSES 125 copie

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): la porte fortifiée du couvent des Clarisses.  (Photo: Patrick Garcia)

    Quelques mètres plus bas, dans un virage, je me trouve devant une grosse bâtisse surmontée d’une tour d’entrée à mâchicoulis et créneaux. Il s’agit du couvent « des Clarisses ».  Malheureusement, la lourde porte d’entrée métallique masque l’intérieur et surtout la vue de ce couvent fondé en 1620 par François d’Esparbès de Lussan, marquis d’Aubeterre. Cet ordre religieux fondé aux 13ème, par Ste Claire, placé sous la juridiction des Franciscains qui vivaient cloîtrées et partageaient l’idéal de pauvreté absolue de François d’Assise. Comme les Franciscains, elles vivaient de leur travail et d’aumônes. Un panneau précise cependant que ce couvent d’Aubeterre semblait avoir accueilli des riches veuves. Les Clarisses avaient leur cimetière près de l’église St Jacques. Le lieu choisi pour le couvent fut un ancien bastion situé sur l’enceinte de la ville haute, on décida de réutiliser l’ancienne tour fortifiée et les bâtiments voisins pour installer les moniales. En 1793, les bâtiments furent vendus comme « Bien National » et  par la suite, une partie du couvent devint auberge. Au 19ème on perça un porche sous la tour. Il y a quelques dizaines d’années, une famille devint propriétaire des lieux dont une de leurs ancêtres vivait au couvent au 17ème siècle ! Cette propriété privée ne se visite pas. Un dernier regard sur la tour me fait découvrir une date entre deux mâchicoulis « 1608 », Henri 4 n’avait plus que 2 ans à vivre….

PLACE CENTRALE 142 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Deux vues opposées de la jolie place centrale.  (Photo: Patrick Garcia)

PLACE CENTRALE 190 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): La place centrale, vue de l'opposé, descendant du castel.(Photo: Patrick Garcia)

 

     Je continue ma descente vers le centre ville par la rue St Jacques. La place centrale est bondée ! 

    Je décide d’aller voir d’un peu plus près le château, situé en face, sachant qu’i ne se visite pas. Je traverse la place arborée et monte « l’Impasse du Château ». Au bout de quelques dizaines de mètres, mon horizon est clavé par une grosse et belle grille en fer forgé.

AUBETERRE CONTRE L EGLISE 144 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Au détour des ruelles de la ville. (Photo: Patrick Garcia)

AUBETERRE CONTRE L EGLISE 145 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Autres vieilles maisons. (Photo: Patrick Garcia)

 

Elle n’est pas vraiment une grosse défense contre les regards indiscrets, puisqu’elle n’arrive qu’à 1 mètre de haut, juste pour marquer qu’ici, c’est une propriété privée. Je mitraille de photos, même si l’angle de prise de vue n’est pas le meilleur puisque je suis en contre plongée. Soudain, la lourde porte du châtelet d’entrée, s’ouvre et une accorte grande hollandaise blonde vient à ma rencontre, sourire aux lèvres et m’ouvre le portail. En quelques mots je comprends qu’elle m’invite à entrer dans la basse-cour pour faire les photos dans le meilleur angle possible. Puis rentre en me demandant de bien fermer la grille à mon départ. Je suis sur un petit nuage et pense que si tous les heureux propriétaires de monuments anciens de notre patrimoine national avaient cette délicatesse, la vie serait  si belle….

CHATEAU 133 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Le château veille sur la vieille ville. (Photo: Patrick Garcia)

CHATEAU 134 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Le coin du photographe permet de capter des vues saisissantes. (Photo: Patrick Garcia)

CHATEAU 184 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Le blason des rois d'Angleterre. (Photo: Patrick Garcia)

CHATEAU 185 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Bien que diminuée, la tour du pont levis a encore fière allure.(Photo: Patrick Garcia)

   D’ici, je suis bien plus à l’aise pour faire quelques bons clichés. Au-dessus de l’entrée  un  gros blason de pierre me rappelle étrangement les 3 léopards d’Angleterre. Le lourd pont levis a, bien sûr, disparu, mais les rainures sont là et ce bastion a encore de la «  gueule ». Les murs sont bien entretenus et d’ici, la vue sur le reste de la ville est superbe. Sur un panneau, j’apprends que le nid d’aigle est cité pour la première fois en 1004 ! Son emplacement au carrefour de 3 provinces : Angoumois, Saintonge, Périgord, lui valut d’être au cœur des batailles franco-anglaises et d’être pris à de nombreuses reprises jusqu’en 1453.

   Après le départ des troupes anglaises, François Bouchard, baron d’Aubeterre, reconstitue la seigneurie qui connaîtra son apogée au début du 17ème. Inhabité durant tout le 18ème siècle, en 1817, il est acquis par un marchand qui entreprend aussitôt de faire démolir les corps de logis pour vendre les matériaux. Du château primitif on peut voir encore les bases de certaines courtines. Des bâtiments élevés en 1453, il ne subsiste plus que le soubassement de la Tour St Jean ainsi que le châtelet d’entrée de la basse-cour, aménagée au milieu d’une enceinte en fer à cheval. Cette tour comportait autrefois une haute toiture recouverte d’ardoises. Elle était précédée d’un fossé aujourd’hui comblé.

    Je redescends quelques mètres et je tourne à droite pour remonter la rue « Chemin des Douves ». A ma gauche, le parking ombragé où siège l’O.T. Je le traverse en direction d’une venelle qui m’amène juste au-dessus, dans la rue « Pierre Véry ».

COUVENT DES MINIMES 163B copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Cloître des Minimes. (Photo: Patrick Garcia)

COUVENT DES MINIMES 171A copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Statue du fondateur, le marquis d'Aubeterre, en armure.  (Photo: Patrick Garcia)

COUVENT DES MINIMES 173 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Chapelle de l'Assomption.(Photo: Patrick Garcia)

COUVENT DES MINIMES 177 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Cloître des Minimes. (Photo: Patrick Garcia)

COUVENT DES MINIMES 178 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Autre vue du cloître des Minimes. (Photo: Patrick Garcia)

    En effet, cette voie m’amène à la « Chapelle et au Cloître des Minimes ». Cette rue est bordée de vieux immeubles, en grand appareil, bien conservés. Elles ont de lourdes portes cloutées munies de heurtoirs souvent superbes. Avec moi, nombreux sont les promeneurs munis de leur plan de ville, peu de voitures, les rues sont à la merci des visiteurs. J’admire le bel ordonnancement des jardins d’agrément multicolores et j’apprécie le calme olympien  dans cette partie de la ville haute. J’arrive devant la haute façade de la « Chapelle ND de l’Assomption», reconnaissable à son grand œil de bœuf…

    La première pierre en fut posée par l’évêque de Périgueux le 15 août 1617, chapelle du couvent, elle fut aussi chapelle funéraire des fondateurs, François d’Esparbès de Lussan, marquis d’Aubeterre, et sa femme Hypolite Bouchard. L’édifice frappe par sa grande sobriété. J’entre, à ma droite, une superbe statue d’un seigneur en armure, et à genoux, priant, semble être celle du fondateur. Il paraît qu’autrefois elle se trouvait dans la crypte inaccessible aujourd’hui. Elle fut commandée par sa femme en 1630 à Simon Canfort, un sculpteur d’Anvers.

    Une grille empêche les visiteurs d’entrer dans le cloitre carré et de style classique à 5 arcades plein cintres portées par des piliers carrés. C’est que le cloitre fait partie à présent de la maison de retraite qui jouxte la chapelle.

     Un peu déçu, je reviens dans le centre arpenter les nombreuses et charmantes venelles de bourg très accueillant et plein de ressources.

PLACE MERKES MERVAL 137 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Quelques vues de la place médiévale, Merkès Merval. (Photo: Patrick Garcia)

PLACE MERKES MERVAL 138 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Notez les superbes vieilles maisons. (Photo: Patrick Garcia)

PLACE MERKES MERVAL 141 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Joli bassin animé par de beaux poissons rouges.  (Photo: Patrick Garcia)

    Je ne visite pas l’église troglodyte, pourtant très connue.  Ma passion se porte sur l’aérien,…, le romain,  l’art roman, le gothique un peu, les castels, les lieux de vie, les vieux quartiers. Volontairement j’évite les grottes, ce fut le cas à Cabrerets (46), où je ne visitais pas les célèbres grottes du « Pech Merle ». Je ne suis bien que sur le plancher des vaches, comme l’on dit ! Pour les amateurs, la renommée de cette église St Jean, creusée au 12ème siècle, abritant de nombreux sarcophages, est importante et reconnue.

    Pour ma part, je préfère naviguer au détour des ruelles et carrerous pour visiter les vieux quartiers  qui s’étagent au-dessus du vieux lavoir, remis à neuf, et qui était le poumon du village, et moi, comme vous, si vous venez le visiter, vous ne serez pas décus....

 

MARTEAU A AUBETERRE SUR DRONNE 152 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Aubeterre est aussi le paradis des "Marteaux de porte" fort anciens et superbes.  (Photo: Patrick Garcia)

MARTEAU A AUBETERRE SUR DRONNE 153 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Aubeterre est aussi le paradis des "Marteaux de porte" fort anciens et superbes.  (Photo: Patrick Garcia)

MARTEAU A AUBETERRE SUR DRONNE 157 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Aubeterre est aussi le paradis des "Marteaux de porte" fort anciens et superbes.  (Photo: Patrick Garcia)

MARTEAU A AUBETERRE SUR DRONNE 160 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Aubeterre est aussi le paradis des "Marteaux de porte" fort anciens et superbes.  (Photo: Patrick Garcia)

MARTEAU A AUBETERRE SUR DRONNE 162 copie

 

AUBETERRE SUR DRONNE  LA MÉDIÉVALE (16): Aubeterre est aussi le paradis des "Marteaux de porte" fort anciens et superbes.  (Photo: Patrick Garcia)

 

PATRICK GARCIA