DSCN1362 copie

     Dans ma balade en Aubrac, j'ai visité hier, la « Domerie d'Aubrac », à Aubrac, en Aveyron. Cette Domerie, une étape jacquaire, avec ses moines, ses chevaliers hospitaliers, ses nonnes et ses serviteurs, permettait aux pèlerins de se restaurer et de se reposer avant de reprendre leur route vers Roncevaux. Pour subvenir aux besoins de la communauté et des pèlerins, elle avait bâti un peu partout, des « granges », sortes de dépendances agricoles, parfois fortifiées, pour emmagasiner les victuailles nécessaires. Ces bâtiments communautaires étaient dirigés par des moines issus de la « Domerie d'Aubrac ». Parmi ces « granges », une des plus célèbres se nomme « Les Bourines », en Aveyron.

 trajet domerie

 Trajet pour aller à la Domerie d'Aubrac, puis à sa dépendance des "Bourines" près de Laissac, en Aveyron, depuis Ste Livrade sur Lot.

    Cette « grange-dépendance », se trouve 40 kms au sud, près de Laissac. Les guides touristiques vous indiquent que cela se trouve à St Bertholène, mais mettez votre GPS sur Laissac, qui n’est qu’à quelques hectomètres de la destination,  et où les « Bourines » sont parfaitement  indiquées. Si vous mettez votre GPS sur l’autre route, St Bertholène, c’est foutu! Vous mettrez 30 minutes de plus et vous vous arrêterez toutes les 5 mns pour demander votre route, si vous trouvez quelqu’un...

 DSCN1312 copie

 De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) :Première vision de la grange monastique des"Bourines". (Photo : Patrick Garcia)

DSCN1314 copie

 

DSCN1315 copie

 De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Le magnifique château des "Bourines", dépendant de la Domerie d'Aubrac. (Photo : Patrick Garcia)

DSCN1325 copie

 De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : La forteresse des Bourines au pied duquel trône un magnifique calvaire de 1579. (Photo : Patrick Garcia)

DSCN1326 copie

 De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Le superbe calvaire de 1579 a vu passer bien des générations et des évênements. (Photo : Patrick Garcia)

DSCN1330 copie

 De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Le calvaire sur fond de porcherie. (Photo : Patrick Garcia)

DSCN1331 copie

 De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Autre vue, avec les personnages du Golgotha, dont la Vierge. (Photo : Patrick Garcia)

DSCN1332 copie

 De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Belle tour d'angle à poivrière et machicoulis. (Photo : Patrick Garcia)

DSCN1333 copie

De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Latrines sur corbeaux, dont une avec fenêtre de tir. (Photo : Patrick Garcia)

DSCN1335 copie

 De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Envers du château des Bourines. (Photo : Patrick Garcia)

J'aurai dû téléphoner à l'O.T. De Laissac (0565707130) pour connaître les jours de visites, et bien sûr, je ne l'ai pas fait! Mais tant pis... J'ai pu profiter et visiter le site, sauf l’intérieur des silos fortifiés.   J'ai ainsi pu découvrir les immenses travaux de restauration entrepris par l'association de sauvegarde! Ici, aux « Bourines », il y avait d'immenses porcheries pour la communauté. Très dégradés après tous ces siècles d'utilisation et souvent de vandalisme, elles ont été restauré et parfois reconstruites à l'identique.

DSCN1318 copie

 

DSCN1319 copie

De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Les magnifiques porcheries en escalier, remontées à l'identique par les bénévoles. (Photo : Patrick Garcia)

DSCN1323 copie

De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Superbe toits d'ardoises en dégradé. (Photo : Patrick Garcia)

DSCN1324 copie

De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Le Versailles des cochons.(Photo : Patrick Garcia)

DSCN1347 copie

De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : A l'image d'un palais asiatique....(Photo : Patrick Garcia)

Les sols sont en moellons taillés et enchâssés sans interstice, on a donné au sol, ainsi réalisé, une pente égale, assez importante. Tout cela pour expurger les lisiers et eaux sales et éviter ainsi les risques sanitaires, les bêtes évoluant dans un contexte sec. Salubrité et confort peu courants dans ces temps où bon nombre épizooties calamiteuses étaient dues à des conditions d'hygiène regrettables.

 DSCN1338a copie

 De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Vue générale arrière du castel. (Photo : Patrick Garcia)

DSCN1339a copie

De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : A noter le superbe donjon-grenier à grain, avec une échauguette à chaque coin. (Photo : Patrick Garcia)

DSCN1340 copie

 De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Gros plan sur le redoutable donjon. (Photo : Patrick Garcia)

DSCN1345 copie

 De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Les courtines en appui sur une belle tour à poivrière servie par des latrines-échauguettes.(Photo : Patrick Garcia)

DSCN1346 copie

 De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Latrine à fenêtre de tir. (Photo : Patrick Garcia)

      Ces porcheries bâties au 17ème siècle, comprennent 16 loges, dont celle du porcher et témoignent de l'importance du cheptel de l'époque. Notez les alignements des toits, en dégradés, des toits munis de « coyaux » typiques des bâtiments anciens, dépourvus de gouttières, pas encore inventées...

 DSCN1352 copie

 De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : A l'envers de la face précédente, celle tournée vers la vallée, où trône un blason sur la tour d'angle. (Photo : Patrick Garcia)

DSCN1350 copie

De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Dommage,le blason a été martelé à la Révolution. (Photo : Patrick Garcia)

DSCN1352acopie

 De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Porte d'entrée et donjon. (Photo : Patrick Garcia)

DSCN1353 copie

 

DSCN1354 copie

 De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Les abreuvoirs remis en état par les bénévoles de l'association. (Photo : Patrick Garcia)

DSCN1355 copie

 De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Abreuvoirs, avec en perspective, le château des Bourines. (Photo : Patrick Garcia)

DSCN1356 copie

 De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Les abreuvoirs alimentés en permanence par une source, ont été remanié par les bénévoles de l'association de sauvegarde. (Photo : Patrick Garcia)

DSCN1363 copie

 De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Exemple de mur remonté par les bénévoles, à l'identique, en pierre sèche. (Photo : Patrick Garcia)

   En fait de grange, je me trouve devant une forteresse! De nombreuses tours rondes ou carrées, des mâchicoulis, des remparts, des latrines, des meurtrières…  Il devait même y avoir des douves. Et en fait, tout cela n'est qu'une ferme-grenier, mais quelle ferme! Elle a longtemps été considérée comme le domaine rouergat le plus riche. Les tours les plus anciennes remontent au 13ème siècle et le donjon au 15ème. Ce donjon aux quatre échauguettes  d'angles demi-rondes, se dresse à 21 mètres de haut. Il servait principalement à stocker les grains, les papiers et les dîmes de la Domerie.

 DSCN1349 copie

De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Autre vue du calvaire de 1579. (Photo : Patrick Garcia)

   Face à l'entrée, une superbe croix des chemins de 1579. Un véritable chef d'œuvre de la statuaire religieuse et qui est un authentique calvaire avec les personnages de la Trinité.

 DSCN1359 copie

 De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Rempart et château des Bourines, vue de l'Ouest. (Photo : Patrick Garcia)

DSCN1361 copie

 De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Autre vue. (Photo : Patrick Garcia)

DSCN1362 copie

De la Domerie d’Aubrac au château-grenier des « Bourines » (12) : Vue impressionnante du château qui stockait le blé de l'Hôpital d'Aubrac, pour offrir le pain à tous les pèlerins qui le demandaient lors de leur passage. (Photo : Patrick Garcia)

Toujours en recherche du meilleur angle de vue, je fais plusieurs fois le tour  de l'ensemble castral. Cela me vaut quelques points de vue qui me semblent réussis. L'amas, conjugué de toutes ces fortifications, le paysage reposant, à l'inverse des artifices guerriers, les couleurs blondes à ocrées de la pierre, le vert profond des pâtures plombé par un ciel azuré, tout concorde ici, à offrir au visiteur, un regard apaisé sur une époque qui fut une des plus cruelles...

 

 RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES TIRES DE DIVERS SITES

 

Le château de Bourines est une ancienne grange féodale fortifiée située sur la commune de Bertholène, mais près de Laissac, dans le département de l'Aveyron, en France. L'édifice fait l'objet d'un classement au titre des monuments historiques depuis le 12 novembre 1963.

 

 Histoire

 

C'est en 1273 que le domaine a été donné par les comtes de Rodez à l'hôpital d'Aubrac. Ce dernier y installe un grenier à blé dans le cadre d'une grange monastique, fortifiée au cours de la guerre de Cent Ans. La grange a été la demeure au XVIe siècle du cardinal Georges d'Armagnac, dom d'Aubrac entre 1546 et 1585. Au XIXe siècle elle appartenait à la famille Granier, négociants, domiciliés à Montpellier.

 

DSCN1362 copie

DSCN1361 copie

DSCN1316 copie

DSCN1316 copie

DSCN1359 copie

 

Architecture

 

Le château de Bourines est une grange fortifiée féodale peu modifiée. Il est constitué du donjon rectangulaire du XIIIe siècle et du corps de logis attenant. Le donjon servait à stocker les céréales récoltées sur le domaine, mais aussi le blé issu des rentes féodales et des dîmes de la Domerie d'Aubrac dont cette grange monastique fortifiée dépendait. La cour intérieure est protégée par un mur de courtine flanqué de quatre tours d'angle. L'ensemble remonte au XIVe siècle. Les salles ont conservé leurs cheminées, leurs poutres d'origine au plafond et quelques meubles. La chapelle du XVe siècle est voûtée en ogive. Au XVIe siècle le cardinal d'Armagnac fait pratiquer des embellissements : le portail daté de 1546 et la galerie intérieure. La croix de carrefour située devant la façade nord du château est datée de 1579.

 

Le château et la croix ont été classés monument historique le 12 novembre 1963 et tous les bâtiments des communs ont été inscrits à cette même date.

 

(D’après Wikipédia, l’encyclopédie en ligne)

 oooOooo

 

Charreterie et aire de battage:
Au XVIIème siècle, l’activité de la ferme permettait de procurer à l’abbaye d’Aubrac les céréales quelle ne pouvait produire sur le plateau, en particulier, le froment consommé par les moines.

 

Sous l’Ancien Régime, le domaine couvrait une superficie de 712 hectares;
en outre, le fermier jouissait du droit d’utiliser une montagne sur l’Aubrac pour estiver les troupeaux. Le moulin de la Peyrade, sur l’Aveyron, dépendait aussi des Bourines ainsi que le vignoble de Cruou proche de Marcillac.

 

 
En 1788, le cheptel se composait de 1.545 bêtes à laine, 18 paires de bœufs, 100 bêtes à cornes, 22 juments, 10 mules et mulets, 3 poulains, 1 étalon, 3 baudets, 16 cochons et 7 truies, 40 chèvres et 2 boucs.

 

Environ 40 personnes travaillaient à l’année sur le domaine et l’on pouvait
dénombrer jusqu’à 300 personnes lors des gros travaux d’été.

 

 Porcheries du château : remarquable témoignage d’architecture rurale elles ont été bâties à la fin du XVIIème siècle, sur un plan ordonnancé, autour d’une cour-parvis fermée par un porche.
Le château des Bourines est une propriété privée. Il n’est pas ouvert directement à la visite.

 

 Toutefois en accord avec les propriétaires, l’Office de Tourisme du Laissagais organise chaque été quelques visites guidées qui s’étendent également au domaine agricole, Indissociable du château.
Renseignements et inscriptions obligatoires auprès de l’office de Tourisme du Laissagais au 05 65 70 71 30. Promenade libre dans le domaine.

 

Des chiffres tirés de :

http://www.passionchateaux.com/ch_des_bourines.htm

 oooOooo

 

 Un beau chemin de ronde 

 

     Au bout du long mur parsemé de latrines haut perchées, je vois une ronde tour. Elle possède quelques évidences médiévales mais aussi des curiosités :

 

* Au sommet, un chemin de ronde couvert pour le guet et la défense.

 

* Puis les classiques et efficaces mâchicoulis.

 

* En dessous, quelques fenêtres de confort prouvant que salles d'habitation (ou de fonction) existaient.

 

* A mi-hauteur, une pierre sculptée 

 

* Au rez de chaussée, une porte m'intrigue. Ce n'est point habituel pour une tour de défense au moyen âge. Etait-ce la poterne ? 

 

* Au dessus de la porte, la fente verticale avec un trou pour arme à feu me semble datée du 15èmesiècle.

 

* La base est évasée :

 

- Pour tenir l'ensemble,

 

- Diminuer le travail des sapeurs en augmentant l'épaisseur du mur,

 

- Puis, grâce au plan incliné, faire rouler les pierres du sommet vers l'assaillant.

 

 Histoire du château :

 

* En 1245, une bulle du pape Innocent IV cite le château des Bourines. Il appartient à la famille Séveyrac.

 

* En 1289, le site est cédé aux moines d'Aubrac.

 

* Vers 1335, à quelques distances du château le moulin de Peyrade est construit. Il dépend du fief des Bourines.

 

* En 1353, les moines d'Aubrac déposent à Bourines leurs titres et richesses en prévision d'une attaque de leur hôpital et résidence principale.

 

* Au 15ème siècle, un puissant donjon est aménagé.

 

* A la fin du 15ème siècle, la tour de défense Nord-Ouest est aménagée. Elle porte les armes de la famille d'Estaing.

 

* En 1547, le portail est modifié. Le nom du Cardinal Evêque de Rodez, Georges d'Armagnac, est gravé.

 

* En 1562, le château est gardé par le Chevalier de Montpeyroux, commandant 12 soldats.

 

* En 1565, le château est attaqué puis pris par 300 soldats sur l'ordre du Prieur de Caudelz.

 

* En 1574, durant les Guerres de Religion, les Huguenots assiègent le site.

 

* En 1663, un recensement prouve l'importance des Bourines. Par exemple, le cheptel comprend 36 boeufs, 50 bêtes à cornes et 1800 bêtes à laine.

 

* En 1791, les révolutionnaires forcent la vente des Bourines (appartenant aux moines d'Aubrac) à Antoine Marcillac et Louis Gineste.

 

* En 1794, le site et les terres appartiennent à une association composées des familles :

 

- Granier,

 

- Dupin,

 

- Mourgues.

 

* Le 19ème siècle voit le début du déclin des Bourines.

 

* En 1862, la foudre tue plusieurs animaux d'élevage.

 

* En 1870, la sécheresse force la vente du bétail.

 

* En 1936, la famille Aubaret habite le château et possède plus de 1300 bêtes.

 

* En 1952, le moulin de Peyrade est dissocié du fief des Bourines.

 

* En 1963, le site est classé aux Monuments Historiques.

 

* A la fin du 20ème siècle, le site est possession de la famille Delmas.

 

* Au 21ème siècle, la découverte de l'extérieur est libre et gratuite en respectant le silence de la propriété privée. La visite de l'intérieur serait possible quelques jours dans l'année. Veuillez vous renseigner.

 

 Renseignements tirés de :

 

 http://chateau.over-blog.net/article-aveyron-chateau-des-bourines-bertholenel-123776072.html

 

PATRICK GARCI