173-7387_IMG

 

L’actualité historique et archéologique du jour fut la participation de l’Espace Muséal d’Eysses aux « JOURNEES NATIONALES DE L’ARCHEOLOGIE 2013 » les 7, 8, 9 juin 2013. Il y avait au menu, des visites commentées du musée, mais aussi, des ateliers de réparation de tessons de vaisselle antique.

Lors de notre passage, c’était le « Patron », Jean François Garnier, le chantre de l’archéologie villeneuvoise, qui faisait la visiter. Inutile de dire, qu’avec ce conteur hors pair, grand spécialiste du monde romain et connaissant l’histoire du site, qu’il explore depuis 40 ans, sur le bout des doigts, la balade allait être passionnante !

P6091533

Jean François Garnier "fait" la visite. (Photo: Patrick Garcia)

 

Dans le hall d’entrée, « JF » remet en situation le site d’Eysses (Excisum) et son contexte. Il énumère les voix romaines qui se croisent sur le site, une verticale (passant par Limoges, Augustoritum) qui correspond à la N21, et l’autre horizontale qui vient de Rodez (Segodunum) et Cahors (Divona) et va vers le Mas d’Agenais (Ussubium) rejoindre une autre grande voie de passage: la Ténarèze. Donc ce secteur était stratégique au point qu’il est cité sur une carte qui révèle les principaux axes routiers et les villes de l’époque romaine, la « Table de Peutinger » du nom d’un moine copiste du XIIIème qui recopia l’original, qui aujourd’hui est perdu.

PEUTINGER TRADUCTION

Extrait de la table de Peutinger avec les principales voies romaines et les villes étapes, dont Excisum. Montage Patrick Garcia)

Faisant l’historique et les perspectives des recherches menées à ce jour sur le site, « JF » brossait pour les néophytes, le tableau de l’époque, les différents peuples gaulois se querellant sans cesse, batailleurs, mais aussi commerçants avec leur grand voisin romain. Une des tribus qui est en lutte va faire appel à un général romain avec qui elle est alliée, pour la défendre, et ce général, « vous avez reconnu l’illustre César va intervenir et trouver les lieux plaisants, il va donc décider d’y rester et de faire la conquête de toute la Gaule, ce qui lui mettra près de 5 ans…. ». Les explications se poursuivent, très étoffées, mais de manière digestes pour des non initiés. La ville qui se crée. Qui prend de l’importance au point de couvrir à son apogée 50 hectares !

173-7357_IMG_2

173-7358_IMG

173-7362_IMG

173-7365_IMG

Vaisselle sigillée trouvée sur le site (photos: Patrick Garcia)

Les gaulois qui se romanisent, adoptent le mode de vie romain, l’arrivée des matières premières, vin et huile d’olive, en particulier, dans des contenants appelés amphores… La manière de les reconnaître, …., la vaisselle romaine qui est copiée de manière industrielle par les potiers locaux, dont ceux de Montans, près de Gaillac, qui inondent le monde connu de l’époque par leurs produits faciles à identifier, car on a les noms de tous les maîtres potiers du secteur. La civilisation qui change, les gaulois qui épousent le mode de vie de l’envahisseur, la vigne qui s’installe et qui devient prépondérante, les grandes propriétés (Villae) des riches seigneurs gallo-romains…. Tout est abordé dans ce long préambule.

P6091545

Armure (moderne) de soldat romain pour illustrer le passé de cette ville de garnison. (Photo: Patrick Garcia)

Le site est reconnu être une ville de garnison, « JF » explique qu’il est à mi chemin des grandes villes que sont Burdigala (Bordeaux) et Tolosa (Toulouse) et qu’en deux jours de marche, la cohorte (500 hommes) qui est stationnée à Eysses peut se rendre partout pour réprimer toute velléité de révolte, ce qui sera le cas plusieurs fois. Il montre des épitaphes de soldats morts à Excisum et dont la garnison est originaire de Fréjus.

P6091535

Une vingtaine d'amphores de divers modèles. (Photo: Patrick Garcia)

Des attributs militaires ont été trouvés, et de nombreux témoignages d’un riche passé est exposé dans les salles. Puis continuant, l’orateur  commente la fin de l’empire romain, le 4 septembre 476, suite aux invasions barbares que son armée longtemps invaincue, ne parvint à contenir. Il aborda le début d’une nouvelle ère, sombre, avec une période où l’on ne sait pas grand-chose et où après une si brillante civilisation, l’obscurantisme pris possession de la Gaule. Une époque chargée de guerres et de malheurs qui est le début du moyen âge.

P6091569

P6091528

Plan ancien et reconstitution en 3D de l'abbaye d'Eysses, actuellement prison. (Photos: Patrick Garcia)

Une abbaye se fonde à Excisum sur les restes de la ville antique. Elle va perdurer longtemps, même après la fondation de la Ville Neuve, en 1253 par Alphonse de Poitiers, sur les bords du Lot. Elle était donc assez éloignée d’Eysses pour ne pas en dépendre, et surtout très près de la voie navigable du Lot. L’abbaye va se trouver l’enjeu des guerres de religions, et Henri de Navarre, la fait démolir afin que les protestants de Monflanquin ne mettent la main dessus et n’en fassent une épine dans le pied de la bastide catholique de Villeneuve d’Agenois. Quelques années plus tard, elle sera reconstruite, splendide, et à la révolution deviendra….prison. Pour le guide, « aux cellules monastiques, succèderont les cellules carcérales »… Mais il y a un problème : l’essentiel de la ville romaine, du moins la partie essentielle, se trouve sous la prison ! Inutile de préciser qu’en matière de recherche, il ne faut pas trop y compter. Les tunnels sont malvenus dans ce genre d’établissement. Mais l’avenir pourrait se dégager d’ici quelques années, une prison neuve pourrait être construite, libérant le secteur pour en faire une mise en valeur archéologique et historique.

P6091559

Une belle collection de poteries diverses et variées! (Photos: Patrick Garcia)

 

P6091547

Ustensiles de cuisine bien reconnaissables et coquilles de St Jacques!(Photo: Patrick Garcia)

P6091548

Sur ces vases en sigillée, notez les reliefs poinçonnés représentant des scènes de la vie. (Photo: Patrick Garcia)

LA VISITE DES SALLES :

Puis Jean François Garnier attaque la visite par la salle  « des Amphores » où sont entreposés une vingtaine de ces conteneurs certains entiers, d’autres, reconstitués en totalité ou en partie. Il les détaille et montre leur provenance, car elles ont toutes un style différent qui nous apprend sa provenance, Italie, Lybie, Espagne, Turquie, ou Gaule...

173-7395_IMG

Quelques unes des amphores présentées, ici, hors contexte, lors de leur restauration. (Photo: Patrick Garcia)

Dans des vitrines, de magnifiques porcelaines rouges, les fameuses « sigillées ». Signe d’aisance, cette vaisselle était malgré son « industrialisation relative » témoignage d’un certain art de vivre. Les potiers de Montans ont inondé le marché en copiant leurs homologues Italiques et souvent en les surpassant.  

P6091546

Vaisselle, balance romaine, monnaies...(Photo: Patrick Garcia)

Des poinçons représentant des combats de gladiateurs, des martyrs de chrétiens face à des lions ou des ours, des scènes pastorales ou de chasse, ces petites scènes de la vie de tout les jours sont une manière de partager le quotidien des gallo-romains. Malheureusement, nous les retrouvons souvent en « vrac » broyés par les girobroyeurs chargés de casser les mottes des plantations agricoles… Charge à l’archéologue de retrouver l’ordre des morceaux et d’essayer la reconstitution de ces récipients parfois difficile à imaginer, tellement les morceaux sont illisibles ou disparates… Vous aimez les jeux d’imagination ? Les échecs, dames ??? Reconstituer un vase cassé en plusieurs centaines de morceaux, quand il en manque la moitié….

P6091538

Une salle dédièe à la vie de tous les jours et à la mort, avec des urnes funéraires. (Photo: Patrick Garcia)

P6091549

Pichets et vases de toutes sortes...(Photo: Patrick Garcia)

Ici la vaisselle à manger : jattes, assiettes, gobelets, verres, vases, bols… Là les vases à boire : cruches, pichets… Ici les vases spécifiques ; le mortier qui, grâce à la rugosité de ses parois permet à l’aide d’un pilon, d’écraser les denrées pour les réduire en farine…. Là, une gourde. Dans une grande vitrine de cette salle, les éléments les plus rares de cette exposition.

P6091537

Elèments exceptionnels dans cette vitrine! (Photo: Patrick Garcia)

P6091536

Reconstitution en 3D du forume d'Excisum. (Photo: Patrick Garcia)

Des tuiles de temple, rondes et dorées a la feuille d'or, Une sculpture représentant un attelage conduisant un couple dans un charroi doré, une frise de temple dorée… dominent la représentation en trois dimensions du forum de la ville à l’époque de sa splendeur. Dire qu’il y avait tant de colonnes… peut-être d'une centaine… des galeries façon cloître… sur des centaines de mètres…et qu’il ne reste plus debout, de tout ça que cette demi- tour, en réalité, l’abside du temple qui bordait le forum.

P6091553

Travail du verre, dont un très bel exemple de Balsamaire (fiole à parfum) sur un support bleu...(Photo: Patrick Garcia)

P6091558

et du métal avec des outils agraires et des creusets de joaillers à gauche.(Photo: Patrick Garcia)

P6091557

Métier à tisser et tour à sculpter l'os...(Photo: Patrick Garcia)

 

En face, une grande vitrine nous fait découvrir l’artisanat. Les métiers du fer et du laiton. Les creusets qui permirent de fondre le minerai de fer de Fumel pour obtenir ces chaines et ces outils aratoires. De plus petits creusets sont l’apanage des joaillers… Les tisserands, mais aussi le travail de l’os, avec un tour à ciseler ce matériau qui permettait de faire des charnières, mais aussi des bijoux, des bagues, des dès à jouer… Les potiers ne sont pas en reste avec la reconstitution d’un four et des éléments de toitures.

P6091552

P6091556

Instruments de tous les jours épingles à cheveux, petite clé, poignées, couteau de poche, lame repliée...dessous, des urnes funéraires. (Photo: Patrick Garcia)

Enfin, sur cette vitrine, un vase assez unique, avec des serpents et des motifs qui sont posés par trois. Trois serpents, trois anses… Une typologie inconnue dont on suppose qu’elle a un rapport avec l’armée puisque nous la retrouvons en Suisse dans des villes de garnison ? Ici une statuette de Vénus, de Mercure, d’Attis

P6091555

Un vase assez unique, avec des serpents et des motifs qui sont multiples de trois... et une petite Vénus...(Photo: Patrick Garcia)

 

Le travail du verre est aussi mis en vedette avec des éléments composés de cette fameuse pate de couleur bleu cobalt. Verre moulé, soufflé, étiré… des fioles, cruches, pichets, lacrymal … Dans un coin près de la porte, l’armure d’un légionnaire. Un peu trop rutilante, trop brillante et dont le mannequin a un visage un peu trop enfantin pour être en adéquation avec le symbole de ce qui fut la force principale des « maîtres du monde » le soldat bardé de coutures et de cicatrices dans sa barbe et trempé de sueur.

SALLE DES ARMES

Dans cette autre salle, nous changeons d’univers. Ici, la majorité des pièces arrivent du Moyen Âge. Une série de lances et d’épées retrouvées dans le Lot, lors des dragages avant leur interdiction il y a une trentaine d’années.

P6091561

Pointes de lances bien conservées. (Photo: Patrick Garcia)

L’occasion pour « JF » de faire une longue intervention pour décrire les nombreuses invasions des « barbares » qui ont permis de faire le pays que nous appelons France. Les Alains, les Vascons (Basques), Sarmates, Francs, et tous ces peuples venus d’Europe centrale ayant envie de se partager le gâteau « Empire Romain », puisqu’il était à prendre. Tous issus du Nord ou de l’Est, ils ont traversé nos contrées pour y laisser leurs coutumes et leur art ou parfois pour y prospérer, comme les Goths et les Wisigoths. Nous sommes à l’orée du Moyen Âge, début d’un nouveau style de vases, plus les siècles passent, plus la céramique devient vernissée, glaçurée, les motifs deviennent précieux et compliqués.

 

 

 

P6091562

Vase à faire la lessive du 13éme siècle. (Photo: Patrick Garcia)

 

 

Des carreaux de dallage armoriés, des vases historiés, cette époque donne naissance à la multi-couleur sur un même objet.

P6091560

Les fameuses épées Sarmates témoignent du passage de ce peuple venu d'Iran. (Photo: Patrick Garcia)

SARMATES

Les Sarmates illustrés il y a peu au cinéma dans "Le Roi Arthur" ce sont eux les chevaliers de la Table Ronde. (Photo-repro: Patrick Garcia)

sarmate5

Autre représentation plus fidèle. (Photo-repro: Patrick Garcia)

 

 

Enfin, pour en revenir aux armes, « JF » nous fait remarquer les épées sarmates, les deux seuls exemplaires français d’épées Sarmates (Iran) reconnaissables à leurs encoches sur la poignée. Courtes et fines, elles sont frêles comme des rasoirs ! Parmi les objets, posés au sol, un vase  en terre cuite, façon grosse cuvette, c’est un vase à faire la lessive du XIVème siècle. La visite se termine par des séries de photos et de cartes plus tardives. Quelques actes signés du Révolutionnaire local, Paganel, puis toute une série de reproductions de cartes postales. Le train à Villeneuve, le tram à Villeneuve, la construction du pont neuf au début du 20ème siècle, tout comme la construction de l’église Sainte Catherine…. Collection d’objets fabriqués localement et retour au hall d’entrée pour admirer les maquettes de l’abbaye et la vaisselle du 15/16ème siècle offerte par une famille de généreux donateurs.

P6091568

Vaisselle du 15/16éme offerte par des donateurs. (Photo: Patrick Garcia)

 

 PATRICK GARCIA

 

 

LES RENDEZ VOUS D’EYSSES :

 

REPRISE DES FOUILLES ARCHEOLOGIQUES A EYSSES :

A l’Ensemble   monumental

Sous la direction de Monsieur Alain Bouet, Professeur d’Histoire romaine, Université de Toulouse du 15 juin au 13 juillet 2013. Des visites du chantier en cours, seront organisées par l’Office de Tourisme de Villeneuve sur Lot. La Société d’Archéologie proposera la visite du Musée d’Archéologie.

Les personnes majeures souhaitant participer aux fouilles devront se faire connaître auprès de J.F. Garnier. Participation assidue demandée.

VILLENEUVE SUR LOT : VISITE ESPACE MUSEAL

L’Espace Muséal d’Eysses sera ouvert tous les jours de 14h à 18h00, tous les jours du 1er juillet au 31 août 2013. Place Saint Sernin  face à la Caserne des Sapeurs Pompiers.

JOURNEE DES ARCHEOLOGUES DE LOT ET GARONNE

Accueil par la Société d’Archéologie et d’Histoire de Villeneuve

Dimanche 30 juin 2013  à Eysses  Villeneuve sur Lot.

Programme dans un prochain bulletin d’informations et sur archeo-47.fr.