14 FONTFROIDE JARDINS ET ROSERAIE 978 copie

  9 FONTFROIDE ESCALIER DU DORTOIR 884 copie

Depuis 15 jours, je visite les Cévennes, la Provence, et, pour finir le Languedoc, dans cet été indien qui ne veut pas finir… Partout, la végétation est « cramée », au propre comme au figuré : traces d’incendies, sols transformés en sable du fait des sécheresses chroniques, pâturages grillés par le soleil qui n’en finit pas…

Quand je m’engage dans la petite route  qui mène au terme de mon étape, je me dis que j’aurais dû venir en mai, histoire de voir ce pays sous ses couleurs les plus chatoyantes.

     Cette visite est très importante, pour moi, je l’espère depuis trop longtemps, pour ne pas la voir sous son mauvais jour, car il y a des chances que je ne revienne pas de si tôt… Le but de mon étape est, bien sûr, celle de la somptueuse abbaye de Fontfroide, joyau de l’art roman cistercien languedocien.

     J’ai trop vu de reportages, d’écrits, de vidéos sur internet pour reculer cette visite, mais pour m’immerger dans Fontfroide et en retirer toute la quintessence, je voulais une époque sans trop d’afflux touristique (hors vacances). L’opportunité de ma balade dans la Narbonnaise me faisait passer à 15 kms, pourquoi s’en priver ?

 

TRAJET FONTFROIDE

Trajet de Ste Livrade sur Lot à l'Abbaye de Fontfroide.

     Tant pis pour le désert ambiant…  Au fur et à mesure de mon approche, le paysage qui depuis des heures est d’une consternante couleur grillée, se végétalise ! La rocaille et  les montagnes se couvrent de végétation, d’abord hésitante, un peu jaunie, dépouillée… puis prolixe. Chênes verts, pignadas, oliveraies, fusains, cyprès… peu à peu le vert manteau s’épaissit. Sous un soleil d’azur, les forêts rehaussent les sols blonds de leurs différents tons de verts.

 0 FONTFROIDE ARBORETUM 641 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Renseignements à l'entrée. (Photo : Patrick Garcia)

     Enfin, j’arrive ! Un grand parking s’étale tout en longueur, copieusement garni de part et d’autres de nombreux véhicules  de tout le territoire et de l’Europe entière. Pour mon « excursion au calme », il va falloir que je repasse ! Du parking ombragé et gazonné, on ne voit rien du monument, c’est un bijou qui ne se dévoile qu’au dernier moment.

 1 FONTFROIDE ARBORETUM 646 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Un joli pont roman sur le chemin de l'abbaye. (Photo : Patrick Garcia)

 Je m’avance, passe sur un joli pont qui enjambe un rieu à sec, ou quelques flaques verdâtres irisées d’huile de friture du resto voisin, attendent en vain, les prochaines pluies pour reprendre être chassée et le ruisseau glouglouter à nouveau pour le plaisir de tous…

    Enfin, les premiers murs, le resto, le caveau à vin, et l’éternelle librairie-vente de billets d’entrée. Tout est propre, bien entretenu et ne déflore en rien la visite du site qui commence bien plus loin. Une fois réglé mes 11,50 euros, je sors de la librairie (très bien achalandé !) et j’emprunte le chemin qui me mène à l’abbaye que je commence à apercevoir.

 1 FONTFROIDE ARBORETUM 649 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : A l'entrée, un arborétum de simples. (Photo : Patrick Garcia)

    Il y a 150 à 200 mètres, jusqu’à l’entrée du monument, et cet espace est garni, superbe idée, d’un arboretum d’herbes provençales, qu’elles soient en herboristerie médicinale, en alimentaire, ou en soin… Suprême habileté, les différentes variétés sont présentées par familles, pour les rendre plus lisibles. Comparer facilement les vrais herbes, des mauvaises est d’autant plus facile qu’elles sont côtes à côtes et bien commentées ; les moines étaient réputés pour leur savoir en matière de « simples ».

 2 FONTFROIDE ENTREE 653 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Nous sommes accueillis par une superbe staue d'aurige. (Photo : Patrick Garcia)

    J’arrive à l’entrée de l’abbaye. Depuis l’extérieur, j’admire une magnifique sculpture, un char tiré par deux chevaux, un aurige en terre cuite, le style de sculpture que l’on voit souvent dans et au-dessus des monuments romains...

     Avant de rentrer dans le saint des saints, je m’assois à l’ombre, pour lire la petite plaquette que j’ai acheté afin de « savoir où je mets les pieds »….

 

ob_61f85b_plan-de-l-abbaye-de-fontfroide

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Un outil indispensable pour se situer  dans ces immenses bâtiments. (Photo : du Net)

 FONTFROIDE, UNE ABBAYE BÉNÉDICTINE PUIS CISTERCIENNE

     L'abbaye de Fontfroide est une abbaye cistercienne située dans la commune de Narbonne dans le département de l'Aude en France. Initialement abbaye bénédictine (1093), elle est intégrée à l'ordre cistercien entre 1144 et 1145. Dans la seconde moitié du XIIe siècle, elle reçoit d'importants dons en terres d'Ermengarde de Narbonne, puis au milieu du XIIIe siècle, d'importants dons en terres et en nature d'Olivier de Termes qui lui permettent de réaliser de nouvelles constructions. Pendant la croisade des Albigeois, elle fut le fer de lance de l'orthodoxie catholique. Au XIVe siècle, l'un de ses abbés, Jacques Fournier, est élu pape sous le nom de Benoît XII. L'abbaye est classée à partir de 1862 au titre des Monuments historiques. Aujourd'hui, l'abbaye de Fontfroide est membre de la Charte des Abbayes et Sites Cisterciens d'Europe.

L'abbaye de Fontfroide est actuellement un monument privé détenu par les descendants de Gustave et Madeleine Fayet.

SON HISTOIRE

 Abbaye_de_Fontfroide

  Groupe de moines dans le cloître entre 1858 et 1907. Photographie par Eugène Trutat conservée aux archives municipales de Toulouse.

Le vicomte de Narbonne, Aymeric 1er, autorise une communauté de moines à se constituer sur ses terres de Fontfroide. L'abbaye est située dans le massif des Corbières, près d'un torrent. C'est à cette source d'eau fraîche (fons frigida) qu'elle doit son nom. Les armes de l'abbaye représentent d'ailleurs une fontaine.

Au XIIe siècle, l'abbaye de Fontfroide s'est trouvée aux avant-postes dans la lutte contre l'hérésie cathare. En 1203, le moine de Fontfroide Pierre de Castelnau fut nommé légat pontifical par le pape Innocent III. Dans la seconde moitié du XIIIe siècle l'abbaye reçoit de nombreux dons du chevalier Olivier de Termes désireux de réparer les tors qu'il avait commis envers l'Église catholique. Il finance notamment la chapelle des Morts.

SON ARCHITECTURE

 Fontfroide Philippe Calas-CSPROD

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Vue générale. (Photo : Philippe Calas-CSPROD  )

  LA VISITE

  LE BÂTIMENT DES FRERES CONVERS

 

4 FONTFROIDE REFECTOIRE DES CONVERS 658 copie

 

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : L'immense réfectoire des frères convers. (Photo : Patrick Garcia)

 

 

 

4 FONTFROIDE REFECTOIRE DES CONVERS 661 copie

 

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : L'immense réfectoire des frères convers et sa belle cheminée. (Photo : Patrick Garcia)

 

4 FONTFROIDE REFECTOIRE DES CONVERS 662 copie

 

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : L'immense réfectoire des frères convers. Les outils de la cheminée. (Photo : Patrick Garcia)

 

4 FONTFROIDE REFECTOIRE DES CONVERS 665 copie

 

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : L'immense réfectoire des frères convers. (Photo : Patrick Garcia)

 

4 FONTFROIDE REFECTOIRE DES CONVERS 666 copie

 

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : L'immense réfectoire des frères convers. Vue de profil de la magnifique cheminée. (Photo : Patrick Garcia)

Nous entrons maintenant dans l’ancien réfectoire des frères convers.
Les frères convers étaient des religieux, mais pas des moines ; affectés aux ateliers dans l’abbaye et aux travaux des champs et à l’extérieur de l’enceinte.
Les moines de Fontfroide eux avaient leur propre réfectoire beaucoup moins grand que celui-ci. Il pouvait accueillir jusqu’à 80 convives. Il se trouve dans les parties privées de l’abbaye mais vous pouvez le découvrir lors des visites Privilèges. La famille Fayel en avait fait sa salle à manger.

   Au Moyen-âge, leurs repas se déroulent toujours de la même façon. Selon les strictes prescriptions de la règle de Saint Benoit. Deux fois par jour, les moines entrent au réfectoire en chantant le bénédicité. La règle la plus importante pour les cisterciens, c’est le silence. Alors pour limiter les tentations de bavardage les moines, comme les convers sont assis côte à côte, dos au mur. En bout de table le père abbé les surveille. Pendant tout le repas un moine fait la lecture d’un texte en latin tiré de la bible. Il n’y a pas d’assiette mais une grosse tranche de pain à la place, appelée le tranchoir. Les moines apportent leur couteau avec eux Comme boisson, chacun reçoit l’équivalent d’environ un quart de litre de vin par jour (ironie). C’est un petit plaisir dont Saint Benoit n’a semble t-il pas eu le coeur de les priver !
Au menu du pain donc et beaucoup de légumes cuits ou crus. La règle interdit la viande de quadrupèdes sauf pour les malades et les très jeunes. Le poisson, les œufs et la volaille ne sont pas prohibés mas ces denrées sont généralement rares à la table des moines, ils en reçoivent parfois dans le cadre des pitances - des aumônes faites à l’abbaye par des laïcs très pieux.
Vous le voyez, le régime alimentaire des moines cisterciens a tout d’une diète et encore. Je vous parte des jours fastes. Car l’année est rythmée par des périodes de jeûne plus ou moins sévère, notamment le mois qui précède Noël et les 40 jours de carême entre le mercredi des cendres et Pâques.
La pièce ou nous nous trouvons aurait pu accueillir les 250 convers que Fontfroide avait à son service à son apogée. Mais en réalité la plupart ne vivaient pas ici, car ils travaillaient à plus d’une journée de marche.
Notez qu’au Moyen-âge, le sol de cette pièce était en terre battue et les ouvertures que vous voyez sur les côtés n’existaient pas. Une cuisine unique desservait le réfectoire des moines et celui des convers. Leurs menus étaient d’ailleurs sensiblement identiques.

(texte de :  http://www.zevisit.com/tourisme/abbaye-fontfroide/le-refectoire-des-convers )

LA COUR D’HONNEUR

 Après avoir franchi le porche d'entrée aux lignes élégantes, bâti vers 1777-1778, l'hôte de droite découvre le long rectangle de la cour d'honneur. Un mur de gros appareil et, en terrasse, les jardins à l'italienne implantés sans doute ici par Constance de Frégose au temps de l’abbatiat commendataire de ses deux fils. À gauche, un grand bâtiment de structure médiévale fut d’abord occupé par les frères convers puis transformé et réaménagé, notamment par l’ouverture de larges fenêtres à meneaux, afin d’accueillir l’hôtellerie. Au fond, l’espace est limité par une vaste arcature à trois baies dont celle du milieu, fermée par une grille de fer forgé, s’orne d’un fronton triangulaire classique. Cet ensemble se colore de l’ocre, rose et incarnat de grès, du vert des feuillages, de l’azur du ciel.

 3 COUR D'HONNEUR 656 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La cour d'Honneur.  (Photo : Patrick Garcia)

     Une porte permet l'accès au réfectoire des convers. Les dimensions imposantes de celui-ci, dont la longueur avoisine les cinquante mètres, amènent à imaginer une communauté de 180 à 200 frères. Ce vaisseau construit au début du XIIIe siècle se divise en cinq travées ouvertes de voûtes d’ogives étalées. Les arcs doubleaux de profil carré, les ogives et les nervures se fondent dans les murs. L’éclairage est apporté par des baies géminées vers l’ouest et en simple arc plein cintre à l’est. Les aménagements des XVIIe et XVIIIe siècles ont percé les deux portes centrales ouvrant l’une sur la cour d’honneur, l’autre sur la cour dite « Louis XIV ». Des cloisonnements avaient divisé la pièce en plusieurs espaces et on devine ainsi dans la deuxième travée des croix marquant la chapelle des « étrangers ».

    La restauration de l'abbaye, depuis 1908 jusqu’à nos jours, a permis de retrouver le magnifique volume de la salle et d’ajouter divers éléments décoratifs en réemploi, telles les splendides grilles de fer forgé au motif de pampres et la grande cheminée Renaissance provenant vraisemblablement du château des ducs de Montmorency à Pézenas, détruit sur ordre de Richelieu après la révolte du dernier d’entre eux en 1632. Pouvant recevoir jusqu’à 700 auditeurs, cette salle à l’excellente acoustique sert de cadre à des concerts de musique de chambre et à des récitals d’artistes.

LA COUR DU 18ème SIECLE :

 5 FONTFROIDE GRANDE COUR 667 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La cour Louis XIV. (Photo : Patrick Garcia)

 5 FONTFROIDE GRANDE COUR 668 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La cour Louis XIV. (Photo : Patrick Garcia)

 5 FONTFROIDE GRANDE COUR 669 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La cour Louis XIV. (Photo : Patrick Garcia)

 5 FONTFROIDE GRANDE COUR 673 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La cour Louis XIV. Le puits. (Photo : Patrick Garcia)

 5 FONTFROIDE GRANDE COUR 674 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La cour Louis XIV. Statue du fondateur. (Photo : Patrick Garcia)

5 FONTFROIDE GRANDE COUR 677 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La cour Louis XIV. (Photo : Patrick Garcia)

5 FONTFROIDE GRANDE COUR 681 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La cour Louis XIV. Arbousier. (Photo : Patrick Garcia)

5 FONTFROIDE GRANDE COUR 688 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La cour Louis XIV. Arbousier en fruits. (Photo : Patrick Garcia)

5 FONTFROIDE GRANDE COUR 690 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La cour Louis XIV. (Photo : Patrick Garcia)

5 FONTFROIDE GRANDE COUR 8691 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La cour Louis XIV. (Photo : Patrick Garcia)

    Cette cour est souvent dénommée « Louis XIV », à tort, car les documents attestent que sa configuration actuelle provient des travaux effectués à partir de 1775. Dans le monastère médiéval, sur un espace nettement plus restreint, s'ouvraient au nord les ateliers des frères convers : la menuiserie, la forge et la boulangerie au droit du moulin enjambant le torrent. À l’est se développait l’aile du noviciat tandis que vers le sud plusieurs bâtiments proprement conventuels débordaient largement dans cette cour.

Le cloître et la citerne

 

7 FONTFROIDE CLOITRE 723a copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Le puits d'eau "froide" qui donna son nom à l'abbaye . (Photo : Patrick Garcia)

 8 FONTFROIDE CLOITRE SALLE CAPITULAIRE 849 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Situé au centre du cloître, dans le jardin des moines, son architecture est splendide. (Photo : Patrick Garcia)

 8 FONTFROIDE CLOITRE SALLE CAPITULAIRE 859 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Le voici depuis le fond de la salle capitulaire. (Photo : Patrick Garcia)

     Tout l’ensemble se trouvait centré autour du puits, véritable citerne aux moellons parfaitement assemblés et qui s’approfondit en un gouffre creusé dans les calcaires fracturés. C’est la que se trouve une eau très froide, sans doute origine toponymique du nom Fontfroide (fons frigida) et en raison de la présence sur ce site de la première installation monacale. Toute implantation de monastère nécessite en effet une triple proximité : celle de la pierre, celle du bois et celle de l’eau. Tous ces éléments se trouvent réunis à Fontfroide.

   Quand l’abbaye, aux temps classiques, n’abrite plus ni convers, ni novices mais seulement un petit groupe de moines, ceux-ci détruisent les bâtiments devenus inutiles et modifient les constructions en les aménageant selon le goût de l’époque. Alors cette cour prend son aspect régulier, rectangulaire, par la réduction des surfaces de la cuisine, de la salle des moines (le scriptorium) et surtout du réfectoire. La surélévation du sol, de près de 30 centimètres, correspond aux déblais retirés de ces démolitions. Quant au noviciat, il fait place au logis du prieur conventuel avec une orangerie et, à l’étage, des logements spacieux. La façade cependant n’est qu’un décor de théâtre, placage sur la structure du XIIIe siècle.

 

fontfroideplan

 

LA RUELLE DES FRERES CONVERS

 6 FONTFROIDE RUELLE 692 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La fameuse"Ruelle des Frères Convers" qui leur permettait de circuler sans déranger les moines. (Photo : Patrick Garcia)

 6 FONTFROIDE RUELLE 695 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La fameuse"Ruelle des Frères Convers" qui leur permettait de circuler sans déranger les moines. Ici une superbe porte ouvragée. (Photo : Patrick Garcia)

 6 FONTFROIDE RUELLE 698 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La fameuse"Ruelle des Frères Convers" qui leur permettait de circuler sans déranger les moines. (Photo : Patrick Garcia)

 6 FONTFROIDE RUELLE 699 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La fameuse"Ruelle des Frères Convers" qui leur permettait de circuler sans déranger les moines. Ici une belle grille ouvragée permet d'accéder aux galeries du cloître.(Photo : Patrick Garcia)

     Dans les abbayes cisterciennes normalement orientées, comme c’est le cas de Fontfroide, le sanctuaire étant disposé vers l’est, le cloître contigu et les bâtiments adjacents occupent la partie orientale du monastère. Les frères convers se trouvent donc installés dans la partie occidentale, tournée vers l’extérieur. Là s’ouvre la porte principale par laquelle ces ouvriers peuvent sortir pour gagner le lieu de leur travail. C’est à partir de cette entrée que s’organise la distribution intérieure des bâtiments. Celle-ci doit faciliter et en même temps réglementer la communication entre les deux groupes de religieux. Il s’agit d’établir, tout en maintenant la séparation, des points de contact entre les lieux de vie. Par elle les frères convers avaient accès au cellier et au réfectoire, au passe-plat de la cuisine, commune aux profès et aux convers.

C’est en cheminant sous cette longue voûte en demi-berceau qu’ils se rendaient au fond de l’église, sans déranger l’office psalmodié par les moines installés, eux, dans la partie opposée de la nef. Au XVIIe siècle, les convers ayant disparu depuis longtemps, leur ancien dortoir, à l’étage, a été aménagé en spacieuses cellules pour des hôtes. Un grand escalier, que soutient un arc en anse de panier, conduit à l’entrée.

LE CLOÎTRE

 LE CLOÎTRE : LA GALERIE OUEST :

 

7 FONTFROIDE CLOITRE 700 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La galerie Ouest, juste en sortie de la "Ruelle". Le Jardin et le puits sont à gauche, au fond à droite, l'entrée de l'église. (Photo : Patrick Garcia)

 7 FONTFROIDE CLOITRE 702 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La galerie Ouest, juste en sortie de la "Ruelle". Le Jardin et le puits sont à gauche, au fond à droite, l'entrée de l'église. (Photo : Patrick Garcia)

 7 FONTFROIDE CLOITRE 703 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La galerie Ouest, juste en sortie de la "Ruelle". Chapiteaux aux feuillages. (Photo : Patrick Garcia)

 7 FONTFROIDE CLOITRE 705 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La galerie Ouest, juste en sortie de la "Ruelle". Le Jardin et le puits sont à gauche, au fond à droite, l'entrée de l'église. (Photo : Patrick Garcia)

 7 FONTFROIDE CLOITRE 707 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La galerie Ouest, juste en sortie de la "Ruelle". Le Jardin et le puits sont à gauche, belle vue sur le clocher. (Photo : Patrick Garcia)

7 FONTFROIDE CLOITRE 709 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La galerie Ouest, juste en sortie de la "Ruelle". Le Jardin et le puits sont à gauche, très jolie colonnade entrecoupée de massifs piliers aux mêmes motifs végétaux, à noter  les lucarnes circulaires assez typiques. (Photo : Patrick Garcia)

7 FONTFROIDE CLOITRE 710

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La galerie Ouest, juste en sortie de la "Ruelle". Joli effet dans une lucarne ou oculus avec en point de mire, le clocher. (Photo : Patrick Garcia)

7 FONTFROIDE CLOITRE 711 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La galerie Ouest, juste en sortie de la "Ruelle".  (Photo : Patrick Garcia)

7 FONTFROIDE CLOITRE 712 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La galerie Ouest, juste en sortie de la "Ruelle". Motifs aux végétaux. (Photo : Patrick Garcia)

7 FONTFROIDE CLOITRE 715 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La galerie Ouest, juste en sortie de la "Ruelle". Blason du fondateur. (Photo : Patrick Garcia)

7 FONTFROIDE CLOITRE 718 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La galerie Ouest,juste en sortie de la "Ruelle". Des pieds de glycines jouent entre les colonnettes... (Photo : Patrick Garcia)

7 FONTFROIDE CLOITRE 720 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La galerie Ouest, et la galerie Sud à droite . (Photo : Patrick Garcia)

     Dans la ruelle des convers une porte de ferronnerie fait passer au cloître lumineux. La lumière y est diffusée par des arcatures et des oculi. Cette cour intérieure est le cœur même de l’abbaye. C’est par la galerie ouest longeant le bâtiment des convers qu’on aborde cet espace clos enserrant un petit jardin.

L’arc brisé ouvrant la première travée découvre la perspective des massifs fleuris qui entourent le puits devant l’angle des grandes arcades dominées par le clocher. Deux périodes de construction et deux styles différents se sont succédé ici.

Un premier cloître, bâti de la fin du XIIe au début du XIIIe siècle, fut élevé selon les règles de l’art roman. L’ensemble des parties basses, notamment la double procession des colonnettes et leurs chapiteaux à décor de feuillages supportant des petits arcs plein cintre, appartient à cette époque, mais c’est alors une charpente de bois avec son toit en appentis qui couvrait les quatre galeries.

Dans la seconde moitié du XIIIe siècle, quand Fontfroide, riche de multiples donations, entame le temps de sa plus grande prospérité, un important remaniement est réalisé suivant le goût et les techniques nouvelles, celles de l’âge gothique. Dans chaque travée, les colonnettes romanes, toujours en place, sont désormais surmontées d’un haut tympan, percé d’oculi différemment répartis et qui s’inscrit lui-même dans un profond arc brisé. L’ancienne couverture de bois est remplacée par la pierre et, à l’intérieur des galeries, les voûtes d’ogives retombent le long des murs sur d’élégants culots, à deux mètres du sol. Il faut encore parcourir la galerie sud pour atteindre le portail donnant accès à l’église abbatiale.

LE CLOÎTRE : LA GALERIE SUD

 

7 FONTFROIDE CLOITRE 728 sud copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La galerie Est,ses belles arcatures romanes et toujours ses oculus permettant de donner plus de lumière aux galeries. (Photo : Patrick Garcia)

 7 FONTFROIDE CLOITRE 731 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Vision romantique de la galerie Sud, on aperçoit, dans la galerie Est, en face, l'entrée de la salle capitulaire, plus sombre... (Photo : Patrick Garcia)

      Elle jouxte le collatéral de l’abbatiale et fut bâtie la toute première, aussi bien lors de la construction romane que lors du remaniement ogival. Les colonnettes sont ici groupées, dans chaque travée, en cinq paires : leurs marbres alternent le rose de Caunes, la griotte des Pyrénées, le blanc veiné de gris ou de vert ; leurs chapiteaux offrent les motifs végétaux les plus variés.

      Au-dessus, les deux tympans centraux s’aèrent par trois oculi, au lieu de l’unique, présent partout ailleurs. Mais ce sont les voûtes qui recèlent les particularités les plus curieuses. La croisée d’ogives y est accompagnée d’un lierre longitudinal torique et les compartiments très bombés sont appareillés en lit concentrique comme à la voûte du carré du transept dans l’église.

     Tout au long de la galerie existent des bancs où les moines venaient s’asseoir soit pour lire individuellement, soit pour se reposer en méditant ce que leur mémoire et leur cœur avaient retenu de la liturgie ou de la lecture. Dans cette même galerie, deux bassins de pierre servaient au rite du « mandatum », le lavement des pieds que les Cisterciens pratiquaient mutuellement chaque semaine. Elle était aussi désignée comme celle de la « collation ». Tous les jours, à la fin du travail et avant le repas du soir, le père abbé y lisait et commentait des textes patristiques. Or, le plus souvent il utilisait pour cela le recueil dit des Collationes, où saint Jean Cassien, au Ve siècle, avait rassemblé les principaux passages des plus célèbres Pères de l’Église, notamment saint Augustin et saint Jérôme. Comme en période d’Avent et de Carême, les moines ne rompaient le jeûne qu’une seule fois dans la journée, à la tombée de la nuit entre nones et complies et précisément en ce lieu, le terme de collation passa de la lecture à la prise de la nourriture elle-même, puis finalement à notre acception moderne et laïque de repas léger.

LE CLOÎTRE : LA GALERIE EST ET LA SALLE CAPITULAIRE :

 7 FONTFROIDE CLOITRE 762 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Superbe alignement. (Photo : Patrick Garcia)

8 FONTFROIDE CLOITRE SALLE CAPITULAIRE 845 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : L'entrée de la salle capitulaire, ou, salle du chapitre. (Photo : Patrick Garcia)

8 FONTFROIDE CLOITRE SALLE CAPITULAIRE 848 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Salle capitulaire, notez la contrainte des forces énormes exercées par les lourdes arcades romanes, sur de frêles colonettes... (Photo : Patrick Garcia)

8 FONTFROIDE CLOITRE SALLE CAPITULAIRE 856 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Intérieur de la salle du chapitre. Notez le long du mur, le banc où s'aseyaient les religieux lors de la réunion où se décidait toutes les grandes décisions de l'abbaye, du moins, pour ceux qui y étaient conviés, parcequ'ils avaient droit"au chapitre"...(Photo : Patrick Garcia)

 8 FONTFROIDE CLOITRE SALLE CAPITULAIRE 859 copie

  Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Le puits du cloître vu depuis le fond de la salle capitulaire. (Photo : Patrick Garcia)

8 FONTFROIDE CLOITRE SALLE CAPITULAIRE 861 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Entrée, galerie Est puis jardin du cloitre vu de l'intérieur de la salle capitulaire. (Photo : Patrick Garcia)

 8 FONTFROIDE CLOITRE SALLE CAPITULAIRE 863 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Entrée, galerie Est puis jardin du cloitre vu de l'intérieur de la salle capitulaire. (Photo : Patrick Garcia)

 8 FONTFROIDE CLOITRE SALLE CAPITULAIRE 851 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Entrée, et intérieur de la salle capitulaire. (Photo : Patrick Garcia)

8 FONTFROIDE CLOITRE SALLE CAPITULAIRE 852 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Motifs végétaux sur les chapiteaux à l'entrée de la salle capitulaire. (Photo : Patrick Garcia)

   Le mur de la galerie est, immédiatement contigu à la porte de l’église, laisse deviner, derrière une statue bourguignonne de la Vierge à l’Enfant et au panier de roses, l’emplacement obturé de l’armarium. Dans ce placard aménagé sous l’escalier du transept étaient rangés les livres liturgiques nécessaires aux offices, les textes de l’Ancien et du Nouveau Testament, les œuvres des Pères de l’Église.

La porte qui s’ouvre aussitôt après introduit à la sacristie, belle pièce voûtée en berceau. Cinq travées rythment la galerie Est et la travée centrale apparaît vers le jardin entièrement évidé, sans arcature de colonnettes au-dessus de la banquette et sans tympan, ouverture symétrique de celle qui, lui faisant face, constitue l’entrée de la salle capitulaire.

7 FONTFROIDE CLOITRE 761 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Signe du temps qui passe de manière immuable, cette magnifique et séculaire glycine qui joue avec les colonnades et les oculus du cloître.... (Photo : Patrick Garcia)

 7 FONTFROIDE CLOITRE 739

 

7 FONTFROIDE CLOITRE 745 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La crosse ouvragée de l'Abbé de Fontfroide, Jean Nouvel... (Photo : Patrick Garcia)

   Le seuil servant de transition entre le cloître et la salle elle-même marie la sobriété et la majesté, la puissance et la légèreté. L’arcade centrale en plein cintre s’appuie sur deux groupes de quatre colonnes de marbre entourant une cinquième. La salle a vraisemblablement été construite entre 1180 et 1280. Contre les trois murs pleins, arcs et nervures reposent sur les chapiteaux très simples de colonnes engagées. Au centre, ogives et doubleaux sont soutenus par quatre colonnes de marbre. Leurs chapiteaux évasés s’ornent de deux rangs de feuilles plates, représentations stylistiques du « cistel », le roseau d’eau des étangs de Bourgogne qui a donné son nom à Cîteaux.

D’ici, à travers les colonnes de la salle capitulaire et de la galerie, répétée au-delà par celles des autres travées du cloître, se découvre une surprenante perspective : fûts de marbre et arcs de pierre multipliés imposent l’image d’une forêt au profond recueillement. Deux bancs de pierre superposés courent le long des murs. À l’Est, trois fenêtres éclairent la salle Au-delà de la salle capitulaire, un passage conduit au second cimetière, celui de la communauté du XIXe siècle. À l’origine, il servait pour le rangement des outils que prenaient les religieux avant de rejoindre les jardins ou les ateliers. À l’extrémité de la galerie Est, enfin, un escalier donne à l’étage.

L’ÉGLISE ABBATIALE

 9 FONTFROIDE ESCALIER DU DORTOIR 884 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : L’église abbatiale et le cloître, depuis le dortoir. (Photo : Patrick Garcia)

Elle a une voûte de 21 mètres de hauteur et est orientée à l'est pour honorer Dieu à chaque levant.

LA NEF

 8 FONTFROIDE EGLISE 764 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Le sanctuaire de l'église, inondé d'une lumière dorée... (Photo : Patrick Garcia)

 8 FONTFROIDE EGLISE 766 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La nef et ses hautes voûtes, l'ensemble étant baigné d'une lumière pourpre générée par la dominante des vitraux... (Photo : Patrick Garcia)

 8 FONTFROIDE EGLISE 768 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Entrée de l'église et galerie Est donnant sur la salle capitulaire à hauteur du visiteur.  (Photo : Patrick Garcia)

 8 FONTFROIDE EGLISE 769 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Immense colatéral droit de la Nef. (Photo : Patrick Garcia)

 8 FONTFROIDE EGLISE 772 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La nef et ses hautes voûtes, l'ensemble étant baigné d'une lumière pourpre générée par la dominante des vitraux... (Photo : Patrick Garcia)

8 FONTFROIDE EGLISE 775 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La nef et ses hautes voûtes, l'ensemble étant baigné d'une lumière pourpre générée par la dominante des vitraux... (Photo : Patrick Garcia)

8 FONTFROIDE EGLISE 783 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La nef et ses hautes voûtes, l'ensemble étant baigné d'une lumière pourpre générée par la dominante des vitraux... (Photo : Patrick Garcia)

8 FONTFROIDE EGLISE 833A copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : L'escalier qui permettait aux moines d'accéder directement de leurs dortoirs à l'église, lors des offices nocturnes. (Photo : Patrick Garcia)

8 FONTFROIDE EGLISE 834A copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Le sanctuaire. (Photo : Patrick Garcia)

8 FONTFROIDE EGLISE 842 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La nef et ses hautes voûtes, l'ensemble étant baigné d'une lumière pourpre générée par la dominante des vitraux... (Photo : Patrick Garcia)

 La construction de la nef fut entreprise dès l’affiliation à Cîteaux en 1145 ou, au plus tard, après la donation définitive par la vicomtesse Ermengarde de Narbonne en 1157. Contrairement aux usages, on commença les travaux par la nef. Rythmée par cinq travées, la nef élève jusqu’à vingt mètres sa voûte en berceau brisé que soutiennent de massifs doubleaux rectangulaires. Ces arcs prennent appui sur des colonnes géminées, engagées dans de gros piliers carrés et s’arrêtant sur des consoles en quart de rond, à deux mètres du sol. Des stalles sont disposées de part et d’autre de la nef pour constituer le chœur des moines.

Cette nef contient également deux collatéraux dont la voûte en demi-berceau monte à quatorze mètres. Ils communiquent avec la nef par de grandes arcades, à rouleaux soutenus par des colonnes engagées dans les piliers et reposant sur des piédestaux, à la même hauteur que les consoles de la nef. Dans le collatéral sud s’ouvrent cinq chapelles qui datent très certainement du XVe siècle.

 

LES VITRAUX

 

8 FONTFROIDE EGLISE 836 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Détail d'un des grands vitraux de l'église. (Photo : Patrick Garcia)

    Dans cette église cistercienne, les vitraux peuvent surprendre. Du temps des moines, selon une règle rigoureuse, les fenêtres sont seulement garnies de verres « en grisaille ». Quand Gustave Fayet acquiert Fontfroide les verrières ont disparu. Ils adoptent alors le parti pris de la couleur avec son ami René Billa, musicien et peintre ; ils installent dans la Bièvre la « verrerie des sablons » ; l’ensemble des vitraux de l’église sort de cette verrerie en 1913. Dans ce vaste ensemble, une originalité apparaît : les cinq vitraux du collatéral nord présentent la vie de saint François d’Assise.

   La chapelle des morts avec des vitraux contemporains de Kil En Jong (2009) et la croix de pierre (calvaire), illustrée d'un coté, par le Christ, et de l'autre par une vierge au diadème.

LE TRANSEPT ET LE CHOEUR

 8 FONTFROIDE EGLISE 787 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Evocation de la Trinité où l'on voit Dieu soutenir, de son bras gauche, la croix où est expire son fils... 12ème siècle. (Photo : Patrick Garcia)

 8 FONTFROIDE EGLISE 787A copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Evocation de la Trinité où l'on voit Dieu soutenir, de son bras gauche, la croix où est expire son fils... 12ème siècle. (Photo : Patrick Garcia)

 8 FONTFROIDE EGLISE 787B copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Evocation de la Trinité où l'on voit Dieu soutenir, de son bras gauche, la croix où est expire son fils... 12ème siècle. (Photo : Patrick Garcia)

 8 FONTFROIDE EGLISE 797 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Christ en croix séculaire et classé.(Photo : Patrick Garcia)

 8 FONTFROIDE EGLISE 799 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Statue en bois sculpté doré polychromé. Est-ce celle du Pape BENOÎT XII (20 décembre 1334 - 25 avril 1342) ? Jacques Fournier, de Saverdun (Languedoc), moine cistercien. Né vers 1279 dans les environs de Saverdun. Élevé au couvent de Boulbonne, il rejoindra plus tard son oncle devenu Abbé de Fontfroide. Il sera Évêque de Pamiers en 1317, évêque de Mirepoix en 1326, Cardinal en 1327 sous le titre de St-Prisque, Pape pieux et sévère, réforma la Curie romaine et les Ordres religieux. Construisit le palais des papes, à Avignon. (Photo : Patrick Garcia)

8 FONTFROIDE EGLISE 832 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Ensemble statutaire en marbre blanc du XII ème siècle représentant Saint Benoît et Saint Bernard entourant la Vierge et l'enfant. C'est la partie centrale d'un retable de la Nativité. (Photo : Patrick Garcia)

       Élevé après la nef, à la fin du XIIe siècle, le transept a peut-être été remanié un siècle plus tard ou même au début du XIVe siècle. Au fond de la croisée du transept nord, un escalier relie directement l’église au dortoir des moines. Dans chacun des croisillons s’ouvrent deux chapelles, toutes quatre orientées à l’Est. Les plus proches du sanctuaire ont une forme rectangulaire à chevet plat, les autres plus profondes, se terminent par une petite abside à cinq pans.

À la croisée centrale du transept, la clef de voûte est remplacée par une ouverture circulaire, un oculus. L’édifice de l’église a dû s’achever par le sanctuaire, comportant chœur et abside. Légèrement surélevé de deux marches, le premier est couvert d’une voûte d’ogives. Du côté de l’Évangile, on aperçoit les vestiges, très mutilés, de tombeaux dont on peut penser qu’ils furent ceux des vicomtes de Narbonne.

 

8 FONTFROIDE EGLISE 776 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Un peu d'Histoire et présentation des Illustres qui ont "fait" la renommée de Fontfroide..(Photo : Patrick Garcia)

 8 FONTFROIDE EGLISE 780

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Un peu d'Histoire et présentation des Illustres qui ont "fait" la renommée de Fontfroide..(Photo : Patrick Garcia)

 8 FONTFROIDE EGLISE 781 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Un peu d'Histoire et présentation des Illustres qui ont "fait" la renommée de Fontfroide..(Photo : Patrick Garcia)

 8 FONTFROIDE EGLISE 782 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Un peu d'Histoire et présentation des Illustres qui ont "fait" la renommée de Fontfroide..(Photo : Patrick Garcia)

 8 FONTFROIDE EGLISE 784 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Un peu d'Histoire et présentation des Illustres qui ont "fait" la renommée de Fontfroide..(Photo : Patrick Garcia)

8 FONTFROIDE EGLISE 788 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Un peu d'Histoire et présentation des Illustres qui ont "fait" la renommée de Fontfroide..(Photo : Patrick Garcia)

8 FONTFROIDE EGLISE 789 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Un peu d'Histoire et présentation des Illustres qui ont "fait" la renommée de Fontfroide..(Photo : Patrick Garcia)

8 FONTFROIDE EGLISE 790 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Un peu d'Histoire et présentation des Illustres qui ont "fait" la renommée de Fontfroide..(Photo : Patrick Garcia)

LA CHAPELLE DES MORTS

 

8 FONTFROIDE EGLISE CHAPELLE FUNERAIRE 809 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Tombeau d'un chevalier en armure. (Photo : Patrick Garcia)

 8 FONTFROIDE EGLISE CHAPELLE FUNERAIRE 811 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Christ en croix séculaire et classé.  Calvaire ayant subi les assauts des intempéries, il a été placé dans l'église.(Photo : Patrick Garcia)

 8 FONTFROIDE EGLISE CHAPELLE FUNERAIRE 816 copie

  Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Calvaire ayant subi les assauts des intempéries, il a été placé dans l'église. Verso, représentant la Vierge. (Photo : Patrick Garcia)

 8 FONTFROIDE EGLISE CHAPELLE FUNERAIRE 818 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste :Petite Pietà.(Photo : Patrick Garcia)

 8 FONTFROIDE EGLISE CHAPELLE FUNERAIRE 820 copie

 très belle pierre tombale en marbre gris, on pense que c'est le tombeau d'un vicomte de Narbonne.

Sur le pourtour de ce gisant il y a des inscriptions, sur la gauche on peut lire, (ce qui est lisible), avis aux latinistes: ANNIS.EIUS.VIBI.DE.IPSIUS.D.MARIETE.PROPRIIS.PECUNIIS.DIE.ANNO.DNI.MDXXII.DIE

au pied : IN.OBSERVATIONE.LEGATI.DICTI.OVON.D.IO

à la tête : HUNC.MARHUM.LAPIDEM ....  il y a des manques

à droite : PONENDUM.FILRC.CURAULI ....  il y a des manques

Il semblerai qu'une date en partie effacée soit 1523

 Située au sud du chœur, cette chapelle sur croisée d'ogive a été financée au milieu du XIIIe siècle par le seigneur Olivier de Termes. Elle était primitivement dédiée à Saint-Benoît.

LES DORTOIRS

LE DORTOIR DES MOINES

 

9 FONTFROIDE ESCALIER DU DORTOIR 867 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Escalier qui monte aux étages et en particulier aux dortoirs. (Photo : Patrick Garcia)

 9 FONTFROIDE ESCALIER DU DORTOIR 869 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Superbe porte ancienne dans le couloir qui mène au dortoir. (Photo : Patrick Garcia)

 9 FONTFROIDE ESCALIER DU DORTOIR 871 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Quel ouvrage d'art! Et il y en a de nombreuses.... (Photo : Patrick Garcia)

 9 FONTFROIDE ESCALIER DU DORTOIR 872 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Couloir ou galerie desservant le dortoir des moines. (Photo : Patrick Garcia)

 9 FONTFROIDE ESCALIER DU DORTOIR 876 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : De cette galerie on admire le toit des galeries du cloître, le dortoir et l'église. (Photo : Patrick Garcia)

 9 FONTFROIDE ESCALIER DU DORTOIR 884 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Cloître et église vus de la galerie desservant les dortoirs.  (Photo : Patrick Garcia)

 9 FONTFROIDE ESCALIER DU DORTOIR 879 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Autre petite Pietà dans cette galerie. (Photo : Patrick Garcia)

 9 FONTFROIDE ESCALIER DU DORTOIR 886 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Belle sculpture, qui peuvent-ils être?  (Photo : Patrick Garcia)

 9 FONTFROIDE ESCALIER DU DORTOIR 878 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Magnifique couloir roman menant aux dortoirs. (Photo : Patrick Garcia)

Il fut construit au-dessus de la salle capitulaire au début du XIIIe siècle. À l’Ouest, huit ouvertures durent être occultées aux deux tiers vers 1250 quand les galeries du cloître furent surélevées pour faire place aux voûtes d’ogives. Lorsque, en 1910, le dortoir fut aménagé en salle de musique, il fallut masquer ces disgracieux rehaussements de pierre. Les propriétaires installèrent des vitraux de papier. Sur le mur du nord une grande fresque de la musique sacrée fut réalisée. À l’Est, trois baies reçurent des vitraux qui furent les premières créations de la verrerie des sablons.

LE DORTOIR DES FRERES CONVERS

 10 FONTFROIDE DORTOIR DES CONVERS 889 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Superbe dortoir des frères convers. (Photo : Patrick Garcia)

 10 FONTFROIDE DORTOIR DES CONVERS 890 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : L'autre extrémitée du dortoir des Convers avec l'escalier qui mène au cellier. (Photo : Patrick Garcia)

 10 FONTFROIDE DORTOIR DES CONVERS 8892 copie

 

plan fontfroide copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Nouveau plan, pour mieux suivre votre visite. (Photo : Patrick Garcia)

10 FONTFROIDE DORTOIR DES CONVERS 8894 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Autre porte, magnifique et fort ancienne. (Photo : Patrick Garcia)

 10 FONTFROIDE ESCALIER DORTOIR DES CONVERS A CELLIER 897 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Escalier qui rejoint le rez de chaussée et le cellier.  (Photo : Patrick Garcia)

   C’est une salle à voûte de grès rose, en berceau brisé, sans aucun doubleau sur toute sa longueur. Dans sa partie la plus méridionale, cet espace contenait un grenier où les sacs de grains étaient hissés par des ouvertures latérales. La partie opposée représente ce qui subsiste du dortoir des convers après les transformations du XVIIIe siècle.

LE PARLOIR, ANCIEN RÉFECTOIRE DES MOINES :

À l’origine, cette salle s’étendait sur 24 mètres perpendiculairement à la galerie nord du cloître, ouvrant sur un lavabo détruit en 1776. Elle pouvait accueillir une quarantaine de moines. Raccourci de moitié, surélevé et éclairé par de grandes fenêtres, le réfectoire est devenu une salle à manger au XVIIIe siècle.

L’OFFICE :

 

cuisines

 

Il est décoré à l’espagnole. Une remarquable fresque en céramique évoque la vie quotidienne populaire du XVIIIe siècle. La cuisine fut aménagée à la fin du XVIIIe siècle, avec son four à pain, dans l’ancien scriptorium des moines, est restée à l’identique de ce qu’elle fut en 1910.

LA SALLE A MANGER :

 

Salle-à-manger

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : (Photo : Abbaye de Fontfroide)

 

Cette belle pièce parallèle au cloître servait aux moines de chauffoir. Depuis 1910, c’est la salle à manger d’été.

LA BIBLIOTHEQUE :

À la demande du propriétaire Gustave Fayet, la bibliothèque a été décorée de deux grands panneaux peints par Odilon Redon en 1910, qui représentent le Jour et la Nuit

LA PORTE ROMANE ET LE CELLIER :

11 FONTFROIDE CELLIER 902 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Magnifique grille en fer forgé commandant l'entrée du cellier. (Photo : Patrick Garcia)

 11 FONTFROIDE CELLIER 902a copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Autre vue de ce joyau. (Photo : Patrick Garcia)

 11 FONTFROIDE CELLIER 903 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Le cellier, poumon économique et vital pour toute la communauté. (Photo : Patrick Garcia)

 11 FONTFROIDE CELLIER 907 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Le cellier. (Photo : Patrick Garcia)

 11 FONTFROIDE CELLIER 908 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Le cellier avec au bout la grille d'entrée. (Photo : Patrick Garcia)

11 FONTFROIDE CELLIER 909 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La porte romane, fut durant des siècles, surtout ceux de l'apogée de l'abbaye, l'unique entrée du monument, protégée par une herse... (Photo : Patrick Garcia)

11 FONTFROIDE CELLIER 910 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Magnifique ouvrage que cette porte en fer forgé. (Photo : Patrick Garcia)

11 FONTFTOIDE CELLIER PORTE EXT 914 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Notez l'énorme linteau qui suporte tout le poid de la voute et de la chambre de manoeuvre de la herse qui venait clôre cette entrée unique de l'abbaye. (Photo : Patrick Garcia) 

La porte servait d’entrée principale au monastère. Un arc, vide de tout ornement, dessine un plein cintre. Les claveaux, finement taillés, épanouissent leur éventail en longues lignes trapézoïdales. Un imposant linteau constitué d’un unique bloc, soutient le tympan.

Le cellier est une salle basse, voûtée avec de vastes proportions. Les murs sont épais pour préserver le froid afin de garder la nourriture plus longtemps en bon état. Or, entre l’un de ceux-ci, à l’Est, et le mur voisin limitant la ruelle des convers subsistent les traces d’un escalier qui assurait la communication directe de ce cellier avec le dortoir situé au-dessus.

 13 FONTFROIDE PORTE ROMANE 919 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : L'autre porte romane, celle de l'église avec son décors des plus simples qu'il soit.  (Photo : Patrick Garcia)

 13 FONTFROIDE PORTE ROMANE 921 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La porte romane de l'église qui ne s'ouvrait qu'exceptionnellement, pour accueillir les dépouilles des grands dignitaires et donateurs qui voulaient se faire inhumer à l'intérieur de l'église pour bénéficier des bienfaits éternels du sanctuaire, plus proche de Dieux.. (Photo : Patrick Garcia)

 13 FONTFROIDE PORTE ROMANE 941 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Autre vue et médaillon à droite. (Photo : Patrick Garcia)

 LA CHAPELLE DES ÉTRANGERS

 12 FONTFROIDE CHAPELLE DES PELERINS 945

 

12 FONTFROIDE CHAPELLE DES PELERINS 917 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Cette chapelle des étrangers, à droite fut beaucoup remaniée, il n'y a qu'à voir les arcs de renforcement entrelacés. (Photo : Patrick Garcia)

 12 FONTFROIDE CHAPELLE DES PELERINS 943 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : La chapelle des Etrangers.  (Photo : Patrick Garcia)

 12 FONTFROIDE CHAPELLE DES PELERINS 913 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Même si je pensai que ce pouvait représenter un pèlerin de St Jacques ou même St Jacques, il paraîtrait que cette statue représente Saint Roch, patron des médecins, des chirurgiens, des pharmaciens, des carriers et des paveurs, à cause de son nom, des brossiers, des fripiers, des brocanteurs et des confréries d'ensevelisseurs. Saint Roch se fête le 16 août. (Photo : Patrick Garcia)

 À l’extérieur de la clôture et seule construction qui subsiste du premier monastère, elle permettait aux pèlerins et aux étrangers d’assister aux offices sans déranger les moines. Au XIVe siècle, des contreforts permettent de surélever le bâtiment et de construire une salle, peut-être utilisée comme chapelle par les pères abbés.

LA ROSERAIE

 14 FONTFROIDE JARDINS ET ROSERAIE 930 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste :  Vue extérieure de l'abbaye avec sa roseraie. (Photo : Patrick Garcia)

14 FONTFROIDE JARDINS ET ROSERAIE 923 copie

14 FONTFROIDE JARDINS ET ROSERAIE 947 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste :  Entrée de la roseraie avec un blason où la date 1663 est inscrite. (Photo : Patrick Garcia)

14 FONTFROIDE JARDINS ET ROSERAIE 940 copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste :  Vue de l'abbaye avec sa roseraie. (Photo : Patrick Garcia)

14 FONTFROIDE JARDINS ET ROSERAIE 952 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste :  Vue extérieure de l'abbaye avec sa roseraie. (Photo : Patrick Garcia)

Fontfroide offre depuis quelques années une nouvelle roseraie. Sur cet emplacement, au sud de l’abbaye, subsista durant de longs siècles le double enclos d’un cimetière. Dans la partie orientale jouxtant le transept de l’église, étaient enterrés les religieux, moines et convers. Depuis le XIIe siècle, plus de deux mille sépultures se sont superposées.

Autrefois séparé par un mur, un second enclos vers l’ouest recevait les dépouilles des laïcs, généralement de riches bienfaiteurs. Ce cimetière fut désaffecté dès 1668-1669 et réaménagé au XVIIIe siècle. Au XIXe siècle, les cisterciens avaient installé leur cimetière au chevet de l’église.

 14 FONTFROIDE JARDINS ET ROSERAIE 957 copie

 14 FONTFROIDE JARDINS ET ROSERAIE 961 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste :  Belle vue sur l'abbaye et la montagne, depuis le dédale des jardins ombragés. (Photo : Patrick Garcia)

 14 FONTFROIDE JARDINS ET ROSERAIE 964 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Parmi le dédale des jardins et l'arboretum.  (Photo : Patrick Garcia)

 14 FONTFROIDE JARDINS ET ROSERAIE 974 copie

 14 FONTFROIDE JARDINS ET ROSERAIE 978 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Magnifique point de vue sur l'abbaye, toujours depuis les jardins.  (Photo : Patrick Garcia)

 Le terrain de la nécropole, en friche, reçut la roseraie au début du XXe siècle. En 1986, un incendie criminel la ravagea et elle fut replantée en 1989. En tout, ce sont 2 500 rosiers qui embellissent Fontfroide et présentent onze coloris différents. Un peu plus haut, l’enclos Saint-Fiacre constitue un jardin de senteurs où sont réunies toutes sortes de roses anciennes anglaises associés à des plantes odorantes de la garrigue.

Cet ensemble de jardins, restauré en 2007-2008, a été classé Jardin remarquable.

    Je ressors de cette visite ébloui. Les couleurs de la pierre de Fontfroide, dorée, à orange, en passant par l’ocre, sur fond de végétation alliant toutes les nuance du vert, le ciel azuré écrasant de densité, tout mène à l’envoutement et à la réflexion. J’en arrive à ne plus voir les visiteurs, qui, eux-mêmes, semblent pris de respect, même à l’extérieur, dans la roseraie, au point de ne jamais hausser la voix plus haut qu’un murmure…

 

14 FONTFROIDE JARDINS ET ROSERAIE 981 copie

 14 FONTFROIDE JARDINS ET ROSERAIE 982copie

Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste :  Autre vue depuis les jardins. (Photo : Patrick Garcia)

 14 FONTFROIDE JARDINS ET ROSERAIE 984 copie

 14 FONTFROIDE JARDINS ET ROSERAIE 987 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Superbe environnement forestier.  (Photo : Patrick Garcia)

 14 FONTFROIDE JARDINS ET ROSERAIE 989 copie

 14 FONTFROIDE JARDINS ET ROSERAIE 991 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste :  Le magnifique bassin-fontaine avec Neptune. (Photo : Patrick Garcia)

14 FONTFROIDE JARDINS ET ROSERAIE 993 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Autre vue de  l'oeuvre d'art.  (Photo : Patrick Garcia)

14 FONTFROIDE JARDINS ET ROSERAIE 994 copie

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Fin de la visite et retour à l'entrée.  (Photo : Patrick Garcia)

Fontfroide Philippe Calas-CSPROD

 Abbaye de Fontfroide (11), une oasis céleste : Magnifique docuement de l'abbaye en vue aérienne.  (Photo : Philippe Calas-CSPROD)

 Décidément, le propriétaire des lieux a réalisé un véritable miracle pour redonner vie à ce grand corps malade et le rendre à ce point authentique. Une remontée dans le temps de 3 heures de visite captivante qui marqueront ma mémoire à jamais….

 PATRICK GARCIA

(Avec l’aide des documents de l’O.T., du monument, lui-même, de Wikipédia, les sites internet de la région et du département etc.)