44 copie

 Je suis toujours dans les Monts de la Loire, et je quitte le beau château-prieuré de Pommiers, pour remonter tout au nord du département de la Loire et explorer le bourg médiéval de « Charlieu » et sa célèbre abbaye bénédictine à une portée d’arbalète de la Bourgogne…

 CHARLIEU 103 PHOTOS

Trajet pour Charlieu (42) à partir de Ste Livrade sur Lot (47)

      Le paysage de ce département, très vallonné, est bocager. On alterne les montées et les descentes, mais plus on monte vers Charlieu et la « Saône et Loire », plus l’altitude moyenne redescend vers les 300 mètres.

   J’arrive dans ce joli bourg sous un soleil de plomb et après m’être garé au parking des camping-cars, situé contre la gendarmerie et le stade, je me mets en route vers l’O.T.

 OT-5B copie

Charlieu (42) plus beau détour de France ? L'O.T. de Charlieu dans une des plus belles maisons médièvales de la ville.  (Photo : Patrick Garcia)

 OT-5C copie

Charlieu (42) plus beau détour de France ? L'O.T. de Charlieu dans une des plus belles maisons médièvales de la ville.  (Photo : Patrick Garcia)

 OT-5F copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? L'O.T. de Charlieu dans une des plus belles maisons médièvales de la ville. Baies géminées. (Photo : Patrick Garcia)

 OT-5G copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? L'O.T. de Charlieu dans une des plus belles maisons médièvales de la ville. Baies géminées. (Photo : Patrick Garcia)

    En traversant le bourg, je découvre de nombreuses maisons à pans de bois et colombages à croix de St André. D’autres bâtiments en belle pierre blonde, sont encore plus anciens, comme celui du 13ème qui abrite l’O.T., face à la place centrale et l’église St Philibert. Entre ces différents types, des bâtisses à tourelles et à meneaux renaissance… De quoi ravir les amateurs de patrimoine.

   L’office du tourisme est parfaitement pourvu de dépliants et cartes, même des départements limitrophes, car nous sommes frontaliers  du Rhône et de la Saône et Loire… Il y a le fameux topoguide que je recherche toujours, celui qui indique tous les monuments et curiosités du bourg, et un autre pour les villages alentours…

     Muni de mes renseignements, je commence la visite du site, avant de consacrer mon après midi à l’abbaye et le lendemain, au « couvent des Cordeliers » et autres musées. Charlieu fait parti des villes « Plus Beaux Détours de France ».

 0-8 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Parmi les 4 incontournables: l'abbaye. (Photo : Patrick Garcia)

 DSCN0070 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Parmi les 4 incontournables: le couvent des Cordeliers et son cloître.  (Photo : Patrick Garcia)

 5H copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Parmi les 4 incontournables: l'église St Philibert. (Photo : Patrick Garcia)

DSCN3124 copie

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Parmi les 4 incontournables: le bâti ancien et ses nombreuses maisons médiévales ou renaissances. (Photo : Patrick Garcia)

      La 1ère mention du bourg de Charlieu date de 994. Il est créé sous la protection de l’Abbaye bénédictine, à la limite du Duché de Bourgogne. Cette position stratégique amène les rois de France à prendre la cité sous leur protection, tel Philippe Auguste qui l’a fait fortifier en 1180. 

    Ville prospère, elle est peuplée de marchands et d’artisans, bien souvent tisserands. En 1827, l’industrie du tissage s’implante à Charlieu. Les restaurations entreprises pour la mise en valeur de ce «Village de Caractère» de la Loire témoignent de l’attachement des habitants à leur patrimoine et permettent aujourd’hui d’offrir une passionnante lecture de la ville et de son histoire. Tours de défense, hôtels particuliers en pierre de taille, demeures aux façades à pans de bois, ruelles bordées de nombreux commerces donnent beaucoup de charme au quartier historique.

Etape incontournable : l’église Saint-Philibert. 

 5h DSCN3125 copie

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Extérieurement, St Philibert n'annonce pas les trésors qu'elle renferme! (Photo : Patrick Garcia)

a-DSCN2856 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Le trésor est là!!! 24 stalles peintes de personnages du 15ème siècle, de toute beauté! (Photo : Patrick Garcia)

a-DSCN2857 copie

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Le trésor est là!!! 24 stalles peintes de personnages du 15ème siècle, de toute beauté! (Photo : Patrick Garcia)

B-5N copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Le trésor est là!!! 24 stalles peintes de personnages du 15ème siècle, de toute beauté! (Photo : Patrick Garcia)

B-DSCN2874 copie copie

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Le trésor est là!!! 24 stalles peintes de personnages du 15ème siècle, de toute beauté! (Photo : Patrick Garcia)

V-DSCN2886 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Le trésor est ausi là.... Avec cette remarquable piéta polychrome du 16ème, ou un retable du 15ème etc.   (Photo : Patrick Garcia)

L’église Saint-Philibert.
Sa construction débute au XIIIème  par le choeur, dont le chevet plat est d’influence cistercienne. Il faut entrer dans cet édifice et rejoindre le choeur pour découvrir des stalles du XVe rares et remarquables par leurs dossiers décorés d’une série de 24 personnages peints sur bois. De ce même siècle date le retable en pierre peinte de la chapelle Sainte-Anne. L’avant-choeur, la nef et les bas-côtés furent édifiés du XIVème  au XVIème siècle, les deux dernières travées en 1864. La façade est achevée vers 1920-1930.

    J’entre dans l’église St Philibert, dire qu’au début, je ne souhaitais pas visiter cette église, à la façade trop moderne à mon goût… Cela aurait été une grosse bêtise au regard des quelques trésors qu’elle renferme, et j’aurai bien dû revenir pour me régaler de la visite des stalles peintes. Quel bijou que cet ensemble de 24 stalles décorées de deux séries de personnages peints quasiment grandeur nature.

   Ce qui est étonnant, c’est que la série des personnages de droite voit ses personnages  tenir un phylactère où est inscrite une phrase du crédo… (Voir la notice en fin d’article
Il y a aussi d’autres objets du 15ème comme le beau retable de la chapelle Ste Anne du 16ème. A noter une très belle piéta polychrome du 16ème siècle, très réaliste. Contrairement à d’autre, le corps de Jésus est représenté très musclé et bien plus imposant que dans certaines œuvres où Jésus est presque figuré comme un enfant, alors qu’il avait 33 ans lors de sa mort… L’attitude de Marie et son regard sont d’un réalisme exceptionnel… Dans un autre registre, j’ai beaucoup apprécié le beau carillon qui rythme le temps à Charlieu.

 L'ABBAYE BÉNÉDICINE AU PLUS VIEUX TYMPAN SCULPTÉ DE FRANCE (1100)

 0-8 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Vue générale de l'abbaye, un fleuron de la sculpture romane. (Photo : Patrick Garcia)

 7 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Chatelet d'entrée du logis du prieur de l'abbaye.  (Photo : Patrick Garcia)

3-6 copie

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Si la nef a disparu, le narthex et les salles sont sublimes. (Photo : Patrick Garcia)

0A-9 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? La décoration des tympans et des frontons sont des chefs d'oeuvres de l'art roman.  (Photo : Patrick Garcia)

 0A-10 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Admirez la qualité du travail et la précision du ciseau.  (Photo : Patrick Garcia)

 0A-11 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Portail principal le Christ dans une mandore et le trétramorphe... (Photo : Patrick Garcia)

 0A-16 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Beauté incomparable de ces sculptures. (Photo : Patrick Garcia)

     Je me dirige enfin vers l’abbaye bénédictine, du moins ses beaux restes. On a du mal a imaginer que ces moignons aient put être, il y a bien des siècles, les superbes bâtiments que nous reconstituent la maquette située dans le hall d’exposition de l’abbaye. De l’extérieur, on ne voit que les restes du narthex et les fondations des murs des différentes églises qui se sont succédées sur cet impressionnant  « chantier » …. A l’image des villas romaines dont il est souvent difficile de retracer les différentes étapes, tellement l’enchevêtrement des fondations est illisible.

    L’abbaye est réputée pour ses tympans sculptés : celui de Charlieu est le plus ancien de l’art roman en France. Il date des environs de 1100. Sa sobriété lui confère des lignes d’une surprenante modernité dans leur harmonie avec la courbe en demi-cercle. Celle-ci délimite la forme de la pierre dans laquelle la sculpture se développe en cuvette : le sculpteur a ménagé un renflement sur le pourtour du tympan, qui forme cadre. L’intérieur est davantage creusé que le linteau, ce qui réduit le poids de cette partie toute d’une pièce. Le linteau, pierre horizontale qui supporte le tympan, est creusé de manière superficielle, en « très bas relief », ce qui permet de lui conserver sa solidité. Sur le tympan figure un Christ dans une mandorle, portée par deux anges – figure qui sera fréquemment reprise dans les portails bourguignons. Les anges semblent au sol. Le linteau est orné des douze apôtres, assis sous des arcs en plein cintre. Ils tiennent un livre sur leur genou droit et lèvent la main gauche, en signe d’acclamation. Tout cela réfère à la parousie : le retour glorieux du Christ à la fin des temps.

    Son côté primitif contraste avec la richesse et la finesse d’exécution de celui du narthex, témoignage de l’art roman à son apogée.

 Les portails de la façade nord sont du deuxième quart du XIIe siècle.

Dans le tympan du narthex, la finesse d’exécution et des décors est à couper le souffle ! Malheureusement, les têtes de nombreux personnages ont été martelées et ôtées à la Révolution, où l’on avait l’habitude couper les têtes … Cette partie décorative s’inspire du livre de l’Apocalypse.

Ils sont reliés par leur thématique: alors que l’archivolte du portail principal est surmontée d’un gracieux et réaliste agneau de l’apocalypse, le linteau du petit portail représente les sacrifices d’animaux pratiqués sous la loi judaïque. Comme Charlieu est une abbaye clunisienne, c’est une interprétation de Pierre le Vénérable, qui fut abbé de Cluny, qu’il faudrait voir illustrée ici ; dans son traité contre Pierre de Bruys, il précise : « le bœuf, le veau, le bélier, la chèvre, arrosaient de leur sang les autels des juifs ; seul l’agneau de Dieu, qui efface les péchés du monde, repose sur l’autel des chrétiens. » Voilà le lien entre l’agneau et le bétail au sacrifice. L’exégète explique plus loin que le Christ, en changeant l’eau en vin aux noces de Cana, a voulu figurer l’eucharistie et le sacrement de l’autel. Or, ce sont justement les noces de Cana qui sont représentées au-dessus de ce linteau.

LE GRAND PORTAIL

 0A-19 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Après les vues générales ci-dessus, voici des détails significatifs de l'art consommé des artistes sculpteurs de Charlieu. (Photo : Patrick Garcia)

 0A-DSCN999818 copie

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Après les vues générales ci-dessus, voici des détails significatifs de l'art consommé des artistes sculpteurs de Charlieu. Ici, l'agneau divin. (Photo : Patrick Garcia)

 LE TYMPAN :

 0A-14 copie copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Après les vues générales ci-dessus, voici des détails significatifs de l'art consommé des artistes sculpteurs de Charlieu. Ici, le tympan du portail principal, notez qu'à la révolution, toutes les têtes fures décapitées...(Photo : Patrick Garcia)

 Le Christ en gloire dans une mandorle est entouré des « quatre vivants » de l’Apocalypse de Jean : le tétramorphe, identifié dès le IIe siècle aux quatre évangélistes. L’aigle, symbole de Jean, porte un rouleau dont le texte peut être reconstitué :

  • « Sanctus Johannes : seraphin stabant », qui semble faire allusion à la vision d’Isaïe quand Dieu lui apparaît (Is 6, 2-3, séraphins présentés plus loin sous la forme de dragons volants).
  • L’homme, qui représente Matthieu, à gauche du Christ, est accompagné de l’inscription : « Sanctus Mattheus Cherub… », les chérubins font partie de la vision apocalyptique d’Ezechiel (1, 5-25).
  • En bas à gauche est le lion, Saint Marc.
  • Enfin Saint Luc est le taureau.

Ces quatre vivants de l’Apocalypse étaient donc déjà les chérubins d’Ezéchiel, mentionnés sur ce tympan, et que le texte biblique décrit ainsi : « ils avaient une face d’homme, et tous les quatre avaient une face de lion à droite, et tous les quatre avaient une face de taureau à gauche, et tous les quatre avaient une face d’aigle. Leurs ailes étaient déployées vers le haut » (Ez 1, 10-11).

« Ainsi le tympan évoque les trois plus importantes visions apocalyptiques de la bible dans une seule image donnant une idée essentielle de la foi chrétienne médiévale » : la vision d'Isaïe, celle d'Ezéchiel, auxquelles réfèrent respectivement les séraphins et les chérubins rappelés par les inscriptions, et celle de saint Jean.

De chaque côté de l’archivolte supérieur, les vieillards de l’apocalypse de Saint Jean dansent et jouent du rebec, les 24 rosettes symbolisent leur nombre exact, l’agneau de l’apocalypse couronne la composition.

LA VÉGÉTATION :

 0A-DSCN9984 copie

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Après les vues générales ci-dessus, voici des détails significatifs de l'art consommé des artistes sculpteurs de Charlieu. Ici, les feuillages avec un relief accentué par le perçage d'orifices au trépan afin de donner du volume... (Photo : Patrick Garcia)

 Elle est abondante dans les frises, et joue un rôle important : À la base de la mandorle, elle revêt un sens symbolique : le Christ est le fruit ou la fleur de cette mystérieuse branche qui s’ouvre de part et d’autre de l’amande : il pourrait s’agir de l’arbre de vie. Ce végétal est dans la vision de Saint Jean un symbole rédempteur et sotériologique : « heureux ceux qui lavent leur robes afin d’avoir droit à l’arbre de vie et d’entrer par les portes de la ville… »

La vision d’Ezéchiel contient aussi une référence aux arbres miraculeux dont les feuilles ont un pouvoir curatif. Cet arbre, dans la pensée médiévale, est inséparable de la croix. Le pied avant droit de l’agneau, qui porte habituellement la croix ou la flamme, repose sur un point qui semblerait être le départ d’un petit arbre, d’une branche ou d’un arbuste naissant de l’archivolte : l’agneau en serait, là encore, le fruit.

Ainsi, le tympan de Charlieu semblerait associer des éléments des derniers chapitres de l’apocalypse (l’arbre de vie du paradis) et des premiers chapitres qui donnent la vision des vieillards et des quatre bêtes. On retrouve cette association peu fréquente dans un narthex du xie siècle, à San Pietro al Monte à Civate. Au-dessus de l’agneau, un petit panneau encadré a contenu une croix. (XVIIIe siècle).

AU LINTEAU : (voir plus haut)

Les douze apôtres, comme annoncé pour le Jugement (Mt 19, 28), sont assis devant une surface où sont tracés les empilements des pierres d’un mur, qui peut symboliser le mur de Jérusalem, les douze apôtres marquant les douze portes de la cité sainte, en un thème populaire dans les monuments du troisième quart du XIIe siècle. Les trois figures au centre sont la vierge et deux anges. Le mur en arrière–plan des apôtres ne se retrouve pas autour de ces trois images. Ici placée, la vierge figure comme un intercesseur.

ENCADREMENT DU PORCHE :

 0A-10 copie

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Après les vues générales ci-dessus, voici des détails significatifs de l'art consommé des artistes sculpteurs de Charlieu.   (Photo : Patrick Garcia)

 Des motifs géométriques et végétaux d’inspiration orientale : grecques, festons et rubans plissés, comme au portail nord de Paray-le-Monial. Sur les pieds-droits (piliers latéraux) et les voussures (encadrement en demi-cercle dont l’ensemble forme l’archivolte) : rinceaux variés, fleurette, damiers, palmettes, rubans plissés, arcs, grecques. Aux impostes des piédroits : Le roi David, à gauche, et Boson, roi de Bourgogne et de Provence, qui porte l’abbaye, dont il aurait été un bienfaiteur. À droite, Jean-Baptiste, vêtu d’une peau de bête, et l’évêque Ratbert, fondateur de l’abbaye. Au montant gauche de la porte sous le linteau : la luxure, femme enlacée d’un serpent et dont le sein est dévoré par un crapaud.

LE PETIT PORTAIL 

AU TYMPAN :

 0AA-17 copie

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Après les vues générales ci-dessus, voici des détails significatifs de l'art consommé des artistes sculpteurs de Charlieu. Ici la Cène. (Photo : Patrick Garcia)

 Les noces de Cana, donc, le premier miracle du Christ. On y devine le Christ entre la Vierge et un disciple, leurs têtes ôtées à la révolution prenaient place au centre de limbes de grande taille.

L’ARCHIVOLTE :

Elle porte les six personnages de la Transfiguration, présentée par les trois évangiles synoptiques : de droite à gauche saint Pierre, le prophète Élie, Moïse, le Christ (IHS), saint Jean et saint Jacques. Cette scène est une nouveauté dans les programmes de façades des années 1140-1150.

SOUS LE LINTEAU :

Trois personnages au chapiteau de droite : le Christ en chasuble offrant le saint sacrifice, assisté par Saint Pierre et Saint Paul dans la Jérusalem céleste.

Une grande qualité artistique : de la composition aux infimes détails

L’artiste qui a sculpté ces portails n’a pas craint dans le grand tympan les courbes aiguës des manteaux. Le triangle et l’ovale dominent la composition, en créant des lignes de force. Cependant, au mouvement et à l’énergie sont associés la délicatesse et la légèreté par l’usage abondant des petits évidements, dans le pelage frisé du mouton ou dans la dentelle des frises, jusque dans le recours aux trous ronds, encore utilisés pour mettre en valeur le mouvement circulaire des étoffes à l’extrémité des plis (par exemple à la nappe des noces de Cana) ou encore ceux, minuscules, percés au trépan, entre les orteils.

 1- copie

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Le plan de l'abbaye expliqué. (Photo : Patrick Garcia)

 SOUS LA NARTHEX

3-21 copie

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Il y a, dans le hall, sous le narthex, de superbes chapiteaux romans.... (Photo : Patrick Garcia)

    Dès mon entrée, j’ai une vision globale du site, vision que l’on ne peut avoir si l’on n’est pas passé devant la belle maquette qui représente la totalité du site, elle permet mieux de se repérer à l’intérieur de ce labyrinthe. De là, je débouche dans le cloître.

   Je vais à gauche rejoindre la partie la plus ancienne et la mieux conservée, le porche du narthex. Le porche est le lieu d’accueil des personnes pas encore baptisées, mais aussi des pèlerins de St Jacques de Compostelle. Il a été accolé à l’église au 12ème siècle. Son entrée, au rez-de-chaussée, se trouve anormalement au nord, sans doute par manque de place à l’ouest, face à l’église.

    Y sont entreposés plusieurs trésors dont un magnifique sarcophage romain du 2ème siècle avec épitaphe. « Aux dieux Manes, et au repos éternel de Maria Severiola, fille de Sacrius Severus et de Maria Mariola, qui vécut 24 ans 6 mois et 3 jours…….. Magneius…. Son mari et Titus Magneius Severianus son fils ont fait élever ce tombeau et l’on dédié sous l’ascia ». Quelques explications :

 3-DSCN2983 copie

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Le sarcophage romain et son texte explicite sur la mort d'un fils. (Photo : Patrick Garcia)

Les romains se sentaient entourés de démons, puissances surnaturelles qui surgissaient de l’au-delà pour tourmenter les vivants. On croyait que les ancêtres ne restaient pas enfermés dans leur tombeau et qu’à certains jours de l’année, les portes de l’Enfer s’ouvraient. Alors les vivants devaient apaiser les Mânes en pratiquant des rites funéraires. Les mânes expriment une croyance en l’immortalité de l’âme qui demeure auprès de ses descendants, ces derniers leur devant respect et vénération.

   C’est pourquoi l’inscription « DIIS MANIBUS » en abrégé « DM » est souvent inscrite sur les monuments funéraires et le restera à l’époque chrétienne.

   Quant à « l’Ascia » dont il est ici question, c’est une sorte de hache utilisée par les romains pour tailler le bois ou creuser la pierre. Les sarcophages sont dédiés sous l’ascia, elle a, alors, une valeur symbolique : elle est censée protéger et assurer l’inviolabilité du tombeau.

 3-28 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Superbes chapiteaux romans dans la salle sous le narthex, elle était l'antichambre de la nef disparue. (Photo : Patrick Garcia)

 3-29 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Superbes chapiteaux romans dans la salle sous le narthex, elle était l'antichambre de la nef disparue. (Photo : Patrick Garcia)

    Tout autour de ce porche, rivalisent les chapiteaux en roman primitif, comme le tympan.

Celui à l’intérieur du porche est le plus ancien de l’art roman en France. Il date des environs de 1100.

3-DSCN2970 copie copie

Charlieu (42) plus beau détour de France ? C'est le plus vieux tympan roman de France, 1100 au plus....Passé ce porche, nous arrivons à l'emplacement de la nef et du chevet disparus.(Photo : Patrick Garcia)

Sa sobriété lui confère des lignes d’une surprenante modernité dans leur harmonie avec la courbe en demi-cercle. Celle-ci délimite la forme de la pierre dans laquelle la sculpture se développe en cuvette : le sculpteur a ménagé un renflement sur le pourtour du tympan, qui forme cadre. L’intérieur est davantage creusé que le linteau, ce qui réduit le poids de cette partie toute d’une pièce. Le linteau, pierre horizontale qui supporte le tympan, est creusé de manière superficielle, en « très bas relief », ce qui permet de lui conserver sa solidité. Le tympan figure un Christ dans une mandorle, porté par deux anges – figure qui sera fréquemment reprise dans les portails bourguignons. Les anges semblent au sol. Le linteau est orné des douze apôtres, assis sous des arcs en plein cintre. Ils tiennent un livre sur leur genou droit et lèvent la main gauche, en signe d’acclamation. Tout cela réfère à la parousie : le retour glorieux du Christ à la fin des temps.

 12-DSCN2976 copie

Charlieu (42) plus beau détour de France ?  La salle sous le narthex était l'antichambre de la nef disparue dont on voit ici le reste des fondations. (Photo : Patrick Garcia)

 L’ÉTAGE DU NARTHEX  

3-DSCN3006 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Superbes chapiteaux romans dans la salle de l'étage du narthex, d'où l'on avait vue sur l'ensemble de l'église, et aujourd'hui, sur les restes des murs... (Photo : Patrick Garcia)

 3-DSCN2992 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Un des chapiteaux représente "Daniel dans la fosse aux lions". (Photo : Patrick Garcia)

 3-DSCN3013 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Le chapiteau du soleil et de la lune (les symboles du jour et de la nuit, en somme, le bien et le mal)  (Photo : Patrick Garcia)

 3-DSCN3017 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Dans cet étage, aussi, se trouve les maquettes de l'abbaye à son apogée. (Photo : Patrick Garcia)

    Après avoir contemplé ces trésors romans sous le porche, je monte à l’étage du narthex par le petit escalier à vis dissimulé dans l’énorme massif de maçonnerie. Une fois en haut, par une magnifique baie romane très ouvragée, je peux admirer l’autre côté, la partie détruite des églises successives (3), dont seules les fondations sont demeurées et qui dessinent au sol un enchevêtrement de lignes… Cette grande baie romane est également entourée de chapiteaux remarquables :

- à gauche, une tête de monstre et un aigle à tête humaine (ou sirène de l’antique).

- à droite, un petit diable et le chapiteau du soleil et de la lune (les symboles du jour et de la nuit, en somme, le bien et le mal). Dans cette salle est également présente des maquettes des églises à leur apogée.

 LA « TOUR PHILIPPE AUGUSTE » ET L’AUDITOIRE DE JUSTICE 

Du sol, bien sûr, lors de notre visite, mais aussi de l’étage du narthex, nous avons une superbe vue sur la colossale « tour Philippe Auguste » et le bâtiment adjacent, « l’Auditoire de Justice ». Cette tour est un imposant donjon construit en 1180, c’était l’élément essentiel du système défensif du monastère mais aussi des remparts de la ville. Il jouxte l’ancien « auditoire de justice », qui rappelle que le prieur des bénédictins était le seigneur de Charlieu et avait droit de justice sur la ville et sa région.

Donjon coupe de la tour philippe auguste

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Plan en coupe de la Tour Philippe Auguste. (Photo : Gallica)

donjon plan gallica

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Plan de la Tour Philippe Auguste. (Photo : Gallica)

DSCN2995

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Depuis la salle du Narthex, on voit parfaitement, la"Tour Philippe Auguste". A droite, le palais du Prieur avec sa chapelle personnelle et son clocher. (Photo : Patrick Garcia)

 (Voir en fin d’article la description des remparts et du donjon)

 LE CLOÎTRE ET LA SALLE DU CHAPITRE 

   Si le cloître, de la fin du 15ème a quelque peu souffert, les beaux restes témoignent du savoir faire consommé des bâtisseurs de l’époque avec ses beaux alignements de colonnes dorées. Le jardin des moines a été reconstitué, conférant de l’authenticité au « patio » du monastère.

 5-22 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Le cloître de Charlieu, dont une partie a été dénaturée. (Photo : Patrick Garcia)

 5-24 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? On voit bien la partie à droite, qui a perdu ses belles arcades. (Photo : Patrick Garcia)

 5-31 copie

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Bel alignement d'arcades avec derrière, l'entrée de la salle capitulaire. (Photo : Patrick Garcia)

   La salle du chapitre est remarquable, séparée de la galerie par des rangées d’arches romanes supportées par des doubles colonnes massives, rondes aux chapiteaux décorés de feuillages et d’animaux monstrueux. Une belle porte gothique moulurée permet d’entrer dans cette salle capitale pour la vie monastique, puisque c’est ici que «  tous ceux qui avaient voix au chapitre », débattaient et prenaient toutes les décisions dans tous les domaines de la bonne marche de l’abbaye.

6-30 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Dans une des galeries du cloître, s'ouvre la salle capitulaire, à gauche sur la photo. (Photo : Patrick Garcia)

8-DSCN2935 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? La salle capitulaire, toutes les croisées tombent sur un seul pilier muni d'un pupitre pour le lecteur! (Photo : Patrick Garcia)

25

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Autre vue, l'entrée romane et en arrière plan, le cloître. (Photo : Patrick Garcia)

   Cette belle et grande salle a été voûtée au 16ème siècle, et toutes les croisées d’ogives viennent reposer au centre la pièce sur un unique pilier qui à la particularité de disposer, et c’est très rare, d’un pupitre en pierre pour le lecteur. Cette belle salle possède une acoustique merveilleuse qui permet l’été, de donner des concerts.

   La chapelle attenante est, sans doute, l’ancienne chapelle Saint Martin avant l’arrivée des Bénédictins, auxquels elle fut donnée vers 875 !

8-DSCN2943 copie

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Cette chapelle du Prieur, date 875.... Un bail.... (Photo : Patrick Garcia)

L’état actuel date du 15ème siècle, époque où elle devint la chapelle privée du Prieur. Le dallage en terre cuite reproduit celui d’origine, dont on peut voir, dressé contre le mur gauche, une portion témoin, conservée.

 LE LOGIS DU PRIEUR  

   De la chapelle, une porte donne sur la cour du logis du prieur. Au centre, un puits, puis le logis encadré par deux tours hexagonales d’escaliers à vis. C’est ici que vivait le « seigneur des lieux », à l’écart de la vie monastique, il était le potentat local.

9-DSCN2950 d

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Le logis particulier du Prieur. (Photo : Patrick Garcia)

    Dès le XVe siècle, de même qu’à Cluny, le Prieur ne vivait plus avec ses moines mais dans un hôtel particulier adjacent.

Les travaux de construction du Logis du Prieur de Charlieu furent entrepris par Antoine Geoffroy, prieur commendataire cité dans les textes du 14 octobre 1487 à 1498, puis poursuivis par Jean de la Magdelaine, prieur, cité de 1509 à 1527. Les armoiries familiales de ce dernier se trouvent en plusieurs endroits du bâtiment et particulièrement au-dessus d’une des portes d’entrée du logis. Le bâtiment semble avoir été terminé en 1514.

    Pour le construire, on s’est servi de bâtiments préexistants parmi lesquels se trouvait peut-être l’infirmerie. Le plan montre qu’on a même encastré à l’intérieur  du logis une grande tour carrée qui pouvait avoir fait partie des fortifications du monastère du Xe siècle.

9-DSCN3096 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Un des deux blasons qui se trouvent sur les murs du logis du Prieur. (Photo : Patrick Garcia)

9-DSCN3106 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Un des deux blasons qui se trouvent sur les murs du logis du Prieur. (Photo : Patrick Garcia)

Au cours du XVIIIe siècle, la chambre du Prieur (ou chambre de l’Evêque car plusieurs prieurs furent Evêque d’Autun), au rez-de-chaussée, fut embellie par de belles boiseries dans le style Louis XV.

     Après le départ des moines, lors de la vente des biens nationaux, le logis du Prieur est adjugé à Mademoiselle Antoinette-Pierrette Buynand (sœur de l’un des moines) pour le prix de 11500 Livres.

    Quelques années après, Mademoiselle Buynand et Don Samoël (l’un des deux derniers moines) firent « don » de l’ensemble du bâtiment au Grand Séminaire de Lyon pour implanter à Charlieu un petit séminaire puis pour y loger les prêtres de la paroisse. Le presbytère de l’époque était devenu totalement insalubre et la municipalité ne pouvait le réparer faute de moyens.

    Le 23 juillet 1839 le Grand Séminaire de Lyon ne pouvant plus supporter les charges d’entretien du logis du prieur, le vendait en adjudication. Il fut acheté par un industriel « charliendin » Monsieur Hugand, filateur, (dont l’usine était peut-être à l’emplacement de l’ancienne caserne des pompiers aujourd’hui démolie dans l’ile Hugand).

 LE PARLOIR ET L’ANCIENNE CAVE, MUSÉE LAPIDAIRE EXCEPTIONNEL  

La suite de la visite, juste en suivant la salle capitulaire, conduit dans le « parloir », dont les voûtes datent du 16ème. C’est à présent, le « musée lapidaire », depuis 1971. S’y trouvent présents de nombreux modillons et chapiteaux romans et gothiques du monastère, des linteaux provenant des maisons anciennes de la ville…. Des sculptures sont particulièrement intéressantes, dont la pierre la plus ancienne de l’abbaye bénédictine, « Daniel dans la Fosse aux Lions », un bas relief du 10ème siècle, sur le mur sud est conservé le moulage d’un second bas-relief, du début du 12ème, il provient de la chaire du lecteur du réfectoire des moines.

DSCN3036

Charlieu (42) plus beau détour de France ?  (Photo : Patrick Garcia)

Cette sculpture représente « l’Annonciation » avec des scènes où l’on reconnait bien la Vierge et l’ange Gabriel, sans doute le songe de Joseph et le prophète Isaïe (ou jean Baptiste).

DSCN3037

 Charlieu (42) plus beau détour de France ?  (Photo : Patrick Garcia)

DSCN3044

Charlieu (42) plus beau détour de France ?  (Photo : Patrick Garcia)

DSCN3047

 Charlieu (42) plus beau détour de France ?  (Photo : Patrick Garcia)

DSCN3049

 Charlieu (42) plus beau détour de France ?  (Photo : Patrick Garcia)

DSCN3054

 Charlieu (42) plus beau détour de France ?  (Photo : Patrick Garcia)

DSCN3056

 Charlieu (42) plus beau détour de France ?  (Photo : Patrick Garcia)

DSCN3064

 Charlieu (42) plus beau détour de France ?  (Photo : Patrick Garcia)

DSCN3066

 Charlieu (42) plus beau détour de France ?  (Photo : Patrick Garcia)

DSCN3068

Charlieu (42) plus beau détour de France ?  (Photo : Patrick Garcia)

DSCN3070

 Charlieu (42) plus beau détour de France ?  (Photo : Patrick Garcia)

DSCN3072

 Charlieu (42) plus beau détour de France ?  (Photo : Patrick Garcia)

DSCN3075

 Charlieu (42) plus beau détour de France ?  (Photo : Patrick Garcia)

DSCN3078

Charlieu (42) plus beau détour de France ?  (Photo : Patrick Garcia)

DSCN3080

 Charlieu (42) plus beau détour de France ?  (Photo : Patrick Garcia)

DSCN3082

 Charlieu (42) plus beau détour de France ?  (Photo : Patrick Garcia)

DSCN3084

Charlieu (42) plus beau détour de France ?  (Photo : Patrick Garcia)

DSCN3086

 Charlieu (42) plus beau détour de France ?  (Photo : Patrick Garcia)

DSCN3088

Charlieu (42) plus beau détour de France ?  (Photo : Patrick Garcia)

DSCN3090

 Charlieu (42) plus beau détour de France ?  (Photo : Patrick Garcia)

DSCN3093

 Charlieu (42) plus beau détour de France ?  (Photo : Patrick Garcia)

 Puis j’entre dans la cave où sont rassemblées une quarantaine de statues fort anciennes, pour la plupart, représentant de nombreux saints, mais aussi beaucoup de Vierges, dans de nombreuses situations : « piétas », « à l’enfant », « au fruit », « de mise au tombeau », « à l’oiseau », « de procession »… Des œuvres d’art d’une grande beauté et bien conservées dans cette cave transformée en véritable « coffre-fort », des sculptures pour la plupart du 15ème  et 16ème siècle. C’est la « Société des Amis des Arts » qui a transformé cette cave en musée d’art religieux en 1984, qu’elle en soit remerciée.

 LE CLOÎTRE ET LE LOGIS DU PRIEUR  

    Je retourne visiter le cloître, il a beaucoup souffert et est incomplet, même s’il a été parfaitement restauré. Le cloître actuel date des années 1460 - 1470. Il a succédé à un cloître roman et a beaucoup souffert au cours du XIXe siècle. Transformé en habitation ou hangar, dépôt, cave, il a perdu sa galerie nord et une partie de la galerie ouest. Seuls deux arcs trilobés subsistent et la plupart des chapiteaux (feuillages, animaux, personnages) ont été mutilés. Sur les côtés ouest et sud ont été déposés des sculptures et éléments lapidaires provenant de l'église prieurale ou de divers bâtiments monastiques détruits au cours du XIXe siècle. Ces derniers se trouvaient autour du cloître derrière les murs correspondants. C'est ainsi que derrière le mur sud existaient, au rez-de-chaussée, le réfectoire (détruit en 1844 - peintures rurales conservées au Musée de Cluny à Paris), et, à l'étage, la bibliothèque.

5-22 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Vue du cloître de l'abbaye deCharlieu. (Photo : Patrick Garcia)

5-24 copie

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Les belles arcatures du cloître. (Photo : Patrick Garcia)

   Après quelques tours et détours, je ressors de l’abbaye enchanté et la tête pleine de belles images….

   Cette ville de Charlieu mérite au moins deux jours de visite, car non seulement il y a les belles maisons à visiter, mais aussi le couvent des Cordeliers, le musée de l’Hôpital etc. 

 LE COUVENT DES CORDELIERS DE SAINT-NIZIER-SOUS-CHARLIEU  

Le lendemain, je vais à quelques centaines de mètres de la ville pour aller visiter ce fameux couvent. Les bâtiments semblent « assez récents », mais je vais me rendre compte que, comme pour l’église « St Philibert », je me trompe, car le couvent est très ancien. La plupart des bâtiments actuels sont du 14ème ou du 15ème siècle !

37 LE COUVENT DES CORDELIERS 37

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Le couvent des Cordeliers et au premier plan son église. (Photo : Patrick Garcia)

38 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? La grille d'une des fenêtres de la chapelle, un modèle relativement rare.(Photo : Patrick Garcia)

     Dès le début, ce couvent fut en butte avec la puissante abbaye bénédictine durant des siècles. Plusieurs papes prirent sa défense contre l’abbaye, mais rien n’y faisait et la guerre ouverte avec les bénédictins, conduisit même, à la destruction du couvent  par les hommes d’armes du seigneur-prieur vers 1260! Plusieurs fois, les papes excommunièrent les bénédictins qui ne supportaient pas l’installation de cet ordre mineur des franciscains, et même l’abbé de Cluny eut à subir les foudres papales et fut excommunié en 1262, pour s’opposer à ce couvent que protégeait le pape Urbain 4.

44 copie

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Un bel angle de vue pour un cloître qui a failli déménager aux States! (Photo : Patrick Garcia)

39 42 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Une des galeries. (Photo : Patrick Garcia)

40 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Autre vue du cloître des Cordeliers. (Photo : Patrick Garcia)

41 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Gros plan sur les chapiteaux. (Photo : Patrick Garcia)

51 DSCN0041 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Une vue globale avec ce qui fut le jardin des moines et au centre le bassin. (Photo : Patrick Garcia)

Le conflit trainât, mais le 13 février 1280, le pape Nicolas 3 ordonna aux bénédictins l’établissement avant 2 mois, des Frères Mineurs de Charlieu. Les Franciscains s’installèrent alors à proximité de la ville, à St Nizier, tout en restant à l’extérieur, pour respecter le concordat entre, frère Thomas, prieur-seigneur de Charlieu, et Frère Jean, ministre de Bourgogne, au nom des Frères Mineurs d’Avaize.

    Il semble que le fondateur du couvent, d’après « l’Almanach de Lyon, de 1760 »,était Jean Mareschal, de Charlieu, devenu religieux et qui en serait devenu « gardien ».Plusieurs fois attaqué par les mercenaires de tout bord, n’oublions pas qu’il était hors les fortifications, il subit des déprédations telles qu’en1368, une grande campagne de rénovation fut entreprise qui dura une bonne cinquantaine d’années…

      A la Révolution, en 1792, les 3 derniers religieux furent chassés et les bâtiments vendus comme bien nationaux. Transformés en grange, habitations, hangars ou détruits, il ne reste aujourd’hui que ce magnifique cloître, l’église et la bibliothèque des religieux.

41A copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Sur ce chapiteau, un chien, symbole de fidèlité. (Photo : Patrick Garcia)

41B copie

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Un chapiteau représentant un moine. (Photo : Patrick Garcia)

52 DSCN0053 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Le cloître, en V.G. (Photo : Patrick Garcia)

DSCN0070 copie

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Le bassin central du jardin du cloître. (Photo : Patrick Garcia)

    Parmi les éléments les plus intéressants du couvent, il faut  admirer les chapiteaux de la galerie nord, bien qu'on s'interroge encore sur leur signification. Faisant l'hypothèse qu'ils représentent les vices et les vertus, vous reconnaîtrez, entre autres, l'hermine (la pureté), le porc-épic (la justice), le chien (la fidélité), la chouette (la sagesse), etc. Incontournables aussi : les galeries du cloître (14e-15e s.) aux motifs végétaux et l'église du 14e s. à nef unique, dotée de trois chapelles latérales.

DSCN3159

  Charlieu (42) plus beau détour de France ? Curieuses Larves de chironome qui se baladent dans le bassin du cloître. (Photo : Patrick Garcia)

LE COUVENT DES CORDELIERS DSCN0070B

  Charlieu (42) plus beau détour de France ? Curieuses Larves de chironome qui se baladent dans le bassin du cloître. (Photo : Patrick Garcia)

 Les guerres de religions, la Révolution ont bien martyrisé le monument, mais ce qui reste est de toute beauté, que ce soit le cloître ou l’église qui possède une extraordinaire charpente… En effet, cette grande « carène » couvre pas moins de 500 M2. Il y a, sous nos yeux, une véritable forêt qui a été débitée pour nous offrir ce spectacle géométrique tout en chêne, d’une réelle beauté, élevé au 17ème siècle. Vu ses dimensions exceptionnelles, tous les habitants alentours pouvaient se réfugier dans ce grand vaisseau à nef unique, en cas de danger. L’église était entièrement peinte, on a retrouvé au moins trois couches de badigeon superposées, dont la première, de simples fleurs, semblent dater de 1370, date de l’édification de ce sanctuaire…

48 A

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Une forêt rassemblée dans la charpente historique de cette église. (Photo : Patrick Garcia)

    On trouve aussi, dans l’église, un très beau gisant représentant  un couple de bienfaiteurs, « Guillemette de Sennecey » et « Hugues de Châtellus » mort en 1409,  seigneurs de « Châteaumorand ». Malheureusement, ce tombeau à été mutilé lors de la Révolution…

47 LE COUVENT DES CORDELIERS 47

Charlieu (42) plus beau détour de France ? un très beau gisant représentant  un couple de bienfaiteurs, « Guillemette de Sennecey » et « Hugues de Châtellus » mort en 1409,  seigneurs de « Châteaumorand ».  (Photo : Patrick Garcia)

 

UN CLOÎTRE MIRACULÉ

      Celui-ci faillit cependant nous quitter : vendu en 1910 à un antiquaire parisien, il était destiné à être démonté et partir orner le court de tennis d'un milliardaire américain, mais fut classé d'urgence aux Monuments historiques. L'église attenante (fin XIVe) est remarquable par sa charpente apparente en chêne datant de la fin du XVIIe et ses peintures murales des XIVe, XVe et XVIe siècles. Reconstruit dans les années 1370-1410, le grand cloître, de style gothique rayonnant, possède une décoration très soignée….

50 DSCN0015 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? Lors du saccage du cloître en faveur des américains... (Photo : Patrick Garcia)

LA GRANDE GALERIE : (voir photo du croquis)

     Le corps de bâtiment abritant le réfectoire des moines, aujourd'hui détruit, complétait le dispositif défensif du prieuré, du côté sud. Le surplus des défenses du XIIe siècle de notre prieuré a presque complètement disparu sous les additions et constructions des XVe et XVIe siècles. Toutefois nous voyons par un croquis fait à main levée il y a 30 ou 40 ans, que le vaste bâtiment du réfectoire, contemporain de saint Odilon qui le fit restaurer en entier, et dont une muraille remaniée au XVIe siècle est encore debout le long du cloître, formait rempart au midi de la place. Car il était couronné sur toute sa longueur d'une sorte de bretèche continue formant loggia couverte, comme à la Bénisson-Dieu, avec faible saillie sur l’aplomb du mur, et qu'on appela plus tard la grande galerie. Le mur lui-même, pourvu de minces archières, mais sans aucune porte, était protégé par une large escarpe au devant d'un fossé devenu le réservoir du jardin du prieur, et à son extrémité méridionale s’élevait cette tour, dont la hauteur, suivant l'historien de Charlieu, dépassait celle de tous les édifices de la ville et « annonçait de loin au voyageur la domination seigneuriale des moines.

PORTES, MURS ET FORTIFICATIONS DU MONASTERE ET DE LA VILLE  

   Au nord, la cour extérieure, avec une porte du côté de la ville, dont un ancien jambage existe encore dans le mur d'une maison, et qui s'appelait « la petite porte » (1581)(en 1669, elle était encore surmontée d'une tour carrée avec pont-levis); et une autre porte sur la campagne, à l'ouest, du côté des Cordeliers, appelée « la grande porte » (1656). Aujourd'hui même, on n'entre dans l'abbaye, ou en

sort que part l'emplacement de ces anciennes portes.

(J-B Desevelinges, Histoire de Charlieu, page 316.)

plan napoleon de 1835 de charlieu moins agrandi

Charlieu (42) plus beau détour de France ? L'emprise de l'abbaye en 1832 (à gauche).  

La grande porte » (ou porte des moines) figure sur le cadastre de 1830, mais pas sur la photographie prise par Stéphane Geoffray vers 1860, elle a donc été détruite entretemps.

    Les remparts, hauts de 7 à 8 mètres et interrompus de distance en distance par des tourelles de 2 m 50 de diamètre intérieur, ainsi que nous le voyons par les fragments qui subsistent encore près du donjon sur une longueur d'environ 7 m 50, étaient cernés de « fossés vifs » alimentés par les eaux détournées de deux ruisseaux Bonnard et Somplain. Enfin, on pénétrait dans l'enceinte par deux portes ; l'une à l'ouest, dite la « Grande Porte ou des Moines », donnait sur la campagne; l'autre ouvrait au levant sur ville. C'était la « Petite Porte », dont on voit un jambage encore encastré dans l'angle d'une maison. Ces issues, garnies d'abord de vantaux renforcés, puis de herses et plus tard de ponts-levis, étaient en outre surmontées de tours carrées (au moins celle de la ville), et probablement pourvues de bretèches fixes, comme les portes de Saint-Just et de Crozet.

plan du prieure de charlieu au 18ème

Charlieu (42) plus beau détour de France ? Plan shématique de la ville vers 1750.  

 

(J-B Desevelinges, Histoire de Charlieu, pages 316 et 458-459.)

  LES BELLES MAISONS ANCIENNES DE LA VILLE  

Je passe le reste de la journée à photographier et visiter la ville, avec ses nombreuses maisons anciennes, au bas mot, j’en compte plus de 35 ! Il y en a de tous styles, en pierre, pour les riches maisons bourgeoises du 13ème et du 14ème, ou à pans de bois en encorbellement, du 15/16ème siècle. Il y en a même une, un ancien grenier à sel du 14ème siècle, où le célèbre voleur « Mandrin » et ses hommes, volèrent la recette de la gabelle par deux fois, en 1754 !

2 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? De bien belles maisons médièvales... (Photo : Patrick Garcia)

3A

Charlieu (42) plus beau détour de France ? De bien belles maisons médièvales... (Photo : Patrick Garcia)

4

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? De bien belles maisons médièvales... (Photo : Patrick Garcia)

   Ce qui est remarquable, c’est que toutes ces demeures sont entretenues, restaurées, mises en valeur, et que malgré les commerces qui y siègent dans leur rez-de-chaussée, elles ont leur aspect originel et admirent le chaland, comme elles le font depuis 6 ou 800 ans…

MAISON ST LOUIS-5EE copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? De bien belles maisons médièvales... Ici les fenêtres de la "Maison St Louis".(Photo : Patrick Garcia)

- DSCN2832

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? De bien belles maisons médièvales... Ici la "Maison des Anglais". (Photo : Patrick Garcia)

5P copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? De bien belles maisons médièvales... Ici la "Maison des Anglais". (Photo : Patrick Garcia)

DSCN0125 copie

 Charlieu (42) plus beau détour de France ? De bien belles maisons médièvales... Ici la "Maison des Anglais". (Photo : Patrick Garcia)

    Lors de votre visite, je vous conseille de lire les noms évocateurs des plaques de rues qui n’ont pas changés eux, aussi :

« place des Anes », « place de la Bouverie », le marché aux bœufs, les rues « Chanteloup », ou « Chantemerle » (on chante beaucoup à Charlieu ( !), mais aussi les « rue de la Solitude », « des Moulins », des « Tanneries », « du Lavoir » et même une « place des Canuts » près du « Musée de la Soierie » qui est adjacent au « Musée Hospitalier », face à la mairie.

   Il y a tant et tant à dire sur cette charmante cité à visiter en famille, des concerts sont organisés près de l’abbaye, dont le « Festival Celtique en Voûtes », ou le « Festival de Chrorales de Pays » depuis 30 ans ! Même les « Rencontres Steel Guitar » et bien d’autres rendez-vous…

    Il y a toujours quelque chose à voir à Charlieu.

PATRICK GARCIA