ST SATURNIN TOURS 761 copie

CHÂTEAU ET VILLAGE DE ST SATURNIN (LOZERE)

         Etant près de Mende, capitale de la Lozère, à La Canourgue, « la Petite Venise » de la Lozère,  j’ai entendu parler d’un petit bourg castral, à 10 kms.  Je décide d’aller faire un tour dans cette petite merveille échappée du Moyen-âge.

    La route est belle, courte, traverse des endroits typiquement caussenards, et très vite, je me gare dans un village dominé par un magnifique château, pas immense, mais adorable.

TRAJET STE LIVRADE-ST SATURNIN

 

Trajet Ste Livrade sur Lot/ St Saturnin


Ma visite s’annonce sous les meilleurs auspices, dès que j’ouvre la porte de mon « Pépère », un joli chat tigré couleur caramel me fait une invite à la caresse, il s’étire, puis se met à ronronner pour me souhaiter la bienvenue…

    Cinq minutes de caresses plus tard, on est amis pour la vie, et il me précède pour me faire visiter le village et ses beaux monuments très bien conservés. N’ayant pas eu, le jour même l’occasion de parler avec un guide où une personne du cru (il n’y a pas d’O.T., mais un bar sympa….), je vais m’aider de Wikipédia et du Net pour retracer l’Histoire de ce village de cartes postales que je vous conseille d’aller visiter, lors de votre prochain passage.

DSCN1753 copie

 

St Saturnin(48) Un château et un village médiéval: Je suis fêté par un adorable minet. (Photo: Patrick Garcia)

 

ST SATURNIN CALVAIRE 743 copie

 

St Saturnin(48): Un château et un village médiéval: Joli calvaire dans le village. (Photo: Patrick Garcia)

ST SATURNIN CALVAIRE 744 copie

 

St Saturnin(48): Un château et un village médiéval: Détail de la croix ci-dessus. (Photo: Patrick Garcia)

ST SATURNIN DATE 773 copie

 

St Saturnin(48): Un château et un village médiéval: Une date et des signatures sur le fronton du café du village. (Photo: Patrick Garcia)

ST SATURNIN DATE MAIRIE 775 copie

 

St Saturnin(48): Un château et un village médiéval: Autre croix datée, celle-là, 1739(?) sur le muret de la mairie. (Photo: Patrick Garcia)

ST SATURNIN MAIRIE 774 copie

 

St Saturnin(48): Un château et un village médiéval: La petite mairie, et tous les bâtiments du village sont couverts d'ardoises. (Photo: Patrick Garcia)

   Le château est situé sur la commune de Saint-Saturnin, à proximité de La Canourgue. Ce canton était situé dans l'ancienne province du Gévaudan. Aujourd'hui, le château est visible depuis l'autoroute A75, l’autoroute gratuite qui va de Clermont Ferrand à Montpellier.

      Le château est mentionné dans le patrimoine du roi de France, au XIIIe siècle, ce qui place sa construction vers cette époque. Le Gévaudan du Moyen Âge est une vicomté décomposée en huit baronnies, auxquelles s'ajoutent douze seigneuries importantes (ayant un droit d'accès aux états privés du Gévaudan). Cependant, une famille possède un statut particulier qui est très proche de celui de baron, il s'agit des « comtors » de Montferrand (désormais inclus dans la commune de Banassac) qui possède trois mandements (Saint-Pierre-de-Nogaret, Saint-Germain-du-Teil et Trélans). Le château de Saint-Saturnin n'est donc pas une possession des barons de Canilhac tout proche, mais de Montferrand.

ST SATURNIN EGLISE 745 copie

 

St Saturnin(48): Un château et un village médiéval: L'église et le château dans un cadre majestueux. (Photo: Patrick Garcia)

ST SATURNIN EGLISE 759 copie

 

St Saturnin(48): Un château et un village médiéval: La petite église blottie contre le nid d'aigle. (Photo: Patrick Garcia)

     Cependant au XVIe siècle, on retrouve trace du château comme étant une possession de Cénaret. Il sera agrandi à partir du milieu du XVIIe siècle, puis sera peu à peu abandonné après la Révolution française.

    Il est d'ailleurs en état de ruine lors de l'inventaire national de 1968. Ses attributs ont été pillés, ainsi retrouve-t-on le linteau de la porte principale au château de la Caze, non loin de là, dans les gorges du Tarn.

Vers la fin du XXe siècle une association commence à le restaurer. Il est par ailleurs inscrit aux monuments historiques depuis 1995.

Le château est composé de trois tours rondes et d'une quatrième carrée, et d’une enceinte en partie démontée.

LA LEGENDE :

   Une légende est associée au château et à ses seigneurs. Au Moyen Âge, les gens qui passaient devant le château étaient en devoir de saluer en se découvrant ou en descendant de leur monture. Un jour, plusieurs individus n'ayant pas réalisé le salut furent enfermés dans la prison du château. Mais le seigneur ne voulant pas payer pour les garder enfermés, il conclut avec eux un marché : ils seraient libres à condition d'effectuer la distance entre les cachots et la porte en dansant. Mais les prisonniers n'étaient pas au courant des conditions dans lesquelles devaient se dérouler la danse. En effet, juste avant le passage des prisonniers, le seigneur avait fait chauffer les pierres des murs et du sol. La légende ne raconte cependant pas les détails des souffrances endurées par les prisonniers pour rejoindre la sortie.

ST SATURNIN FOUR 741 copie

 

St Saturnin(48): Un château et un village médiéval: Le four banal devant le superbe château. (Photo: Patrick Garcia)

ST SATURNIN TOURS 746 copie

 

St Saturnin(48): Un château et un village médiéval: Le mur d'enceinte a en partie disparu, permettant une belle vue sur le corps de logis. (Photo: Patrick Garcia)

"Au 13e siècle, le château féodal est mentionné dans le domaine du roi de France et sert à verrouiller le domaine royal du Gévaudan face au Rouergue. De 1307 à 1656, il appartient aux Montferrand, famille maternelle du pape Urbain V. Au cours des guerres de Religion, il sert de garnison royale. L'édifice se présente comme un quadrilatère cantonné de trois tours rondes et d'une carrée. Le corps de logis jouxte cette dernière et forme l'aile sud avec un escalier hors-œuvre dans la cour. La tour carrée est le donjon médiéval, couronné de mâchicoulis. Les planchers ont disparus mais ils conservent deux baies trilobées qui permettent de le dater de la fin du 13e ou du début du 14e siècle, époque à laquelle le roi de France, en conflit avec l'évêque de Mende, re-fortifia ses châteaux. Au 16e siècle, un corps de logis est accolé à ce donjon. La tour carrée, presque intacte, serait l'unique donjon royal subsistant dans la vallée du Lot". (Informations issues de la base Mérimée.)

ST SATURNIN TOURS 749K

 

St Saturnin(48): Un château et un village médiéval: Si les courtines ont disparu, les tours sont biens présentes avec leurs meurtrières et leurs canonnières (Photo: Patrick Garcia)

ST SATURNIN TOURS 750 copie

 

St Saturnin(48): Un château et un village médiéval: Le seigneur de ce castel était un sacré sacripant! (Photo: Patrick Garcia)

Un château maudit ?

   La légende raconte que des exactions orchestrées par un seigneur du château au sein de ses murs hantent encore le lieu. Une coutume voulait que chaque personne passant devant le château se découvre la tête et fasse salue en signe de respect au seigneur. Les paysans comme les chevaliers ne manquaient jamais à la coutume, les uns ôtant leurs pauvres chapeaux rabougris, les autres descendants de leurs nobles montures.

    Un jour, une bande de bandits remontant de Toulouse bravèrent la règle. Au passage de ces inconscients, la rue se vida et dans un complet silence que les malotrus arrivent au niveau de la garde, qui sonna immédiatement l’alarme, les arrêta et les jetèrent au cachot. Après quelques jours, le seigneur vint leur rendre visite et leur promis de les libéré à une étrange condition : celle d’effectuer la danse de son choix du cachot à la porte du château. Les bandits acceptèrent avec joie, loin de se douter des peines qui les attendaient.

    En effet, le seigneur avait fait allumer des brasiers à même le sol dans chaque endroit qu’ils allaient devoir traverser. Une fois que l’atmosphère était devenue suffocante et que les dalles de pierres avaient atteint une température insupportable, on leur banda les yeux et les jeta pieds nus dans les corridors. Les malheureux poussèrent alors des plaintes à glacer le sang, se jetant contre les parois et déchirant l’air de leurs plaintes épouvantables. Ils n’auraient jamais pu quitter le château si les soldats ne les avaient pas par la suite jeté sur le parvis, tels de vulgaires cadavres. On raconte que leurs hurlements continuèrent pendant longtemps de hanter le château, jusqu’à troubler l’esprit du dernier comte de Saint-Saturnin.

ST SATURNIN TOURS 765 copie

 

St Saturnin(48): Un château et un village médiéval: Superbe toit en poivrière, les créneaux ont été remplacés par des meurtrières-canonnières. (Photo: Patrick Garcia)

ST SATURNIN TOURS 768 copie

 

St Saturnin(48): Un château et un village médiéval:Dommage que la courtine soit en partie détruite...  (Photo: Patrick Garcia)

Casimir de Freyssinet :

   Le dernier comte du château - Casimir de Fraissinet était un homme cultivé qui avait étudié dans de nombreuses villes de France et d’Europe. Il revient à la suite de ces voyages habiter reclus dans son château. D’après les habitants du village, il passait son temps à recouvrir les murs du château d’écritures indéchiffrables et d’une frise dont les motifs se répétaient à l’infini. Il dormait dans un lit de cordes recouvert d’un linceul et les soirs de tempêtes, il allait s’installer dans la bibliothèque, se taillait la peau et plongeait sa plume directement dans son sang, annotant quantité d’ouvrages désormais maudits. Les habitants racontèrent qu’ils le virent plusieurs fois gravir la montagne muni d’un énorme sac de cailloux, dont il se débarrassait une fois arrivé au sommet et recommençant ainsi jusqu’au levé du jour, tel un malheureux Sisyphe lozérien. Certains autres soirs il se rendait dans la chapelle attenante au château où au cimetière, où ils poussaient des cris effroyables glaçant le sang de tous les villageois. Ce vieillard à la grande barbe blanche était, disait-on, devenu fou de vivre seul dans ce château maudit. Il termina sa vie en 1863 à l’âge de 78 ans. Certains disent qu’il s’est éteint à l’hôpital de Mende où il était soigné pour ses dérives mentales, d’autres affirment qu’il a fini ses jours dans une cabane qu’il avait faite construire dans la forêt. On ne sait si toutes les histoires qui courent sur sa vie sont vraies mais la légende est encore présente dans tous les esprits des habitants du village. Sur sa tombe, toujours visible dans le cimetière jouxtant la chapelle, on peut lire écrit en latin : « Ci-git casimir, comte de Freissinet, de naissance illustre, plus noble par sa foi, sa religion et sa vertu austère. »

 

Parcours découverte

    Nul ne manque d’être saisi par la vue du château de Saint-Saturnin de Tartaronne, lové au fond d’une vallée fertile arrosée par un ruisseau du même nom. Surplombée par un impressionnant cirque rocheux, la vision qu’il nous offre est toujours emplie d’émerveillement et de mystérieuses légendes courent encore entre ces pierres. Vous pourrez aussi y observer le petit patrimoine du village, certes plus modeste, mais toujours témoin de la vie des Saint-Saturniens. Une riche histoire Les premiers habitants du Causse sont des chasseurs cueilleurs du paléolithique il y a 300 000 ans de cela. Environ 3 000 ans avant notre ère, ils descendent des hauteurs et commencent à vivre de l’agriculture. Pendant les 3 premiers siècles après JC, Saint-Saturnin est probablement un des fournisseurs de matières premières de Banassac, qui est à l’époque un des centres de production de poteries les plus important de France. Le village fut ensuite au Moyen-âge un des principaux lieux de passage entre le village de Séverac-le-Château, en Rouergue, et celui de Banassac, en Gévaudan. Le château de Roquaizou désormais disparu, situé à quelques kilomètres de là, était chargé de surveiller la route médiévale les reliant. Il fut par la suite remplacé, entre le XIIème et le XIVème siècle, par celui de Saint-Saturnin. Inoccupé depuis le XIXème siècle et laissé à l’abandon, ce château a pu bénéficier d’une campagne de restauration, toujours en cours actuellement, mais qui lui a dores et déjà permis de retrouver sa superbe d’antan.

 

Découverte du village

plan village st saturnin

 

St Saturnin(48): Un château et un village médiéval: Plan d'ensemble, les numéros correspondent au numéros des descriptions ci-dessous  

 1 - Le château

On sait qu’un château existait déjà au XIIème siècle, appartenant au début du siècle à un seigneur de Cénaret , comte de Montferrand, de la famille du Pape Urbain V. A cette époque une liste des fiefs situés dans le diocèse de Mende fait état que le château est un « fief royal », c’est-à-dire qu’il dépend directement du roi de France. Malgré cela, aucun élément d’architecture n’est antérieur au XVème siècle. La tour carrée est probablement l’élément le plus ancien élément d’architecture du château actuel. Elle daterait du début du XVIème siècle. A l’époque celui-ci est  quadrangulaire, non orthogonal à tour d’angle. Le corps de logis est situé au sud car c’est le mieux exposé et le moins vulnérable. D’autres bâtiments secondaires sont adossés aux murs du quadrilatère.

ST SATURNIN EGLISE MEURTRIERE 756 copie

 

St Saturnin(48): Un château et un village médiéval: Le système défensif est composé de meurtrières et de canonnières, comme ci-dessus, où la rainure est très large, permettant le passage du canon d'un mousquet ou d'un tromblon. (Photo: Patrick Garcia)

ST SATURNIN MEURTRIERE 755 copie

 

St Saturnin(48): Un château et un village médiéval: Ici, deux époques se croisent, l'antique archère en croix pâtée est doublée d'une canonnière. (Photo: Patrick Garcia)

     Le XVIème est le temps des guerres de religions. Des remaniements en matière d’architecture défensive sont entamés : la tour Nord-est est reconstruite. Plus grande, elle occupe à la fois la fonction de logement et de défense, et devient plus confortable. Vers 1630, un baron de Cenaret vend le château à Louis de Loubeyrac, qui mariera sa fille à Bernardin Ysarn de Freissinet, baron de Valady. Le couple décide de faire de Saint-Saturnin sa résidence principale. Ainsi, des grands travaux sont effectués afin que le château réponde mieux à cette fonction. On remanie le corps de logis (3) et ont y construit trois cheminées monumentales, toujours visibles à l’intérieur du château. On bâtit l’escalier desservant les deux parties du corps de logis (4). On construit également une aile ouest (5), ouverte par de grandes baies et une porte majestueuse surmontée des armoiries de la famille. On peut en effet déterminer que cette aile n’existait pas au XVème siècle d’après quelques éléments d’architecture telles que la forme des fenêtres et la toiture « à la Mansart », encore visible sur certaines vieilles photos.

    Le château sera la résidence principale de la famille de Freissinet jusqu’en 1752, date à laquelle le Marquis meurt prématurément et sa veuve décide de partir et de le confier au fermier du domaine pendant une quarantaine d’années. Il appartient en 1794 à Godeffroy de Freissinet-Valady, député de l’Aveyron condamné à mort à la Convention, notamment pour avoir voté contre la mort du Roi. Parmi ses biens seront cités « un vieux château audit Saint-Saturnin ». Deux ans plus tard, sa veuve décide de s’installer au château et d’entamer des réparations, les dernières avant sa dégradation. Faute d’héritier direct, l’occupant suivant est le comte Charles-Casimir de Freissinet-Valady de Laguépie. Il n’entretient pas le château, en cède une partie du rez de chaussée à un fermier dans les années 1840 et le lèguera à sa mort à l’évêché de Mende.

     L’évêché en fera une résidence d’été pour les membres du clergé avant de le vendre pour une bouchée de pain afin de financer l’achèvement du porche de la cathédrale de Mende. Le repreneur est Monsieur Camille Samson, qui en fait un entrepôt de matériaux pour son entreprise de récupération. A cette époque le château est déjà très délabré mais conserve encore les couvertures de ses bâtiments. L’aile d’entrée à l’ouest a encore sa charpente, sa ruine étant probablement consécutive au démantèlement du portail, vendu au château de la Caze à Laval-du-Tarn en 1910. Les descendants de Camille Samson le vendent ensuite au Conseil Général, qui le revendra en 1995 à des propriétaires privés qui entameront sa reconstruction. Aujourd’hui les tours ne menacent plus de s’effondrer, les toitures ainsi que des pièces du logis ont été restaurées. Le chantier est toujours en cours à l l’heure actuelle, même si le château à dors-et-déjà retrouvé une partie de sa grandeur d’antan.

ST SATURNIN TOURS 760 copie

 

St Saturnin(48): Un château et un village médiéval: Jolie vue des corbeaux de toiture. Y avait-il un chemin de ronde qui aurait disparu, remplacé par un grand nombre de meurtrières? (Photo: Patrick Garcia)

ST SATURNIN TOURS 761 copie

 

St Saturnin(48): Un château et un village médiéval: Un charme fou pour cette belle demeure entourée de nombreux sentiers de randonnées. (Photo: Patrick Garcia)

 2 - Le four à pain

Dans les campagnes lozériennes où la vie était rude et où l’ombre de la disette planait constamment sur la population, le pain était indispensable. Avant le développement des boulangeries, les habitants du village se retrouvaient régulièrement autour du four banal où l’on procédait à sa fabrication. Les fours sont souvent construits sur le même plan : ils se composent d’un hangar en toit charpenté ou voûté couvert de lauze, ainsi que d’une chambre de chauffe protégée par des murs maçonnés et toujours voûtée afin de conserver la chaleur. Celui de Saint-Saturnin, construit en 1893, a été restauré en 1912 puis plus récemment.

ST SATURNIN FOUR 742 copie

 

St Saturnin(48): Un château et un village médiéval: Le four à pain banal, son toit en lauzes, et sa cheminée typique. (Photo: Patrick Garcia)

ST SATURNIN FOUR 777 copie

 

St Saturnin(48): Un château et un village médiéval: Le four banal avec en façade, une fontaine. (Photo: Patrick Garcia)

 

3 - Le métier à ferrer

Il servait comme son nom l’indique à ferrer les animaux utilisés pour le débardage, principalement des vaches et des bœufs, plus placides que les chevaux. L’animal était placé dans le métier, sa tête maintenu à l’avant par un joug et parfois posé sur une petite plaque métallique. On passait ensuite des sangles attachées aux poutres horizontales sous son ventre afin de le soutenir. On posait ensuite ses pattes successivement sur les poutres en bois parallèles au sol, sorte de « reposoirs » afin de facilité le ferrage. Ces « ferradous » comme on les appelle ici sont les témoins du passé.

ST SATURNIN METIER 776 copie

 

St Saturnin(48): Un château et un village médiéval: Elément essentiel dans la vie rurale, le "métier"... (Photo: Patrick Garcia)

 4- Le lavoir

 Le lavoir dans chaque village était un lieu de sociabilité où les femmes se retrouvaient pour parler tout en lavant le linge. Agenouillées, elles frottaient le linge énergiquement avec du savon de Marseille avant de le taper contre les pierres du lavoir à l’aide d’une palette en bois.

 5 - Les fontaines :

 Il existe encore de pittoresques petites fontaines publiques dans le village. Destinées à l’usage de tous, il existait certaines règles quant à leurs utilisations. Voici un règlement émit lors d’un conseil municipal en 1892 :

1) Il est défendu de laver du linge,

2) Il est défendu de laver des matières terreuses telles que pommes de terre et plantes sarclées

3) De n’y jeter aucune matière pouvant nuire au breuvage des animaux du pays ou des passants. Il est toléré d’y laver les matières servant à l’alimentation publique soit : salade, choux pour la soupe et pommes de terres à éplucher, ainsi que légumes, haricots, lentilles et matière semblable. Le linge et les plantes terreuses seront lavés au ruisseau ou dans une auge particulière

4) Il est défendu à tous les enfants et grandes personnes de boucher les tuyaux d’écoulement et de se suspendre aux mêmes tuyaux. Ce règlement permet d’avoir un aperçu des habitudes des Saint-Saturniens à cette époque.

 6 - L’église

 La petite église romane est mentionnée pour la première fois en 1155, date à laquelle elle est cédée par l’évêque de Mende à l’abbaye Saint-Victor de Marseille. Cependant son chevet plat laisse penser que sa construction pourrait être antérieure au XIIème siècle. En 1662 elle est agrandie par les Freissinet-Valady d’un collatéral sur trois travées avec des arcades en plein-cintre, permettant de communiquer directement avec le château. Avant cela elle possédait uniquement la nef en voûté brisée. Des fresques du XVII et du XVIIIème siècle sont encore visibles dans le chœur. A gauche du chœur, la dalle funéraire de Jean de Cénaret datant de 1564 est toujours en place. Un vitrail offert par la Confrérie de la Pouteille et du Manouls au-dessus de la porte d’entrée représente les armoiries de la famille Canilhac, même si le village n’a jamais fait partie de la baronnie de celle-ci.

ST SATURNIN EGLISE CIMETIERE 758 copie

 

St Saturnin(48): Un château et un village médiéval: Une vue de l'arrière de la jolie petite église. (Photo: Patrick Garcia)

ST SATURNIN EGLISE CIMETIERE 752 copie

 

St Saturnin(48): Un château et un village médiéval: Vue du clocher et du castel. (Photo: Patrick Garcia)

 Population : 68 habitants Altitude : 612 mètres Economie : agriculture et tourisme

 http://www.ot-lacanourgue.com/index.php?option=com_resource&view=article&article=34&category_id=41&Itemid=122

 PATRICK GARCIA